Accueil Actus Huit Moines tibétains condamnés à la Prison pour un Attentat

Huit Moines tibétains condamnés à la Prison pour un Attentat

5
0

15.10.2008

tibet_moine.jpgLes autorités chinoises ont condamné mercredi huit moines bouddhistes tibétains à des peines allant de cinq ans de prison à la perpétuité, pour des attentats commis en marge des manifestations anti-chinoises de Lhassa, en mars dernier.

Huit moines ont été condamnés à des peines de prison, dont un à perpétuité, pour un attentat au Tibet durant les émeutes anti-chinoises du mois de mars, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

« Ils ont été reconnus coupables d’être à l’origine d’une explosion dans un édifice du gouvernement du district de Xiangpi », a déclaré à l’AFP Zhang Weilai, juge au tribunal de Chamdo, dans l’est de la région autonome du Tibet.
La sortie de l’hôpital du dalaï lama repoussée
Opérée vendredi dernier à New Delhi pour des calculs à la vessie, le dalaï lama restera hospitalisé jusqu’au week-end prochain au plus tôt, a-t-on appris mercredi de source médicale. La sortie de l’hôpital du chef du bouddhisme tibétain, âgé de 73 ans, a été plusieurs fois repoussée ces derniers jours. Il devrait regagner ensuite Dharamsala dans le nord de l’Inde, siège du gouvernement tibétain en exil, où il vit depuis 1959.

M. Zhang a précisé que l’un des moines avait été condamné à la prison à vie, mais a refusé d’en dire plus, indiquant simplement que les moines n’avaient pas fait appel. Selon le groupe Free Tibet, basé à Londres, citant une source anonyme, deux moines ont été condamnés à la prison à vie et les autres ont écopé de peines allant de cinq à 15 ans de prison.

La sortie de l’hôpital du dalaï lama repoussée

Opérée vendredi dernier à New Delhi pour des calculs à la vessie, le dalaï lama restera hospitalisé jusqu’au week-end prochain au plus tôt, a-t-on appris mercredi de source médicale. La sortie de l’hôpital du chef du bouddhisme tibétain, âgé de 73 ans, a été plusieurs fois repoussée ces derniers jours. Il devrait regagner ensuite Dharamsala dans le nord de l’Inde, siège du gouvernement tibétain en exil, où il vit depuis 1959.

Le groupe a affirmé qu’ils étaient âgés de 19 à 31 ans et dénoncé le fait qu’ils n’aient pas pu être assistés d’avocats ni voir leurs familles.

Les médias officiels chinois avaient informé précédemment que les moines, provenant du monastère de Thangkya, ou Tongxia en chinois, avaient reconnu avoir utilisé des bombes artisanales pour commettre un attentat contre un édifice public le 23 mars.

Aucune information n’a été divulguée sur les éventuels dégâts ni sur l’existence ou non de victimes.

Xiangpi, ou Gyanbe en tibétain, se trouve à plus de 1.000 km à l’est de Lhassa, la capitale régionale, où des violences anti-chinoises avaient éclaté le 14 mars après quatre jours de manifestations pacifiques contre la présence chinoise dans cette région himalayenne.

De nombreux moines tibétains ont été impliqués dans les émeutes qui se sont étendus à d’autres zones du Tibet et à des zones avoisinantes peuplées par des minorités tibétaines.

Pékin les a imputés « à la clique séparatiste du dalaï lama ».

Les Tibétains en exil affirment que la « répression » des manifestations a fait 203 morts. Le gouvernement chinois parle de 21 personnes tuées par des « émeutiers ».


Source : www.lexpress.fr

Previous articleLa Lettre de l’UBE – Octobre 2008
Next articleLe Dalaï Lama est sorti de l’Hôpital à New Delhi