Accueil Actus Birmanie – Un Moine s’est échappé d’un Camp de Travaux forcés

Birmanie – Un Moine s’est échappé d’un Camp de Travaux forcés

8
0

———–

Ashin Pannasiri
Ashin Pannasiri

Ashin Pannasiri a dit qu’il avait escaladé deux enclos de barbelés à environ 1 heure du matin le 16 Septembre, alors que deux gardes dormaient.

« Quand j’ai escaladé les poteaux, mes mains et mes jambes étaient déchirées par les barbelés. C’était très douloureux, mais cela m’importait peu », a-t-il dit. « Je me souciais seulement de ma vie ». Les jours suivant sa fuite, il a voyagé seul et n’était pas sûr de savoir où les routes menaient. Il a survécu en mangeant des légumes et des fruits.

« J’ai mangé les fruits que je trouvais dans la jungle, et j’ai bu l’eau des torrents », a-t-il dit.

Le moine a traversé à la frontière entre l’Inde et Mizoram. Pendant le voyage, il a dit avoir évité les habitants autour de Mizoram, craignant arrestation et représailles.

« Quant ils (les habitants) m’ont vu, ils m’ont suivi », a-t-il dit. « J’avais peur d’eux parce que j’avais entendu que les étrangers pouvaient être tués ou sérieusement punis s’ils étaient arrêtés.

Les autorités Birmanes ont commencé à rechercher Ashin Pannasiri fin 2007 pendant le soulèvement civil, à cause de ses relations proches avec les leaders des moines pro-démocratiques, comme U Gambira, qui est maintentant dans la prison d’Insein à Rangoon. (…)

Cependant, il a été arrêté le 18 Octobre 2007 dans un cybercafé de la commune de Monywa.

Il a dit avoir été torturé par les autorités, à la fois physiquement et moralement, pendant l’interrogatoire.

« Ils (les autorités) m’ont interrogé du 18 au 20 octobre. En premier ils m’ont demandé de me lever et de m’accroupir sans arrêt. Ils ont lié mes mains derrière mon dos, et m’ont poussé et donné des coups de pieds. Ils ont frappé mon visage avec des bottes militaires à chaque question qu’ils me posaient. »

« Finalement, je ne contrôlais plus mon esprit, et il n’y avait pas d’option pour moi. J’ai pensé au suicide », a-t-il dit.

Le 24 Octobre 2007, il a été envoyé à la prison de Monywa dans la division de Sagaing, où il a passé 7 mois. Le 18 Janvier 2008, il a été condamné à 3 ans de prison. Les autorités l’ont accusé de multiples délits, y compris de celui de posséder des devises étrangères.

Mi-mai 2008, il a été transféré à la prison de Kale dans le division de Sagaing où il a passé quelques semaines avant d’être envoyé à la prison de Lantalang.

Le 15 septembre, la veille de sa fuite de Lantalang, il a été de nouveau interrogé par les autorités. Il a déclaré que suite à l’interrogatoire, il a réalisé qu’il serait renvoyé à la prison de Kale avec « double châtiment », ceci le persuadant qu’il n’avait d’autre possibilité que d’essayer de s’échapper.

Ashin Pannasiri réside maintenant avec des amis à Delhi. Il a dit qu’il prévoyait de continuer de lutter pour la liberté et la paix en Birmanie pendant son exil.

« Je veux exorter tous les moines de l’intérieur et de l’extérieur de la Birmanie à combattre l’ah-dhamma (l’injustice) et à maintenir le dhamma (la justice) » a-til dit.


By SAW YAN NAING
The Irrawaddy
– traduction de l’anglais par Sophie Alvarez

Previous articleThailande — De meilleurs Soins pour les Mourants
Next articleMa Ananda Mayi – La plus grande sainte de l’Inde Moderne