Accueil Actus Birmanie — Un Hommage à la Prophétie de Bouddha à Mandalay

Birmanie — Un Hommage à la Prophétie de Bouddha à Mandalay

21
0

Mandalay est située sur les rives de l’Irrawaddy. Sur le lieu même où Bouddha aurait eu une vision. Celle de l’emplacement d’une ville, d’un centre de la foi bouddhique, commémorant le 2400ème anniversaire de sa mort.

Dorure à la main
Dorure à la main


Le roi Mindon entreprend donc la construction de la cité en 1857.

Le plan de la ville est géométrique.Elle s’articule autour d’une citadelle contenant le palais royal. Ce « fort » est entouré d’une enceinte carrée de 9 mètres de haut. Ses murs sont d’une épaisseur de 3 mètres et des douves de 75 mètres de large l’entourent.

Le palais contient les appartements du roi et de la reine, des princes et princesses, et des concubines. On y trouve aussi la salle du Trône. De petites maisons blanches sont disposées sur le haut des toitures et abritent des gardiens chargés d’éloigner les oiseaux, car ceux-ci sont de mauvaise augure.

En 1872, Mindon réunit à Mandalay le 5ème synode bouddhique. A cette occasion, 729 stèles sont gravées. On y inscrit le Tripitaka, le canon bouddhique. Chacune d’elle est alors abritée dans un pagodon individuel, entourant la Pagode Kuthodaw.

Mandalay a été la dernière capitale royale, avant la colonisation, entre 1860 et 1885.

Birmanie.gif


La Seconde Guerre Mondiale a ravagé la cité par de nombreux bombardements. Le centre ville historique a été détruit par un incendie en 1984.

L’immense palais a été rasé.

Le monastère de Shwenandaw est le seul vestige de l’architecture royale de Mandalay encore visible aujourd’hui. A l’origine, il faisait partie des appartements royaux. Le roi Mindon y est mort en 1878. Son fils, et successeur, le roi Thibaw, a régné à Mandalay de 1878 à 1885. Il en fut le dernier roi. Souverain superstitieux, convaincu que l’esprit de son père hantait les lieux, il décida de faire déplacer le bâtiment en dehors de l’enceinte de la citadelle, et le transforma en monastère. C’est ce qui le sauva, car il fut épargné des bombardements alliés.

Ce monastère est très connu car c’est l’un des rares réalisés en teck massif. Il est construit sur pilotis et comporte 4 terrasses. Seuls les escaliers menant à la première sont en marbre. La dentelure, d’une finesse extrème, présente sur les toits, témoigne de la virtuosité et de la délicatesse des artisans birmans du XIXème siècle.


Aujourd’hui, qu’il s’agisse du monastère de Shwenandaw ou de la citadelle, le gouvernement birman a bien du mal à entretenir les édifices, et les moyens manquent pour retrouver le faste d’antan.

Le monastère n’est plus en activité. Son entretien est rendu difficile par le taux d’humidité très élevé. On peut, toutefois, apercevoir encore des traces de dorure sur les sculptures situées à l’intérieur.

Reconstruire le palais royal à l’identique est impossible car beaucoup trop honéreux. Les colonnes de teck massif dorées à l’or fin ont donc été remplacées par du bêton peint. Même si on est loin de la magnificence d’origine, le procédé permet d’imaginer le faste originel.


Mandalay est actuellement la deuxième ville de Birmanie. On comptait 600.000 habitants en 1993, 927.000 en 2005.

Si elle n’a plus son statut de capitale royale, elle conserve, cependant, celui de premier centre religieux et culturel du pays.

En effet, la ville aux « 700 pagodes et monastères » héberge plus de la moitié des moines du pays, soit environs 80.000 hommes de foi.


Laetitia Adeline pour www.buddhachannel.tv

Previous articleLes dégradations de l’environnement
Next articleDieu.com, la grande Aventure des Religions en Ligne