Accueil Actus 26 sept. Birmanie – «Les bouddhistes d’Occident ont une dette envers les...

26 sept. Birmanie – «Les bouddhistes d’Occident ont une dette envers les birmans»

8
0

UNE RÉVOLUTION DE L’ESPRIT [[Traduit de l’Anglais par Hélène LE, pour www.buddhachannel.tv ]]


03.09.2008

A l’occasion du premier anniversaire de la révolution saffran

« Ils contrôlent peut-être les rues et les monastères, mais ils ne pourront jamais contrôler nos cœurs et notre détermination ».

U Gambira (moine emprisonné)

clear-view.gifBerkeley, CA (USA) – Il y a un an, en septembre dernier, 100 000 moines et nonnes bouddhistes sont descendus dans les rues de Birmanie, en récitant le soutra de la bienveillance ou de metta. Leur révolution safran visait à transformer les cœurs endurcis ainsi que les politiques honteuses des généraux à la tête d’un des régimes les plus répressifs au monde.

Les actions des moines ont encouragé des centaines de milliers de birmans ordinaires à descendre dans les rues et rejoindre cette quête de justice. Haletant, le monde les regardait alors que leur courage non violent galvanisait une nation. A la fin, plus d’un demi-million de personnes ont marché, dans près de 24 villes birmanes. Durant des jours, les militaires ont sévi et des milliers de personnes ont été emprisonnées, un grand nombre tué tandis que les monastères subissaient des rafles.

Un an plus tard, des monastères sont toujours fermés et nombre de moines demeurent introuvables ou cachés. Sur les quelques 2000 prisonniers politiques croupissant dans les prisons birmanes, 196 sont des moines. Certains ont été torturés et tous, ont été forcés à la défroque. La vie monastique birmane est menacée. Près de 400 000 moines et nonnes sont sous surveillance et vivent dans la peur.

Ce 26 septembre marquera le premier anniversaire de la « révolution safran ». Pour commémorer l’événement, une initiative appelée « The Clear View Project » s’organise en soutien aux moines ainsi qu’à leur courage de faire front à la tyrannie.

Voici leur communiqué

Les birmans souffrent depuis 1962, écrasés par la junte militaire brutale qui a transformé le « grenier de l’Asie » en un pays démuni. La peur gouverne le peuple. La torture, l’emprisonnement, le travail forcé, les incendies de villages entiers, et la conscription d’enfants soldats sont de rigueur.

«Les bouddhistes d’Occident ont une dette envers les birmans»

Il aura fallu des années pour apporter le changement au sein du régime brutal de l’apartheid en Afrique du Sud. Il en faudra peut-être plus pour en apporter en Birmanie. Mais en Birmanie, nous avons l’exemple hautement moral, et puissant d’Aung San Suu Kyi et des moines et nonnes bouddhistes qui ont refusé de haïr ou de se venger, face à une insoutenable violence et à l’injustice.

Les bouddhistes d’Occident ont une dette envers les birmans en ce qu’ils ont aidé à apporter les enseignements du Bouddha en Occident. Ils ont conservé précieusement le dharma pendant deux mille ans. Qu’ils soient issus du Théravada, Mahayana ou Vajrayana, tous les bouddhistes occidentaux ont été touchés par la profondeur du bouddhisme birman. Et maintenant de nombreux monastères demeurent clos et des milliers de moines sont introuvables.

Les birmans agissent presque sans aucun soutien extérieur. Mais le soutien à cette quête de démocratie grandit. Par des canaux discrets et prudents, le mouvement pour la démocratie en Birmanie est au courant de ce que nous faisons en leur nom ici aux USA. Notre soutien leur est précieux dans leur lutte. Les birmans ont besoin que nous parlions pour eux et avec eux.

Maintenez intacts le courage et l’esprit des moines et nonnes bouddhistes de Birmanie. Honorez la Révolution Safran à travers de multiples actions, même petites, afin d’inscrire leur lutte dans les consciences, sachant que la révolution est loin d’être terminée. Faites savoir au régime birman ainsi qu’au monde, que nous continuerons d’élever nos voix jusqu’à ce que la junte militaire reconnaisse une Birmanie libre et civile.

L’Organisation Internationale des Moines Birmans (IBMO) a demandé que le 26 septembre soit un Jour d’Action pour la Birmanie, ils organiseront une journée entière de méditation aux Nations Unies à New York le vendredi 26 septembre, en parallèle d’autres événements publics. Si vous êtes à New York, rejoignez les. Le site Internet de BPF relayera l’événement ainsi que d’autres dont nous avons connaissance. Ci-dessous, vous trouverez quelques suggestions d’actions. Le site BPF aura à sa disposition, du matériel pour imprimer. Merci pour toutes vos bonnes actions et intentions.

Dans la paix,

Clear View Project
707-360-8452 / margaret@clearviewproject.org

LA RÉVOLUTION SAFRAN — IDÉES D’ACTIONS

– Organisez une méditation publique
– Organisez une marche aux bougies (ou de jour), en récitant le metta sutta comme l’ont déjà fait les moines. (metta sutta et signez sur le site de BPF)
– Reproduisez des monastères dans un endroit public (comme les villages de shanty qui ont poussé dans les campus des universités pendant l’apartheid), demandant « où sont les moines? »
– Appelez ou écrivez un courriel aux sénateurs Obama et McCain afin de leur demander de mentionner cet anniversaire : « En tant que citoyen du monde et candidat à la présidentielle des USA, rappelez au monde le courage des moines et nonnes qui, un an plus tôt, se sont exprimés pour leur pays avec 50 millions de citoyens retenus en otage par leur propre gouvernement. »
– Appelez vos chaînes TV et radio ou envoyez un communiqué à lire, évoquant cet anniversaire. (sur le site de BPF)
– Faites des marionnettes à taille humaine.
– Mettez en place un groupe de discussion sur la Birmanie.
– Demandez à votre enseignant bouddhiste d’évoquer les actions monastiques birmanes en 2007 et/ou le bouddhisme socialement engagé.
– Organisez une méditation ou un service spécial soit dans votre centre soit en public, en soutien aux monastiques de Birmanie.
– Écrivez une lettre au rédacteur, concernant l’anniversaire et la situation actuelle en Birmanie.

Écrivez au Secrétaire Général de l’ONU, pour demander un embargo total sur les armes, à l’encontre de la Birmanie. (exemple de lettre sur le site Internet de BPF)
– Invitez un conférencier sur la Birmanie. (Il y a peut-être un moine ou un spécialiste de la Birmanie près de vous. Contactez nous pour des suggestions.)
Envoyez un courriel demandant la libération d’Aung San suu Kyi et de tous les prisonniers politiques.
– Suspendez des bannières dans les lieux publics.
– Jouissez de votre liberté. Aung San Suu Kyi a dit : « S’il vous plaît, usez de votre liberté pour gagner la nôtre ».


Par Margaret Howe & Hozan Alan Senauke

Source : The Buddhist Channel

Previous articleAu Nom de la Beauté qui unit les Etres, n’oublions pas la Birmanie
Next articleChine – Un Livre blanc pour justifier la Politique chinoise au Tibet