Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Le Taoïsme à Hongkong et à Macao

Le Taoïsme à Hongkong et à Macao

8
0

LE TAOISME A HONG-KONG ET MACAO

Taoisme.jpg


Si l’on considère l’histoire des temples qui existent à Hongkong et dans la région voisine, « il ne fait aucun doute que le taoïsme y a pénétré avant le début du dix-huitième siècleLes principales divinités auxquelles les temples sont dédiés sont Tianhou (la reine du ciel à qui plus de vingt d’entre eux sont dédiés), Beidi (Pak Tai, l’empereur du nord), Wenwu (Wen Chang ou Man Mo, dieu de la littérature), Guandi (ou Kuan Yu, dieu de la guerre).


En ce qui concerne les sectes et les groupes taoïstes, la première secte établie à Hongkong a été la Xiantian Dao, secte de la nature originelle, qui a ouvert en 1912 le centre Wanfotang, principalement comme lieu de spiritualité et de repos pour les femmes, puis le centre Zhilantang en 1913, le Daodehui Longqingtang en 1924, le Zixiayuan en 1926, etc. Est arrivée en deuxième lieu la secte Quanzhen, en particulier son école Longmen, venue surtout des centres des monts Xijiao Shan (district de Nanhai, province de Canton) et Luofu Shan (district de Boluo). Le Qingsong Guan, fondé à Tun Mun en 1949, se rattache au premier de ces centres ; le temple de Wangdaxian (Wong Tai Sin), au second. Ils maintiennent encore des contacts et une coopération avec leurs centres d’origine. Ainsi que nous l’avons noté, la reprise des rapports avec la Chine dans les dernières années permet aux centres et associations taoïstes de Hongkong de renouer des liens avec le continent et d’y faire parvenir des aides financières pour la réparation ou la reconstruction des temples.


Mérite aussi une mention spéciale l’école Chunyang de la secte pour avoir répandu à Hongkong le culte au plus populaire des Huit immortels, Lu Dongbin.


En juin 1961 les représentants des divers centres ont entamé des pourparlers en vue de la fondation de l’association taoïste de Hongkong, qui a fini par voir le jour en 1966 et été déclarée au gouvernement en 1967. Elle est aujourd’hui composée de soixante-cinq sociétés ou organismes membres dont l’un des plus grands est l’institut Yuanxu et son temple des Trois religions à Tsuen Wan. Les autres grandes sociétés taoïstes sont : la société de la svastica rouge (ongwanzihui ), fondée dans le Shandong en 1917, qui prône l’unité des cinq religions (confucianisme, taoïsme, bouddhisme, christianisme et islam) et fournit des services d’assistance sociale ; la sainte assemblée de la vertu céleste (Tiande Shengjiao), fondée en 1937 sur les monts Gialli, qui a huit centres de culte à Hongkong ; la Voie de la révélation céleste (Tianqi Dao), fondée à Canton en 1935 par Lu Jiabing qui l’a amenée à Hongkong après la guerre ; la Voie de l’unité (Yiguan Dao), fondée au dix-septième siècle et qui s’est développée à Hongkong sous le nom de Voie du ciel (Tian Dao), surtout depuis les années 20 et 30.


L’association dirige quatre écoles secondaires, six écoles élémentaires et quatre asiles. Les autres sociétés taoïstes indépendantes, qui sont en général plus petites, sont une soixantaine et ont aussi des établissements scolaires. Après la secte Xiantian Dao, qui a ouvert la première des maisons de retraite pour les vieux, les autres associations se sont elles aussi engagées en divers services sociaux d’assistance. Il y a aussi des membres de ces sociétés taoïstes qui dirigent à titre personnel des écoles, des cliniques, des maisons de retraite et d’autres foyers de charité.


Les dons privés sont la source principale de leurs financements. Leurs autres recettes proviennent des restaurants végétariens ouverts dans presque tous les centres, des cours organisés en diverses disciplines : gymnastique thérapeutique, arts martiaux…, de la vente d’articles religieux (en particulier les lanternes de la fête Yuanxiao), de la garde des tablettes des morts (et des cendres en certains endroits des Nouveaux territoires), des cérémonies de suffrage le premier et le quinze de chaque mois.


Lao_tseu.jpg


Le taoïsme, grâce à sa prise sur la psychologie des gens simples, à ses réponses immédiates à leurs demandes, à la vivacité de ses rites, s’épanouit dans les villes comme dans les campagnes. On fête solennellement les diverses divinités et les immortels : Beidi, Tianhou, Lu Dongbin, Guandi et Wangdaxian, etc. Sur l’île de Cheung Chau, se célèbre chaque année pendant trois jours, au début du quatrième mois lunaire, le jiao de renouveau et de purification par la paix sous la protection de Beidi, l’empereur du nord, devant le temple du même nom. Les officiants sont originaires de Haifen (province de Canton) selon la tradition du Fujian, et la cérémonie a pour but d’obtenir la paix et la prospérité pour l’île et de se réconcilier les esprits affamés. Un autre jiao de trois jours est célébré dans le même but une fois tous les dix ans au village de Longyuetou dans les nouveaux territoires, par le clan des Tang, selon la tradition cantonaise.


Les principales publications taoïstes locales sont : Dao Xin (le coeur du Tao »), l’annuaire de l’association taoïste de Hongkong publié depuis 1978 ; Dao Sheng (la voix du Tao), publié tous les quatre mois par le centre Qingyun Gudong ; le mensuel Shengshan du centre de même nom ; Da Dao (le grand Tao), publié tous les quatre mois par la maison d’édition du même nom ; et Daojia Wenhua Yanjiu (recherches sur la culture taoïste), créé en 1922 par l’institut taoïste de Hongkong.


Actuellement le nombre des taoïstes de la colonie, difficile à calculer, doit avoisiner cent mille, avec environ mille daoshi qui, en général, ne vivent pas dans les temples mais avec leur famille. Il y a plus de cent vingt temples, petits et grands, répartis un peu partout. Les plus grands sont surtout dans les Nouveaux territoires.


L’histoire des temples locaux fait remonter la présence du taoïsme à Macao au quinzième siècle. Ils sont surtout dédiés à Mazu, Wen Chang, Guandi, Beidi, Danxian, Chenghuang et en particulier aux divinités marines, Tianhou, Zhudaxian et Sanpo.


Les sectes les plus représentées sont, comme à Hongkong, la secte Quanzhen,avec ses écoles Longmen et Chunyang (culte de Lu Dongbin), la secte Xiantian Dao (qui semble toutefois devenue peu active) et la secte secrète Yiguan Dao. En 1974 a été fondée la fédération confucéenne, bouddhiste et taoïste de Macao, qui entretient des relations avec son homologue taoïste de Hongkong.


Sergio Ticozzi – Source : EDA, Asianews

Previous articleUBE – au programme : tous les bouddhismes… pour se laisser surprendre !
Next articleDes Moines armés ? Les jeunes Activistes birmans de plus en plus téméraires