Accueil Actus USA – Vous avez demandé le Service de Moine en Ligne?

USA – Vous avez demandé le Service de Moine en Ligne?

20
0

UN MOINE BOUDDHISTE DERRIÈRE LE SERVICE EN LIGNE ASK A MONK[[Traduit de l’Anglais par Hélène LE, pour www.buddhachannel.tv ]]


09.01.2008


yingfa2.jpgCLEVELAND, Ohio, USA – Lorsque le Vén. Shih Ying-Fa se positionne devant son ordinateur, chez lui dans son bureau, il ne sait jamais qui va demander son aide.



Peut-être un étudiant de l’université de Baton Rouge, La., qui dans le cadre d’un cours, lui demandera la différence entre le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana.



Ou bien un poète de Tallahassee, Fla., qui se demandera si faire partie d’un groupe Zen bouddhiste lui conviendra.



Ou bien encore un employé londonien qui pratique les arts martiaux depuis 20 ans, et qui n’est pas sûr de leur compatibilité avec les enseignements du Bouddhisme.



main_clavier.jpgYing-Fa est le visage d’Ask a Monk, un service en ligne d’information et de conseil pour les Bouddhistes et ceux qui désirent en savoir plus sur le Bouddhisme. Le moine supérieur de 55 ans du Zendo CloudWater, le Centre Zen de Cleveland, reçoit au moins 20 courriels par semaine, provenant d’aussi loin que la Chine, le Japon et la Nouvelle Zélande.



Ying-Fa répond aux demandes des Bouddhistes depuis 10 ans, depuis le jour où son enseignant lui recommande d’inclure cette option au site du Centre Zen www.cloudwater.org .



« C’est un merveilleux moyen de répondre aux multiples questions que les gens se posent à propos d’une tradition avec laquelle ils ne sont probablement pas familiers » explique Ying-Fa. « En plus, pour ceux qui suivent déjà cette voie, ce peut être une ressource inestimable, en particulier pour ceux qui n’ont pas accès à un enseignant« .



Mais parfois, Ying-Fa ne peut que hocher la tête en signe de tristesse et de frustration, face à ce qu’on lui écrit.



Des années auparavant, il a reçu un courriel d’un homme se réclamant élève Zen accompli en ce qu’il était capable de pénétrer l’esprit des animaux qu’il chassait avant de les tuer. L’homme affirmait qu’il pouvait ne « faire qu’un avec l’animal« , ce qui lui permettait de les traquer efficacement.



« Cela fait peut-être de vous un grand chasseur » a répondu Ying-Fa, « mais cela fait aussi de vous un mauvais élève du Zen car vous utilisez votre concentration méditative dans le but de prendre la vie au lieu de la préserver. »



L’homme n’a jamais répondu.



Toutefois, une majorité lui est reconnaissante de ses réponses. Des élèves qui se hâtent pour finir un devoir de religion comparée et qui ont besoin d’aide dans les définitions, aux adultes qui n’ont personne d’autre vers qui se tourner.



Le poète qui hésitait à rejoindre un groupe Zen est James Kimbrell, un professeur d’écriture de 40 ans, à l’université d’Etat de Floride. « Je me suis senti quelque peu réticent à l’idée d’intégrer un groupe« , a t-il confié à un reporter, « et finalement j’ai ressenti l’urgence d’explorer les différents groupes de mon quartier« .



Kimbrell raconte que Ying-Fa a répondu en l’espace d’un jour, lui décrivant les « aspects positifs de l’assise avec un groupe — un peu la différence entre faire du sport à la maison et en faire à la gym; vous pouvez entrer en contact avec l’énergie du groupe et ainsi bénéficier d’une meilleure vision et peut-être d’une expérience plus disciplinée. »



Dave Symon, 41 ans, employé administratif de l’Hôpital St Helier au Sud de Londres, nous apprend par courriel, qu’il avait déjà consulté plusieurs sites bouddhistes pour les écritures, mais qu’il avait trouvé « Ask a Monk » particulièrement informatif et rapide. La réponse de Ying-Fa concernant les arts martiaux et le Bouddhisme a été la suivante: « tout dépend de l’intention… Les arts martiaux ne sont pas bons ou mauvais par nature; ils sont simplement une forme d’entraînement physique, mentale et spirituelle. C’est la manière dont une personne va employer cet entraînement qui détermine si cela va à l’encontre des enseignements bouddhistes« .



Ying-Fa raconte qu’il consacre six ou sept heures par semaine à répondre aux courriels. Le fait qu’il soit « assez bon dactylo » l’aide, dit-il. Le résultat de plusieurs années en journalisme TV et radio, exercé dans plusieurs états, sous son nom légal, Michael Bonasso.



En 1985, après trois années passées à travailler pour l’Administration des Vétérans, il réalise qu’il est « très, très malheureux, en colère et stressé« . Sa quête de sens l’amène au Temple bouddhiste de Cleveland, où il commence à méditer régulièrement. Là il trouve son premier enseignant. Il prend ses voeux de novice en 1990 et est ordonné moine en 1998. En 1994, il fonde Zendo CloudWater.



Ying-Fa explique qu’il essaye de répondre aux courriels d' »Ask a Monk » en 24 heures, priorité faite à ceux dont un membre de la famille ou un animal est proche de la mort, ou à ceux qui font l’expérience de crises d’autres vies. Toutefois, une réponse rapide peut être difficile à donner lorsqu’il voyage car il n’a pas d’ordinateur portable (« mon karma n’a pas fait en sorte que j’en possède un actuellement« ).



C’est une chose qui va changer. Assis dans un café le mois dernier, Ying-Fa a brandi un iphone, un cadeau de Noël offert en avance par sa femme, la Vén. Shih Ming-Xing, assistante nonne au centre Zen.



Désormais, il peut consulter ses courriels à peu près n’importe où.



« C’est le cadeau parfait pour un moine en mouvement« , déclare t-il alors que son visage disparaît dans un sourire béat.




A propos de Vén. Shih Ying-Fa



Koshin_Ogui.jpgLe moine supérieur de Zendo Cloud Water ainsi que le fondateur de l’Ordre de Nien-Fo Ch’an des Moines bouddhistes est le Vén. Shih Ying-Fa. Vén. Ying-Fa est un disciple de son enseignant, Rév. Koshin Ogui du Temple bouddhiste du Midwest à Chicago, dans l’Illinois. Il a reçu la transmission du Dharma du Vén. Shih Shen-Lung du Temple du Dragon Flower Ch’an en 1998 et a succédé à Maître Shen-Lung en tant que moine supérieur du Dragon Flower après sa mort.



Vén. Ying-Fa a récemment été nommé Directeur Spirituel honoraire de l’Association Richard Hunn d’étude Ch’an en Angleterre. Vén. Ying-Fa enseigne régulièrement aux sanghas affiliées du Zendo CloudWater à Canton et Akron, en Ohio, tout comme à Pittsburgh, en Pennsylvanie. Il enseigne également le Zen et le Bouddhisme aux internés de plusieurs établissements correctionnels de l’Ohio.





Par Janet Fillmore (Chicago Tribune)



Source : www. buddhistchannel.tv

Previous articleInterview de Denys Rimpoché – La Flamme olympique à Lhassa ?
Next articleUne Marche de Tibétains contre les J.O stoppée par la Police indienne