Accueil Espace Bouddhiste Bouddhisme Olivier Wang Genh : ‘le Bouddhisme se satisfait très bien de la...

Olivier Wang Genh : ‘le Bouddhisme se satisfait très bien de la Laïcité à la Française’

73
0

26.02.2008


En janvier dernier, Nicolas Sarkozy présentait ses vœux aux autorités religieuses de France. Pour la première fois, Olivier Wang Genh était présent, aux cotés de Joseph Sitruk, Dalil Boubakeur, Claude Baty, Adamakis Emmanuel et Mgr Vingt-Trois. Le président de l’Union Bouddhiste de France nous livre ici quelques pensées.


Sur le rôle de l’Union Bouddhiste de France



Olivier_Wang_Genh_portrait.jpgL’UBF a pour vocation d’être le porte-parole des bouddhistes de France, notamment vis à vis des autorités civiles et plus généralement au sein de la société.

Elle a un rôle fédérateur des différentes traditions bouddhistes présentes en France. Elle permet ainsi une visibilité et une
L’UBF a pour vocation d’être le porte-parole des bouddhistes de France, notamment vis à vis des autorités civiles et plus généralement au sein de la société.lisibilité, une cohérence par rapport à la mosaïque de la communauté bouddhiste, unie sur le fond mais très diverse quant à la forme.
L’UBF assume donc une responsabilité quant à la reconnaissance et l’admission de ses membres. C’est pour cela qu’entre autres critères, elle vérifie soigneusement la filiation de ses adhérents à une lignée connue et reconnue. Le but est ici d’éviter toute confusion avec des mouvements qui s’inspirent des méthodes bouddhistes – du reste universelles –mais ne sont pas des écoles du bouddhisme (new age ; bien être ; sectes).



C’est grâce à l’UBF que la communauté bouddhiste de France a désormais « pignon sur rue », avec son siège à la Grande Pagode du Bois de Vincennes.
Parmi les nombreuses avancées que la Fédération a permises, citons les émissions religieuses du dimanche matin sur F2, quelques aumôneries (encore trop rares) dans des CHU, des fêtes du Bouddhisme (à Paris ou en province), et un droit d’expression lors de certaines grandes consultations nationales, par exemple sur la question des cendres cinéraires.


“ll nous semble normal et souhaitable qu’un représentant bouddhiste soit présent dès lors que les différentes religions de France sont invitées à participer à un quelconque évènement de la société. Et ce, quels que soient les autres acteurs de la société présents au dit évènement (du plus haut échelon au plus bas).



En réalité, on ne peut qu’apprécier ce geste fort, bien qu’un peu tardif… Mais tout vient à point à qui sait attendre, n’est-ce pas ?

L’invitation lancée aux bouddhistes traduit le fait que les autorités ont constaté que le bouddhisme est aujourd’hui un élément du paysage français. Rien n’est joué pour autant : cela dépend des acteurs, de part et d’autre.”


Sur l’évolution du Bouddhisme en France



L’implantation du Bouddhisme en France remonte à une cinquantaine d’années. A l’échelle de l’histoire, c’est peu. Il est trop tôt pour savoir si elle sera pérenne ou non, mais il est indéniable qu’elle connaît un développement constant depuis ses débuts.



Ses premiers acteurs ont été des réfugiés asiatiques, originaires de l’ex-Indochine, du Sri Lanka ou du Tibet, plus tard de Taïwan ou de Chine. Mais dès les années 60, les Français « de souche » ont manifesté un vif intérêt qui ne s’est pas démenti depuis.



Cela ne signifie pas que tous les sympathisants vont « se convertir » au bouddhisme. Une majorité d’entre eux fréquentent des centres ou lisent des ouvrages consacrés au bouddhisme pour y puiser un réconfort et y trouver les moyens de se sentir mieux.
De fait, loin d’être dogmatique, le bouddhisme se présente avant tout comme un chemin qui se fonde sur l’éthique pour atteindre à la sagesse grâce à la concentration. Il est naturel que cela attire nos contemporains, assoiffés de sens et de spiritualité dans des sociétés qui ont perdu sinon leurs valeurs, du moins leurs repères traditionnels. De là à se transformer en « pratiquants », il y a de la marge : qu’importe s’ils en tirent de réels bienfaits,qui seront utiles pour autrui comme pour eux.
Cette réserve dûment faite, il est cependant exact qu’ actuellement en Occident le bouddhisme fait beaucoup d’adeptes, non seulement laïques mais également religieux (moines et moniales, lamas et vénérables). Les centres qui organisent des retraites de trois ans sont inondés de demandes et les listes d’attente s’allongent !




Sur la place du Bouddhisme en France



Le Bouddhisme participe au dialogue interreligieux et entretient de bonnes relations avec les autres religions présentes en France, même si les religions monothéistes ont parfois du mal à intégrer le bouddhisme comme une des grandes religions de la planète…
Voie non théiste, le Bouddhisme se satisfait très bien de la laïcité à la française. Laïcité qui permet la diversité des religions et le respect de toutes (Cf. discours du roi Ashoka).
Le bouddhisme est foncièrement inclusif. Il est fondé sur la tolérance et l’ouverture à toutes les traditions, du moment qu’elles permettent à leurs adeptes d’évoluer : les êtres dans leur diversité ne peuvent progresser que grâce à des chemins qui leur sont adaptés et qui doivent donc être également variés.




Sur la communauté asiatique bouddhiste



La communauté bouddhiste de France comporte deux groupes : les bouddhistes « de naissance », en majorité écrasante d’origine asiatique, et les bouddhistes « par choix », de toutes origines.



L’UBF entend représenter la communauté dans sa totalité. Mais il est naturel que chaque groupe y participe à sa manière, en fonction de ses habitudes culturelles, de ses besoins et de ses attentes. Sans oublier le phénomène du « nouveau converti »…



Actuellement, ce sont plutôt les Français de souche qui s’intéressent le plus à l’intégration du bouddhisme et sa reconnaissance dans la société, ce qui semble assez normal.
Cela tient, pensons-nous, d’une part au côté naturellement discret des Asiatiques, d’autre part au fait que, dans les années 70 -80, la première génération d’exilés cherchait en priorité à s’intégrer et commence seulement maintenant à comprendre la culture occidentale dans sa profondeur et ses nuances. Laissons du temps au temps… Et il appartiendra aux Français de choisir « Bouddhisme en pot  » ou  » Bouddhisme en pleine terre » .



L’UBF souhaite cependant renforcer la représentation en son sein de la communauté asiatique. Celle-ci bénéficie déjà largement des structures proposées par la Fédération (Pagode, émissions TV, etc.). En retour, elle apporte la richesse de son expérience millénaire aux Français cartésiens, parfois décontenancés par les Enseignements du Bouddha qui allient souplesse et inclusivité.



Des initiatives telles que les « Journées Associations » organisée par l’UBF sont des opportunités pour créer des liens avec la communauté asiatique bouddhiste. Une communication ciblée et ouverte aux pagodes non membres de l’UBF est souhaitable mais suppose la contribution des médias, comme … Buddhachannel.




Sur le bouddhisme dans le paysage médiatique français



Invité ou acteur ?
Vous, par ex (Buddhachannel), vous êtes acteurs, et avez une grande responsabilité à ce titre.



D’une manière générale, on ne peut que constater une assez grande « ignorance » du bouddhisme de la part des journalistes mais un vif intérêt des médias pour le « phénomène de mode »…Le bouddhisme fait vendre !
Ceci dit, c’est à nous de mieux communiquer et de mieux nous faire connaître…

Il est essentiel que l’UBF identifie « les acteurs » sympathisants (en dehors des journalistes) et qu’elle soit en lien avec eux. Elle doit constituer un lieu d’orientation et d’information pour dépasser « le phénomène de mode » : une culture qui vient d’ailleurs…
Nous devons traduire ou plutôt reformuler les Enseignements de Bouddha dans un langage actuel, applicable ici et maintenant, au quotidien. Nous devons aussi nous tenir au courant de l’actualité et être présents dans la société, en apportant notre vision et notre contribution.





Propos recueillis par Amélie Delaporte-Digard, pour www.buddhachannel.tv

Previous articleTaïwan – Les Festivaliers Encouragés à Recycler les Piles des Lanternes
Next articlePrière bouddhiste à réciter en ce moment