Accueil Actus Tibet: Emeutes suite à l’Arrestation de Moines

Tibet: Emeutes suite à l’Arrestation de Moines

29
0


EMEUTES TIBETAINES DANS UN VILLAGE, LA POLICE ISOLE LA REGION [[Traduit de l’Anglais par Hélène LE, pour www.buddhachannel.tv]]



BEIJING, 25 novembre (Reuters) – Une altercation entre un gérant de boutique appartenant à l’ethnie majoritaire chinoise (Han) avec des moines tibétains dans le Tibet rural s’est transformé en émeute ethnique, rapportait aujourd’hui une source ayant eu vent de l’incident. Il s’agit du dernier signe connu de mécontentement dans la région instable.



L’émeute a commencé après que trois moines bouddhistes du temple Baigan dans le district tibétain de Naqu, se sont bagarrés avec le gérant d’une boutique. Lorsque la police a arrêté les moines, et non le gérant, la colère est montée.



« Le gérant Han a attaqué les moines en premier », nous apprend la source basée à Beijing et familière des affaires tibétaines, à propos de l’incident qui a eu lieu la semaine dernière.



Les moines ont été transférés du bureau de police local, au bureau de sécurité publique du conté, où ils ont déclaré avoir été battus.



Des centaines de bergers se sont rendus au bureau afin de réclamer leur libération, et leur requête n’ayant abouti, ces derniers ont commencé à saccager des boutiques tenues par des Chinois Han.



Les bergers, estimés au nombre de 600 ont aussi attaqué la police qui avait arrêté les moines au départ, et ont détérioré des voitures et des bureaux du gouvernements.



Lorsque la police a commencé à filmer les émeutes dans le but de collecter des preuves, la colère des foules s’est intensifiée.



« Les bergers étaient très agités et ils ne voulaient pas laisser la police les filmer », indique la source.




L’émeute a forcé les autorités à apeller 800 paramilitaires, à isoler la région et à couper tout lien téléphonique.



Une source officielle jointe par téléphone, au bureau de la Sécurité Publique dans le conté de Biru, confirme qu’il y a bien eu des rixes sans donner plus d’informations concernant le village étranger de Baiga, où les incidents ont eu lieu.



« C’est confidentiel. Je ne peux pas parler de çà », a déclaré l’officiel, qui a raccroché lorsqu’on lui a demandé son nom. Il a également ajouté que la situation était maintenant stable.



Il s’agit de la plus récente émeute incluse dans une suite d’incidents au Tibet, où les tensions entre Chinois et Tibétains demeurent au plus haut, près de cinq décennies après que les troupes communistes ont pris le contrôle de la région montagneuse isolée.



Nombre de Tibétains demeurent loyaux envers le Dalai Lama, leader spirituel du Bouddhisme tibétain, en dépit de la condamnation de Beijing qui le considère comme un traître, pour avoir pris part à un soulèvement échoué contre le régime chinois et fui en Inde en 1959.



Le district de Naqu est le lieu de naissance d’une jeune nonne tuée l’année dernière au moment où les soldats chinois ont ouvert le feu sur un groupe de Tibétains, qui tentait de traverser un col menant au Népal.



Plusieurs personnes dans la même région ont également été arrêtées l’année dernière pour avoir brûlé des fourrures après que le Dalai Lama ait apellé les Tibétains à ne plus porter les fourrures et peaux d’animaux en danger.



Source : Reuters

Previous articleParis – 12 décembre – Rencontre avec Dominique Blain sur Ryokan
Next articleDalai Lama: un Successeur non tibétain?