Accueil Actus Inde — Conversions massives au bouddhisme à Mumbai

Inde — Conversions massives au bouddhisme à Mumbai

32
0

28.05.2007


dalit_rising1.jpgHier à Bombay, officiellement appelée Mumbai depuis 1995, s’est passé un événement étonnant. Pour comprendre ce qui s’est passé, il faut s’imaginer une ville immense, la plus grande ville d’Inde, capitale de l’État du Maharashtra, la sixième agglomération la plus peuplée du monde. Tout autour se sont regroupés des millions de gens attirés par le mirage des villes. Ils savent que l’argent est à Mumbaï et à Bollywood, le Hollywood indien. Mais ils ne peuvent s’insérer dans cette ville en raison de leur naissance, de leur caste inférieure ou de leur non-caste.


Dalits
Dalits


Hier, Dimanche 27 Mai, 50 000 personnes de religion hindouiste, mais issues de castes inférieures se sont donc convertis massivement au bouddhisme. Ils venaient de cette société indienne des exclus de la plus grande ville de l’Inde avec son lot de misère pour les gens défavorisés. S’y sont joints des hindouistes vivant en tribus nomages, des pauvres cherchant une vie plus digne et ne pouvant pas s’insérer dans la société indienne en raison de leur infériorité de naissance. Leur principal handicap : être né dans une caste inférieurs ou pire sans caste, les intouchables, ceux que l’on appelle maintenant les Dalits.


Le spectacle était totalement surréaliste : au milieu d’une foule d’un demi-million de personnes, des bonzes bien reconnaissables par leur tunique orange et safran ont procédé à la cérémonie des trois refuges. Les nouveaux convertis ont été fêtés, et c’est dans l’allégresse que chacun est reparti avec l’espoir d’un statut social plus facile.


dalit_rising2.jpg


Un sixième environ de la population indienne de 1,1 milliard d’habitants était jadis considéré comme appartenant aux castes inférieures jugées «intouchables», à qui étaient réservés les emplois les plus ingrats et les plus dégradants. Bien que la Constitution de l’Inde interdise la discrimination sur la base des castes sociales, le système des castes perdure, principalement dans les campagnes.


Avec 1,1 milliard d’habitants, l’inde est le deuxième foyer démographique du monde, juste après la Chine. Les hindous forment 80 % de la population de l’Inde, les musulmans 13 %, les chrétiens environ 3 %, le reste se partageant entre les sikhs, les bouddhistes, les jaïnistes, les parsis et les juifs.


LES NÉO-BOUDDHISTES DALITS


Des organisations ses sont structurés, spécialement dans la région de Mumbai : on les appelle les Néo-Bouddhistes Dalits. Voir photo ci-dessous :

Neo-Bouddhistes Dalits
Neo-Bouddhistes Dalits


L’INDE ET SES CASTES


Les brahmanes qui ont créé cette hiérarchie au sein de leurs communautés pour des raisons politiques, le système des castes étant une façon de maintenir les privilèges de certains au niveau économique et politique.

Ce système est composé de quatres classes distinctes ayant leurs propres règles de conduites que l’on appelle les varnas. Au sommet de la pyramide des valeurs, les brahmanes sont les prêtres, donc les détenteurs de la connaissance. Ensuite, les kshatriyas sont les guerriers. Les vaisyas sont les artisans et les commerçants. Et en dernier, les sudras, qui représentent la basse caste et qui sont paysans. Ces quatre varnas correspondraient aux quatre parties du corps de Brahma, le Dieu de la Création : les brahmanes sont sont sortis de la bouche de Brahma, les kshatriyas, sont nés de ses bras, les vaisyas viennent de ses cuisses et les sudras sortirent de ses pieds.


Une couche de la population n’est pas sortie du corps de Brahma, donc elle est considérée comme impure par nature, par naissance. Ce sont les dalits, les parias, appelés aussi intouchables, car un brahmane ne peut manger une nourriture touchée par un intouchable. Il faut alors la purifier pour enlever les souillures venues de ce contact. Les Dalits accomplissent les tâches les plus dégradantes et les plus pénibles. Le mot « intouchable » est maintenant interdite par la Constitution indienne. Gandhi les nomma harijans, fils de Dieu.


C’est dans ces couches de population que le bouddhisme se développe, car Bouddha a toujours considéré les hommes comme égaux. Il faut bien sûr plus voir ces conversions comme une chance de retrouver un statut honorable et une possibilité d’un avenir meilleur.



Alain Delaporte-Digard pour www.buddhachannel.tv

Previous article25 mai 1964: discours de Modibo Keita pour la journée de l’Afrique
Next article600 Bouddhistes ont été Ordonnés Moines au Temple de Shaolin