Accueil Actus Témoin de la Route de la soie

Témoin de la Route de la soie

10
0

Située dans le nord-ouest de la Chine, la province du Gansu s’étend sur une superficie de 454 000 km². Avec une population de 24 millions d’habitants, Lanzhou est son chef-lieu. L’histoire du Gansu remonte à plus de 3 mille ans, jusqu’à la dynastie des Zhou. Le Gansu est l’un des berceaux de la nation chinoise, et la fameuse Route de la soie, qui le traversait, a apporté à la région prospérité économique et culturelle. Suivez notre journaliste pour une visite guidée du Musée provincial du Gansu.
 
2016062716421629425.jpg
 
2016062716421882063.jpg
 
ODILE NGOPYA
Journaliste de CCTV-Français
 
« Le Musée de la province du Gansu se trouve à Lanzhou sur la rive du fleuve jaune au nord-ouest de la Chine. Il s’agit de l’un des plus complets et plus grands musées de Chine. Les passionnés de l’histoire et de la Route de la soie ne regretteront pas leur visite. »
 
Lanzhou est une ancienne cité importante sous la dynastie des Han. Une visite du Musée provincial du Gansu permet de plonger dans l’histoire de la Chine et dans le passé glorieux de la région du Gansu. Le Musée provincial du Gansu représente non seulement une fenêtre sur le passé de la Route de la soie mais retrace aussi l’histoire de la province et de ses richesses cachées.
Depuis la construction du musée, les découvertes menées dans le cadre de fouilles archéologiques et de donations ont permis de recueillir près 82 000 reliques historiques et culturelles. Le Musée provincial renferme quantité de trésors, allant de poteries peintes à des étoffes en soie, des statues de Bouddha à des objets en or et argent.
 
L’une des pièces maîtresses du musée, le cheval de bronze, surnommé aussi « Cheval volant » a été découvert dans une tombe de la dynastie Han. D’une hauteur de 34,5 cm à peine, la sculpture représente le moment précis où seul le sabot arrière droit du cheval galopant dans les airs, se pose sur une hirondelle, elle-même en plein vol.
 
E JUN
Conservateur du Musée provincial du Gansu
 
« La pièce qui a le plus de valeur dans le musée, est le ‘Cheval volant’ en bronze. Cet objet a été découvert et déterré par un agriculteur le siècle dernier à Wuwei. Il s’agit de l’un des chevaux d’une cavalerie d’élite. Guo Moruo l’a baptisé ‘Cheval galopant sur une hirondelle’. Et en cette même année, il a été introduit dans le manuel scolaire pour le secondaire. Il semble maintenant que les techniques de moulage utilisées sont remplies d’imagination, et aussi caratérisées par un sensation de vitesse, qui révèlent les techniques de fabrication les plus avancées pour l’époque. Le Cheval volant est considéré par l’Administration nationale du tourisme comme l’emblème du tourisme national.
 
Au termes de longues négociations entre l’Administration d’État chargée du patrimoine culturel et le ministère français de la Culture, le Musée provincial du Gansu a accueilli en juillet 2015, le retour des reliques culturelles dérobées dans les années 90. Il s’agit de 32 plaques rarissismes en or massif incisé, datant du 7ème siècle avant Jésus-Christ. Le conservateur du musée a donné quelques détails sur la restitution de ces oeuvres, et a reconnu que la France avait changé la donne, en restituant ce trésor, elle fait un bon exemple de par le monde en matière de la préservation des vestiges.
 
E JUN
Conservateur du Musée provincial
 
« Le processus des négociations se déroulait de manière fort dramatique. Tout d’abord, le musée Guimet pensait que ces reliques culturelles méritaient des discussions quant à ses origines, et ce fut ainsi que le musée Guimet a rendu les pièces à un célèbre collectioneur, Christian Deydier, qui nous a ensuite restitués les reliques. Selon la loi française, les actions de M. Deydier et du musée Guimet sont conformes à la loi. Cela en dit long sur la générosité du peuple français, qui a su gagner notre respect. »
 
Les efforts déployés par la Chine et la France ont abouti à la restitution des pièces. À l’échelle internationale, la confirmation des propriétaires des oeuvres d’art est une première étape, qui permettra dans les années à venir d’ouvrir de nouvelles possibilités en matière de recherche de reliques culturelles.
 
Source

Previous articleLa démarche des dieux
Next articleBirmanie : le Rocher d’or, objet de dévotion