Accueil Actus Au Portugal, le plus grand jardin oriental d’Europe

Au Portugal, le plus grand jardin oriental d’Europe

5
0

image-1024-1024-188749.jpg
 
Bombarral est une commune sans histoire, située à 80 km au Nord de Lisbonne. En plein pays de maraîchage, doucement vallonné, ponctué de vergers de pommes et de poires, avec un petit air de bocage. L’ambiance bucolique est brusquement interrompue au détour d’une petite route : sur une colline, des bouddhas géants, des pagodes et des temples ! C’est le parc Bouddha Eden.
 
Le contraste est saisissant avec la douce campagne portugaise environnante. Entre bambouseraies et allées de palmiers, le visiteur est invité à voyager en Asie, hors du temps. Avec ses 35 hectares, le Parc Bouddha Eden est le jardin oriental le plus grand d’Europe.
 
On le doit au riche homme d’affaires portugais Joe Berardo. Ce mécène, grand collectionneur d’art, a décidé d’offrir à l’humanité un espace de paix et de méditation. Le milliardaire avait été profondément choqué par la destruction des grands bouddhas de Bamyan en Afghanistan, démolis en 2001 par les Talibans, qui les avaient jugés obscènes. Alors, depuis 2007, Joe Berardo s’est transformé en architecte paysagiste, pour aménager et agrémenter ce parc, situé sur l’un de ses domaines agricoles.
 
Voyage en Asie
 
Une fois franchi l’accueil dans les bâtiments du XVIIIe siècle, le visiteur est invité à passer sous les arches d’une porte céleste asiatique pour entamer un voyage initiatique dans un autre univers. Sur une colline qui fait face à la porte, un énorme bouddha couché semble n’être là que pour convier à se laisser gagner par la torpeur.
 
À ses pieds, de gros bouddhas rieurs, dont la peinture dorée étincelle sous le soleil printanier. Plus loin, le regard est aspiré par des éclats d’un bleu intense : des rangées de guerriers de Xian, dont la terre cuite est recouverte du bleu « Klein », du nom de l’artiste contemporain qui a immortalisé cette couleur si particulière. À deux reprises, les rangées de soldats de l’empereur Qin Shi Huang (des reproductions), incongrus dans ce parc, sur le qui-vive, mais plus énigmatiques que menaçants, semblent défier les promeneurs.
 

image-1024-1024-188754.jpg
 

image-1024-1024-188751.jpg
 

Art contemporain
 
Joe Berardo est un collectionneur, véritable amateur d’art et de culture. On lui doit le Musée d’art contemporain du Centre culturel de Belém, à Lisbonne. C’est donc tout naturellement qu’il a disposé de nombreuses œuvres d’art monumentales dans le parc Bouddha Eden, créant ainsi un musée d’art contemporain à ciel ouvert. On y trouve même, récemment installée, une collection de 200 sculptures africaines, de la tribu Schongo du Zimbabwe.
 
Mais les allées soignées, bordées d’arbres et de plantes adaptés au climat portugais, conduisent inexorablement vers les centaines de statues qui ponctuent les espaces. Elles évoquent le Japon, la Thaïlande, l’Inde ou la Chine. On en ignore le nombre exact. Mais il a fallu quelque 6 000 tonnes de granit et de marbre pour en peupler le délicieux parc.
 
Ici, le mystère est partie intégrante de l’atmosphère. En évitant les dérives mercantiles de certains parcs à thèmes, Berardo réussit son pari : celui de créer un havre de paix.
 
image-1024-1024-188756.jpg
 
 
Source

Previous articleAimer ce qui est – Quatre questions qui peuvent tout changer dans votre vie
Next articleZem — Dès que l’on prend conscience de la cause d’un mal-être ou d’une maladie, le processus de guérison est déjà amorcé. Il ne reste plus que l’action ou la décision appropriée pour assister au retour de l’harmonie. Claudia Rainville