Accueil Actus Avril 2016 – Journal des sanghas

Avril 2016 – Journal des sanghas

9
0


PRÉSENTATION

Time Code – 00:33


AGENDA

Time Code – 01:00


Nous débutons cet agenda avec le centre Lerab Ling qui organise, en premier lieu, du 2 au 5 avril, une retraite « Découvrir la véritable nature de l’amour ». Cette retraite répondra à la question que nous nous posons tous : « Comment gérer des sentiments tels que la peur et l’incertitude dans un monde de plus en plus éprouvant ? ». Vous recevrez également tous les outils nécessaires afin de pouvoir utiliser la pratique d’Amour-tendresse comme une source de bien-être dans votre vie.


Le 10 avril, l’amour laissera place à la méditation et à la famille. Pendant la journée, il vous sera proposé des séances consacrées aux familles, aux enfants et aux parents. Des ateliers interactifs pendant lesquels vous explorerez la méditation et apprendrez à vivre le moment présent et à développer des qualités du cœur. Vous pourrez ainsi participer à des ateliers d’expression et de créativité qui permettent de mettre en action l’attention et la pleine conscience, à des activités de plein air ou encore à des jeux en famille.


Le week-end du 23-24 avril vous aidera à trouver en vous la force de faire face à la souffrance et au changement. Le Dr Christophe Fauré parlera ainsi de la manière de « Vivre le deuil au jour le jour ». Ses présentations seront complétées par des ateliers pratiques ainsi que par des temps de réflexion et de méditation. Vous apprendrez à intégrer, dans votre vie et dans votre être, la présence intime de la personne qui vous a quitté, tout en continuant le cours de votre existence, sans culpabilité ni sentiments de trahison.


Dogen Sangha de son côté, organise sa prochaine sesshin du 3 au 10 avril 2016, dans la chartreuse Pierre Chatel, près de Belley dans le département de l’Ain. L’association met au cœur de cette rencontre, la méditation silencieuse, le retour vers l’intériorité, le travail sur l’équilibre et la pacification de l’esprit par l’observation profonde du mental et du non mental. Si elle se réclame résolument du message de Bouddha et de l’école du Zen Soto fondée par Dogen, elle se veut délibérément ouverte, accueillante et solidaire avec tout ce qui est humain.


Pour finir, sachez qu’un week-end exceptionnel de pleine conscience en pratique formelle et informelle débute, dès le mois d’avril à Nîmes, avec le Centre MBSR : Mindfulness Based Stress Reduction.


ANNUAIRE

Time Code – 03:40


En ce mois d’avril, focus sur l’association Tsetchen Kunkyab.
« La Grande Compassion embrasant tous les univers » a été fondée en 2003 sous l’impulsion du Vénérable Mogchok Rinpoche, lama détenteur de la lignée Shangpa Kagyu et Gelougpa. Non sectaire, il transmet l’enseignement authentique du Bouddha.



L’association organise un grand nombre d’événements tout au long de l’année, sur Paris et sur Cergy. Vous pouvez donc assister à 4 ou 5 week-ends d’enseignement par an, des sessions de méditation hebdomadaire, des sessions de questions/réponses, des conférences publiques, un à deux séminaires d’approfondissement par an, un programme de « retraite dans la vie », des pratiques de libération d’animaux…
L’association participe également à la préservation de la culture tibétaine au travers de la restauration des monastères de Mogchok Rinpoche au Tibet et par l’organisation d’événements (invitation du docteur tibétain Tenpa Tcheuphel de l’institut de médecine traditionnelle de Dharamsala, nouvel an tibétain, etc.).


Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.mogchok-rinpoche.fr ou dans la rubrique annuaire de Buddhachannel.


LE BOUDDHA D’OR

Time Code – 05:00


Racontons une histoire vraie, digne des grandes légendes bouddhistes.


Tout commence à Bangkok, près du quartier chinois, le long du fleuve Chao Praya.


En 1933, la ville décide de faire des travaux d’aménagements des rives du fleuve, mais pour cela, il devient nécessaire de détruire un temple en ruines qui contient un bouddha très dégradé fait en stuc. En Thaïlande cependant, le respect pour toute représentation du bouddha ne permet pas de détruire cette statue uniquement pour des raisons esthétiques. Cette statue immense de plus de 6 tonnes est alors transportée vers un petit temple voisin, dehors sous des tôles. Elle y restera 20 ans…


En 1955, ce petit temple grandissant, fait construire un bâtiment supplémentaire afin de recevoir cette énorme statue. La mousson bat son plein et il est vraiment temps de mettre la statue à l’abri. Avec des prières et beaucoup d’attentions, en raison de la fragilité du stuc, la statue est soulevée par une grue.


C’est à ce moment-là que l’histoire bascule : un câble porteur cède sous le poids de la statue qui bascule sur le côté et s’écrase dans la boue. Tout le monde se sauve, aussi bien les ouvriers que les spectateurs, car cette chute d’un aussi grand bouddha ne peut être qu’un signe annonciateur de mauvaise augure.


Quelques instants après la chute, le ciel se déchaine et crée un énorme orage qui sévira toute la journée et toute la nuit, faisant monter les eaux du fleuves et noyant la ville sous des trombes d’eau.
La population est sous le choc.Les moines du temple prient toute la nuit.


Au petit matin, le supérieur de la pagode sort de la salle de prière, s’approche avec respect et crainte de la statue. Et, avec la même douceur qu’avec une personne très âgée, il commence la toilette de la statue, lui enlevant la boue qui recouvre une partie du visage. Le bouddha ne semble pas courroucé. Il appelle alors les autres moines, restés craintivement dans la salle de prières.


À l’endroit de l’impact de la statue avec le sol, le stuc a explosé et laisse apparaitre une étrange lumière. Une lumière, comme un éclat de lumière.
Sous le stuc, le bouddha brille.


Après de nombreuses concertations, l’accident fût finalement perçu comme un événement propice et annonciateur de beaucoup de bénédictions. La décision d’enlever le stuc ne tarde pas à être prise.


C’est là qu’apparait, dans sa pleine beauté, la plus grande statue en or du monde…
5,5 tonnes d’or massif. Non pas une statue avec des espaces creux à l’intérieur pour mettre des livres de prières, des bijoux ou des offrandes. Non.
5,5 tonnes d’or massif travaillé dans le style de Sukhotai, la grande cité à son apogée au 12ème siècle.


De toute la Thaïlande, des fidèles vinrent découvrir cette merveille, et depuis, le petit temple est devenu un grand sanctuaire mondialement connu.


L’histoire révèle que les Birmans envahirent le pays et assiégèrent Ayutthaya, la vieille capitale du Royaume de Siam. Pour éviter le vol de cette statue et son départ pour la Birmanie, les moines la recouvrirent sous une épaisse couche de stuc. Plus tard, la statue transportée à Bangkok, le secret du stratagème gardé par quelques moines disparût avec leur mort.
Le bouddha d’Or tomba dans l’oubli pendant presque 200 ans…


LA BOUTIQUE BUDDHACHANNEL

Time Code – 09:23


Ce mois-ci, dans notre boutique, nous vous proposons le DVD Sadhu, sorti en France en Novembre 2014.
Le terme « sâdhu » vient du sanskrit qui signifie « homme de bien, Saint Homme ». Le sâdhu doit alors faire vœux de pauvreté et de chasteté. C’est une figure mythique de l’Inde, représentant à la fois la philosophie et le rejet des biens matériels au profit de la spiritualité. 


Voici l’histoire de Suraj Baba.
Il y a 8 ans de cela, il se retire du monde pour devenir un sâdhu, c’est-à-dire un ermite isolé dans une grotte au coeur de l’Himalaya. Tous les 12 ans, la Kumbha Mela réunit plus de 70 millions de pèlerins. Suraj y assiste pour la première fois, et quand il découvre ce qui ressemble plus à une foire commerciale qu’à un rassemblement spirituel, sa foi est ébranlée. Doit-il s’efforcer d’être un saint homme ou juste un homme bien ?


Pour commander le DVD Sadhu, rendez-vous dans la rubrique DVD de la boutique de Buddhachannel.

Previous articleLes coins secrets du centre du Japon
Next articleIl était une fois, les Dalaï-Lamas