Accueil Enseignements Textes fondamentaux Dhammapada XV. Sukha-vagga : Versets sur le bonheur

Dhammapada XV. Sukha-vagga : Versets sur le bonheur

24
0

DHAMMAPADA


Bouddha_nuage-52d9b.jpg
XV. Sukha-vagga : Versets sur le bonheur


Traduction par Jeanne Schut basée sur la version anglaise de Thanissaro Bhikkhu


197 – 200 Quel bonheur de vivre libres de toute hostilité
Parmi ceux qui sont hostiles !
Parmi les êtres hostiles
Nous demeurons libres de toute hostilité.

Quel bonheur de vivre libres de toute avidité
Parmi ceux qui souffrent de l’avidité !
Parmi les êtres qui souffrent de l’avidité
Nous demeurons libres de toute avidité.

Quel bonheur de vivre libres de toute agitation
Parmi ceux qui s’agitent !
Parmi les êtres qui s’agitent
Nous demeurons libres de toute agitation.

Quel bonheur de vivre
Pour nous qui ne possédons rien !
Nous nous nourrirons de béatitude
Comme les dieux de lumière.

201 La victoire attire l’hostilité
La défaite engendre la souffrance.
Celui qui a trouvé la paix vit heureux
Car il a écarté aussi bien victoire que défaite.

202 – 204 Nul feu n’est plus brûlant que la passion
Nul désespoir plus grand que la colère
Nulle souffrance plus grande que les agrégats de l’existence
Nul bonheur plus grand que la paix du Nibbana.

La faim est la pire des maladies
Le samsara la pire des souffrances.
Pour qui connaît vraiment cette vérité
La Libération est le plus grand des bonheurs.

Etre en bonne santé est la plus grande des chances
Se satisfaire de ce que l’on a la plus grande des richesses.
La confiance est le meilleur moyen de rapprocher les êtres
La Libération est le plus grand des bonheurs.

205 S’étant délecté de la saveur
De la solitude et de la paix
On s’est libéré du mal, libéré du malheur
Abreuvé de la félicité du Dhamma.

206 – 208 Il est bon de rencontrer de Nobles Etres
Leur compagnie sera toujours un bonheur
Si on évite de rencontrer sans cesse des ignorants
On sera sans cesse heureux.

Car vivre avec un ignorant
Attriste pour longtemps.
Se joindre aux ignorants est comme s’allier à l’ennemi
Se rapprocher des Eveillés est comme une réunion d’amis.

Alors suis l’Eveillé, l’homme intègre
Doué de discernement, de connaissance et d’endurance,
De droiture, de noblesse et d’intelligence !
Suis un tel homme comme la lune suit la voie étoilée.

Source : www.dhammadelaforet.org

Previous articleDhammapada XXVI – Brahmana-Vagga – Le saint homme
Next articleLa Thaïlande en pleine crise de moralité