Accueil Espace Bouddhiste Alimentation Edito depuis Tokyo sur les algues

Edito depuis Tokyo sur les algues

32
0

Wakame
Wakame
Tokyo ce matin par un beau soleil de printemps.

Entouré par la mer, les japonais ont concentré leur alimentation sur les poissons et les algues, afin de compenser la pauvreté en minéraux du sol nippon. Les algues sont nombreuses sur les marchés où elles sont vendues fraiches et en vrac, ou séchée. La plus utilisée est l’algue KOMBU. Cette algue est cultivée aussi en France sous le nom de Laminaria Digitata. Elle permet lors de la cuisson au riz d’être plus assimilable par l’organisme. Certains japonais la mâchent après avoir trop bu de Saké, une façon de se dessouler. Les WAKAMES fraîches, outre leur goût agréable avec quelques graines de sésame, sont souveraines contre la chute des cheveux et les ongles cassants. Les meilleurs wakames viennent des eaux froides de l’île d’Hokkaido. Les IZIKIS au goût fort et iodé bloquent les palais occidentaux, même s’ils sont un trésor de bienfaits. Beaucoup d’autres sortes d’algues sont consommables. Elles sont bien souvent péchées sur la côte Nord-Ouest de la grande île d’Honshu, peu industrialisée. Enfin, arrivons aux algues NORI, les plus connues en France, puisqu’elles entourent les sushis. Ces petites algues sont mises sur des claies et séchées comme des feuilles de papier. Elles peuvent être grillées a la flamme pour mieux libérer leur goût. Les scientifiques pensent que les noris, les algues les plus protéinées de la planète, seraient une solution pour apporter au monde de demain suffissamment de protéines a la consommation mondiale. Des recherches en coordination avec la France élaborent des stratégies qui changeront peut-être notre alimentation de demain.

Mais si vous mangez japonais, n’oubliez pas le conseil de George Osawa, le fondateur de la macrobiotique au Japon. L’important est de macher beaucoup nos aliments; « Vous devez boire vos aliments (par 50 mastications à chaque bouchée ». Essayez, c’est une vraie méditation, une maîtrise de soi et un respect de l’aliment. Et il ajoutait : « et vous devez manger vos boissons. » Il faut insaliver le liquide et le réchauffer avant de l’avaler, pour qu’il puisse mieux s’intégrer à notre corps.


Alors, à vos sushis, à vos kombus, en machant en pleine conscience.

Belle méditation gastronomique depuis Tokyo.

Alain Delaporte-Digard

Retrouvez les dossiers Spécial Japon :
le Kyudo
le Shintoïsme
Le bouddhisme Shingon
Le bouddhisme Obaku
Le bouddhisme Soto
Le bouddhisme Tendaï
Le bouddhisme Rinzaï


Vous écoutez une musique de Buddhachannel :
AUDIO : Musique de Buddhachannel

www.buddhachannel.tv

Previous articleKarmapa Orgyèn Trinlé Dordjé — L’importance d’être végétarien
Next articleLe végétarisme à temps partiel