Accueil Enseignements Textes fondamentaux Dhammapada XVI. Piya-vagga : Versets sur ceux qui nous sont chers

Dhammapada XVI. Piya-vagga : Versets sur ceux qui nous sont chers

25
0

DHAMMAPADA


Bouddha_nuage-52d9b-3.jpg

XVI. Piya-vagga : Versets sur ceux qui nous sont chers

209 Il s’est appliqué à poursuivre ce qu’il aurait dû éviter
Et ne s’est pas appliqué à ce qu’il aurait dû faire.
Il a négligé son véritable but pour nouer des liens affectifs
Et aujourd’hui il envie ceux qui ont fait l’effort de garder le cap.

210 – 211 Jamais, quoi qu’il arrive, ne te rapproche trop
De ceux qui te sont chers comme de ceux que tu n’aimes pas.
Car il est douloureux de ne point voir ceux qui nous sont chers
Tout autant que d’être forcés de voir ceux que nous n’aimons pas.

Alors ne crée pas de liens affectifs trop forts
Car il est terrible d’être éloignés de ceux qui nous sont chers.
Il n’y a plus d’attaches
Pour qui est libre aussi bien de l’affection que de l’aversion.

212 – 216 De ce qui nous est cher naît le chagrin
De ce qui nous est cher naît la peur.
Pour qui est libéré de ce qui lui est cher
Il n’y a plus de chagrin — alors comment y aurait-il la peur ?

De ce que nous aimons naît le chagrin
De ce que nous aimons naît la peur
Pour qui est libéré de ce qu’il aime
Il n’y a plus de chagrin — alors comment y aurait-il la peur ?

De ce qui nous ravit naît le chagrin
De ce qui nous ravit naît la peur.
Pour qui est libéré de ce qui le ravit
Il n’y a plus de chagrin — alors comment y aurait-il la peur ?

Du plaisir des sens naît le chagrin
Du plaisir des sens naît la peur.
Pour qui est libéré du plaisir des sens
Il n’y a plus de chagrin — alors comment y aurait-il la peur ?

De la convoitise naît le chagrin
De la convoitise naît la peur.
Pour qui est libéré de la convoitise
Il n’y a plus de chagrin — alors comment y aurait-il la peur ?

217 Celui qui est vertueux, dont la vision est juste,
Qui est intelligent et honnête
Et qui sait assumer ses obligations —
Celui-là est cher au cœur de tous.

218 Si tu aspires à l’Ineffable,
Si l’inspiration emplit ton cœur,
Si ton esprit n’est pas embrumé par les passions,
Tu es quelqu’un qui « remonte le Courant ».

219 – 220 Quand un homme, longtemps absent,
Rentre sain et sauf d’un long voyage,
Ses proches, ses amis, ses compagnons
Se réjouissent de son retour.

De la même façon, quand tu agis bien
Et que tu quittes ce monde pour l’au-delà
Tu es accueilli par tes bonnes actions
Comme un ami, un être cher qui rentre à la maison.

Previous articleKTT Toulon – Hyères
Next articleLe mont Fuji – Japon