Accueil Flashome TEMPLES DE SHANGHAI – Balade et découvertes de trésors cachés…

TEMPLES DE SHANGHAI – Balade et découvertes de trésors cachés…

33
0

templejingan1.jpg
Dans la série « Découvrir Shanghai » et pour commencer l’année sous de bons auspices, nous vous proposons…les temples ! Certes, notre chère ville n’est pas spécialement réputée pour ses temples, à tort peut-être… Et, qui plus est, ayant vécu au Japon, je vous avoue que ma sensibilité personnelle pour ces lieux de culte est toute particulière… Et bien, ne reculant devant aucun sacrifice pour mieux vous servir, chers lecteurs, j’ai pris mon bâton de pèlerin et j’ai enjambé la première (haute) marche de la porte d’un certain nombre de temples. Pour vos prochaines flâneries du dimanche, pour les visites de vos amis et proches, voici donc les incontournables et bien sûr mes coups de cœur !

Petit memento sur les confessions religieuses ancestrales chinoises

gros_buddha.jpg
Rappelons brièvement que l’Empire du Milieu a, depuis des milliers d’années, un système de pensée bien spécifique, fruit, essentiellement, de l’influence du confucianisme, du bouddhisme et du taoïsme. Ces trois courants sont considérés comme religions, philosophies et/ou morales. Sans vouloir froisser les puristes, permettons-nous quelques raccourcis pour tenter de résumer leurs valeurs principales. Le confucianisme a pour finalité la noblesse spirituelle et l’harmonie des relations humaines. Le bouddhisme, né en Inde, est lui axé sur l’éveil de l’individu dans un but altruiste. Quant au taoïsme, il vise la sagesse (pour soi et la société), en passant par l’harmonie. Les temples de Shanghai sont dédiés au service de ces trois confessions, certains ayant même dû passer de l’une à l’autre au gré des épisodes mouvementés de l’Histoire de la Chine…
Voyons donc maintenant ce que nous ont réservé les visites de ces lieux de culte, de recueillement, de spiritualité, de rassemblements et de lieux de vie, appelés « si » ou « miao », (qui signifient tous deux « temples »)… Suivez le guide !


Previous articleLe musée régional du Tibet numérise ses collections
Next articleLe lent processus de réconciliation entre Cingalais et Tamouls au Sri Lanka