Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Le royaume du prêtre Jean : une quête de l’Eden

Le royaume du prêtre Jean : une quête de l’Eden

9
0


L’Eden est dans la Bible le paradis terrestre, le lieu crée par Dieu afin d’y voir grandir les enfants d’Adam et Eve. La souffrance n’y existe pas et les règles édictées par le tout puissant sont respectées à la lettre. Mais dans le livre saint des Chrétiens, ce bonheur parfait ne dure que jusqu’au moment précis où Adam entraîné par Eve goûte au fruit défendu.

A partir de là, l’homme est condamné à payer pour les pêchés de son ancêtre et sa vie sera consacrée au rachat de sa faute.

2Au_jardin_d_eden_litho_lrg.jpg
Illustration d’Abel Pann


Le prêtre Jean ne l’entend pourtant pas de cette oreille.

En 1160, alors que les croisés sont en guerre, une lettre rédigée en latin et adressée à l’empereur Manuel Ier Comnène de Byzance, commence à circuler dans l’entourage des rois chrétiens.

Croisades.bmp


Celle-ci révèle l’existence d’un royaume chrétien tout à l’Est:

 » Moi, Prêtre Jean, par vertu et pouvoir de Dieu et de Notre Seigneur Jésus-Christ, seigneur des seigneurs, à Manuel, gouverneur des Roméens… Je suis le souverain des souverains et je dépasse les rois de la terre entière par les richesses, la vertu et la puissance. Soixante-douze rois sont mes tributaires. Je suis dévot chrétien et partout nous défendons et secourons de nos aumônes les chrétiens pauvres placés sous le pouvoir de notre clémence… Notre magnificence domine sur les trois Indes et notre territoire s’étend de l’Inde ultérieure, où repose le corps de saint Thomas, jusqu’au désert de Babylone, proche de la tour de Babel. « 

« Je suis dévot chrétien et partout nous défendons et secourons de nos aumônes les chrétiens pauvres placés sous le pouvoir de notre clémence… »


La perspective d’une terre chrétienne au-delà des terres musulmanes représente alors pour les occidentaux, une possibilité de prendre les infidèles en tenaille. L’existence du royaume sert de prétexte aux européens pour avancer vers la destination mystérieuse que sont les Indes, persuadés d’y trouver un soutien chrétien.

On parle alors avec espoir de ce royaume allié qui incarne la perfection sur terre.

« Au delà de la Perse et de l’Arménie, s’étend un merveilleux royaume dirigé par le Prêtre Jean. Cette terre est traversée par un fleuve provenant du Paradis, charriant émeraudes, saphirs et rubis. Toutes les valeurs chrétiennes sont respectées à la lettre. Le vol, la cupidité, le mensonge sont inconnus.. Il n’y a pas de pauvres. Surtout pas le Prêtre Jean, dont le palais sans fenêtre est éclairé de l’intérieur par toutes les pierres précieuses dont il est paré… »

« Toutes les valeurs chrétiennes sont respectées à la lettre. Le vol, la cupidité, le mensonge sont inconnus… »


UN ROYAUME ENCHANTEUR



Dans ce pays vivent éléphants, dromadaires, chameaux, hippopotames, crocodiles, panthères, tigres, lions blancs et rouges, ours blancs, cigales muettes, griffons, tigres. Dans une version ultérieure, il dira aussi que cette terre est habitée par des créatures extraordinaires, que la culture européenne connaissait déjà à travers les bestiaires hellénistiques et médiévaux, tels que hommes sauvages, hommes cornus, faunes, pygmées, géants, cyclopes, hommes à un seul œil, et  » l’oiseau qu’on appelle phœnix « .

Peu à peu, la tradition peuplera le territoire du Prêtre Jean de tous les êtres fabuleux connus en Europe à cette époque, licornes, sciapodes à un seul pied, blemmes aux yeux et à la bouche sur la poitrine, cynocéphales à tête de chien, panoces aux oreilles descendant jusqu’aux hanches, hommes aux pieds tournés vers l’arrière…
Sur cette terre, coulent le lait et le miel.

Elle est traversée par un fleuve venant du paradis terrestre, qui roule dans son lit émeraudes, saphirs, topazes, béryls, améthystes et autres pierres précieuses. Une forêt qui produit le poivre en abondance s’étend au pied de l’Olympe, proche du paradis terrestre, d’où coule une source dont l’eau est parfumée de mille épices :  » Une des merveilles de notre terre, dit le Prêtre Jean, est la mer aréneuse. Le sable, en effet, y est en mouvement et se gonfle en vagues, comme la mer.  »


UNE LECON DE MORALE



L’Occident chrétien crédule et plein d’espoir, se lance à la recherche du royaume promis aux Chrétiens par Jean. De l’Ethiopie à la Chine, chacun y va de son hypothèse. Mais la lumière n’a toujours pas été faite quant à l’existence du royaume utopique et de son roi charismatique.

Au fil du temps et des investigations, la fameuse missive est reléguée aux fantasmes et autres utopies chrétiennes pour être lentement oubliée.

Quel qu’ait été son nom ou son statut, son auteur a le mérite d’avoir pris l’initiative d’éduquer un monde chrétien décadent, en période de forts troubles. Jean rappelle les Chrétiens à l’ordre sur la priorité d’appliquer les principes bibliques de charité et d’amour que récompensent inmanquablement la richesse matérielle et l’harmonie spirituelle.

Symboliquement, il signifie à l’humanité que cette récompense est accessible mais difficile d’accès et que la voie est ouverte à qui possède le désir d’être intègre.

Manifestement, l’espoir d’atteindre un paradis terrestre aura contribué à redonner la foi aux croisés en mauvaise posture face à l’ennemi. Ainsi, la terre du prêtre-roi aura au moins eu pour effet de promettre une richesse palpable aux hommes incapables de saisir la teneur du message pieux.

Et pour cette raison, du royaume du prêtre Jean, il reste aujourd’hui le souvenir d’une intelligente stratégie.


Hélène LE, pour www.buddhachannel.tv

Previous articleLe Temple Zen « Ho Sho Ji »
Next articleLe Cardinal Jean-Marie Lustiger est mort