Accueil Actus Septembre 2015 – Journal des Sanghas

Septembre 2015 – Journal des Sanghas

18
0



PRÉSENTATION

Time Code – 00:32

AGENDA

Time Code – 00:58

Dechen Choling organise différents événements ; une retraite et des miksang.

Une retraite de pleine conscience dans la nature, du 12 au 18 Septembre. Au programme ; méditation, balades et nuit à la belle étoile, pour réveiller vos sens et vos instincts naturels, oubliés depuis longtemps.

Mais également deux Miksang, niveaux 1 et 2.
Le Miksang Niveau 1 est intitulé « ouvrir le bon œil » et il aura lieu du 18 au 23 Septembre, et le Miksang niveau 2 se déroulera du 23 au 27 Septembre et aura pour thème  « prise de contact et découverte ».

En septembre, vous pourrez également décider d’être heureux, avec Lerabling. Durant le week-end du 26 au 27 septembre vous découvrirez comment la méditation donne accès à la paix intérieure, à l’appréciation de l’instant présent et à la liberté naturelle de l’esprit.

Ce même Lerabling vous propose 4 retraites en ce mois de Septembre :
Coeur Eveillé, niveau 4 de l’Apprentissage Shambhala, les 12 et 13 Septembre.

Mindfulness dans la Nature, du 12 au 17 Septembre.
Atelier de la photographie contemplative niveau 1, du 18 au 23 Septembre.
Atelier de la photographie contemplative niveau 2, du 23 au 27 Septembre 2015.

Et pour finir les news de La Falaise Verte :

Alors que les Kyûdô du jeudi reprennent le jeudi 10 septembre à 19 h 30, au Dôjô de l’Esprit, les Zazen du mardi reprennent dès le mardi 15 septembre.

Dès le 4 Septembre, reprise des Zazen Bimensuels à Marseille. Le premier aura lieu sur le Vieux Port au Dôjô Iokai, au 31, rue Saint-Saëns, 1er arrondissement.

A Paris, le premier Zazen mensuel de Septembre aura lieu dimanche 13 septembre dans le superbe Dôjô « Dans la Cour », au 173, rue du Faubourg Saint-Antoine, Paris 11ème.

Lyon débutera aussi ses Zazen le dimanche 13 septembre, également de manière mensuelle. Ces zazen se dérouleront dans le lieu habituel du Vieux Lyon au dôjô Okinawa-Shaolin, au 110, quai Pierre Scize, dans le 5ème arrondissement.

Enfin, et toujours avec La Falaise Verte, les Sesshin d’automne auront lieu du jeudi 17 au dimanche 20 septembre.

ANNUAIRE

Time Code – 03:16

RIGPA est un réseau de centres et de groupes bouddhistes fondé par Sogyal Rinpoché.

Le but de ces centres : présenter la tradition bouddhiste du Tibet, d’une façon à la fois authentique et aussi adaptée que possible au mode de vie et aux besoins de notre monde contemporain.

Ouvert à la sagesse de toutes les écoles et de toutes les traditions bouddhistes, RIGPA, sous le gracieux parrainage et avec les conseils de Sa Sainteté le Dalaï-Lama, offre à tous ceux qui suivent les enseignements bouddhistes, un chemin complet d’étude et de pratique ainsi que l’environnement permettant de faire pleinement l’expérience des enseignements.

Mais RIGPA cherche également comment appliquer la sagesse et la compassion des enseignements du Bouddha aux différents domaines de la vie contemporaine. Aujourd’hui, le réseau comprend plus de cent trente centres et groupes dans quarante et un pays de par le monde.

Maître bouddhiste tibétain de renommée internationale et fondateur de ce réseau, Sogyal Rinpoché est l’auteur du célèbre « Livre tibétain de la vie et de la mort ».

Né au Kham, au Tibet oriental, il fut reconnu dans son jeune âge comme l’incarnation de Lérab Lingpa Tertön Sogyal (1856-1926), un grand maître et saint visionnaire du XIXe siècle.

Il reçut la formation traditionnelle d’un lama tibétain sous la supervision de Jamyang Khyentsé Tchökyi Lodrö, l’un des maîtres spirituels les plus extraordinaires du XXe siècle qui éleva Rinpoché comme son propre fils.

Pour plus d’informations sur le réseau RIGPA ou sur les centres bouddhistes qu’il réunit, rendez-vous sur www.rigpafrance.org ou dans la rubrique annuaire de Buddhachannel.

LE PALAIS DU POTALA

Time Code – 05:20

Potala ou Potalaka est un mot sanskrit traduit en mandarin par putuo. Potala représente la montagne mythique, la terre pure et résidence du bodhisattva Avlokisteshvara. Or, le dalaï-lama est considéré comme une manifestation d’Avalokiteśvara, aussi son ancien palais d’hiver à Lhassa est connu comme le Palais du Potala, le Palais de la Terre Pure.

Le palais du Potala est un dzong, c’est-à-dire un palais-forteresse du XVIIème siècle. Il dresse son imposante silhouette sur ce qu’on appelle « la colline rouge ». Jusqu’au 19ème siècle, cette haute bâtisse de treize étages entraient dans les bâtiments les plus hauts du monde. Deux édifices internes le constitue ce Palais du Potala : d’une part « le palais Blanc », de l’autre, « le Palais Rouge ». Pourquoi ces deux couleurs ? Une partie blanche pour le pouvoir spirituel, la partie rouge pour le pouvoir politique. Les deux couleurs rassemblées souligne l’union dans un même lieu le pouvoir politique, temporel et le pouvoir spirituel.

Cet énorme monument s’est construit par la détermination d’un seul homme, qui a créé un changement radical de politique en créant ce qu’on peut appeler la théocratie tibétaine. Cet homme fort du nom de Lobsang Gyatso va changer le Tibet en tant que 5ème Dalai-Lama : il va imaginer et faire construire l’impressionnante forteresse du Potala pour intimider les tribus alentours toujours prêtes à envahir un Tibet qui n’a jamais eu et n’aura jamais d’armée, et pour prendre un pouvoir temporel que les précédents Dalai-Lama n’avaient pas. On l’appellera « Le Grand Cinquième ». Il est intéressant d’observer qu’au même moment, alors que Louis XIV impose l’apogée de la construction séculaire d’un absolutisme de droit divin, Le Cinquième Dalai-Lama va créer une administration unifiée sous son pouvoir d’une part spirituelle, et d’autre part politique.

Comment le Tibet a basculé dans une théocratie ? Un peu d’histoire dans ces temps troublés du XVIIème siècle. A ses débuts, Lobsang Gyatso, le 5e dalaï-lama, n’est pas le chef politique du Tibet, mais le supérieur du monastère Gelugpa de Drépung, Drepung, situé à 5 kms de Lhassa, est le plus grand des monastères tibétains, et à son apogée il deviendra le plus grand monastère au monde. En 1640, le Khan mongol Gushi Khan envahit le Tibet, détrône le roi Tsang, et au lieu de prendre le pouvoir, comme il suit les enseignements Gelugpa, il préfère placer le 5e dalaï-lama comme chef temporel du Tibet en 1642. C’est le début de la 2e période théocratique du Tibet qui durera trois siècles.
Le 5ème Dalai-Lama est donc le premier des Dalai-Lamas à exercer un pouvoir temporel. Il imagine un palais immense qui regroupe les différentes institutions sous son autorité. Le Palais du Potala est une manière de structurer l’administration tibétaine et de la relier au pouvoir spirituel. Cette théocratie est marquée par la suprématie absolue du clergé bouddhiste et la subordination des laïcs à ce dernier. Parmi les Dalai-Lamas, seuls les 5ème et 13ème ont exercé un pouvoir absolu.

La construction de ce monument architectural est assez incroyable. Elle commença l’année même de l’intronisation du Dalai-Lama comme chef temporel. et il fallut près de 43 ans pour la terminer. Le Potala devint le centre gouvernemental du Tibet. Tous les départements ministériels ainsi que le collège de Namgal, prolongement du monastère de Drepung furent transférés au Potala en 1649. Vers la fin de sa vie, le 5e dalaï-lama se retira de la vie publique, mais les hordes et tribus autour du Tibet restaient mena!antes, Aussi en confiant les pouvoirs au régent Sangyé Gatso, il lui demanda de ne pas annoncé sa mort ytant que le Palais ne serait pas terminé. Il avait peur que les tribus voisines en profitent pour envahir le Tibet. En 1682, à l’âge de 65 ans, il meurt avant que la construction soit achevée. Sangyé Gyatso va garder le secret de sa mort pendant plus de 12 ans, jusqu’à la fin des travaux. Pour le peuple tibétain, il n’est pas étonnant que leur Dalai-Lama reste en longue retraite durant des années, ces longues retraites sont couramment faites dans la tradition tibétaine. Le subterfuge fonctionne. Quand sa mort est enfin annoncée, des moines vont partir à la recherche du 6ème Dalai-Lama. Ils trouveront un adolescent qu’ils reconnaitront comme leur nouveau Dalai-Lama. Seul lama reconnu très tardivement, cet adolescent avait eu le temps d’être sensible aux jolies tibétaines. Il refusera de perdre ses voeux de chasteté, et sera « le Dalai-Lama qui aimait les femmes ». C’est une autre histoire que je vous raconterai une autre fois…

Mais revenons au Palais du Potala.
Après la fuite du 14ème Dalai-Lama face aux troupes chinoises, le palais devient un musée de la Réûblique populaire de Chine. Il bénéficie d’une protection au titre du patrimoine national d’État chinois depuis 1961 et est inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1994.

De nos jours, le Potala a été totalement vidé de ses 100 000 livres et documents historiques. L’or et les joyaux entreposés dans un magasin auraient été transférés à l’administration du Trésor public à Shangai et Gansu Selon l’administration chinoise les inestimables livres et trésors artistiques accumulés au cours des siècles au Polata ont été préservés.

LA BOUTIQUE BUDDHACHANNEL

Time Code – 12:50

« Le Tao Te King », le Livre de la Voie et de la Vertu, écrit au VIe siècle avant J.-C. par Lao Tseu, est un classique de la sagesse chinoise.

Dans ce guide intemporel et indispensable à l’art de vivre de 81 courts chapitres, Lao Tseu nous transmet l’essence de la sagesse chinoise, l’équilibre entre les pôles de l’univers, le Yin et le Yang, le féminin et le masculin.

Sa figure centrale, le Maître, vit en harmonie avec le Tao, l’essence de l’univers. En s’y abandonnant, comme l’enseigne le Maître, il est possible de ressentir l’accomplissement.

C’est en effet en se dépouillant du jugement et du désir que l’on découvre en soi les vérités universelles : quand rien ne vous manque, vous trouvez la paix ; si vous lâchez prise sur ce que vous aimez, votre amour devient réellement présent.

De cet ouvrage fondateur du taoïsme, Stephen Mitchell nous offre une nouvelle traduction, radicalement moderne, accessible et poétique, qui s’est imposée comme une référence.

Pour commander ce Livre, rendez-vous dans la rubrique Livre de la .boutique de Buddhachannel
Nous vous rappelons qu’en commandant sur notre boutique, vous permettez à notre équipe de vous transmettre, chaque jour, au mieux, les actualités bouddhistes.


Facebook : buddhachannel.tv
Twitter : @ BUDDHACHANNEL


— –



Previous articlePérigord vert: Scènes zen sorties de La Coquille
Next articleLe Musée d’Ehnographie de Genève expose « Le Bouddhisme de Madame Butterfly »