Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Vatican et Chasteté

Vatican et Chasteté

10
0

Aujourd’hui que l’an 2000 s’essouffle, nous attendons avec pudeur, patience et frayeur les années à venir, ces années qui s’annoncent tant sur un plan politique qu’écologique, difficiles, effrayantes, tourmentées.


Aujourd’hui que certains tabous commencent à tomber, le Vatican en remet quelques uns à l’ordre du jour.

La Chasteté pour vaincre le plus grand fléau de tous les temps, le Sida. La Chasteté pour vaincre la mort.

Mais surtout, la Chasteté pour remettre en cause la place du corps et du plaisir dans la religion.


Comment remettre en question des années de recherche médicale, des années d’effort et de combat contre une maladie qui assassine ?

Ouvrir le livre de la moralité religieuse vaticane à la page « plaisir ».


Jeudi 10 mai 2007, le pape Benoît XVI lâche une

pape et brésil
pape et brésil
bombe sur le Brésil, pays de la liberté sexuelle.

Devant un rassemblement de plus de 40 000 jeunes de Sao Paulo, le pape appelle au respect de la chasteté et du mariage.

Pour des raisons religieuses dira-t-on, mais aussi et surtout comme défense contre le virus du Sida. Il conseille donc à ces jeunes de mener « des vies limpides et claires » ainsi qu’à ne pas écouter les médias qui « tournent en ridicule la sainteté du mariage et la virginité avant le mariage ».


Comme le déclare la secrétaire d’Etat brésilienne aux Droits de la femme, Nilcea Freire, la chasteté ne pourrait être une politique de santé. Elle déclare à ce sujet : « Je n’ai rien pour ou contre celui qui souhaite être chaste ou celui qui ne le veut pas. Mais nous ne pouvons baser notre politique de prévention des maladies sexuellement transmissibles et du sida en préconisant la chasteté ».


La politique actuelle de lutte contre le sida au Brésil a réussi à contenir la menace pendant des années.

Elle s’appuie sur une forte pression exercée sur les grands groupes pharmaceutiques afin de les pousser à faire baisser le prix des traitements, sur la distribution à l’échelle nationale de préservatifs gratuits et enfin, sur l’administration gratuite de médicaments aux personnes déclarées séropositives.

D’après Nilcea Freire le combat contre le Sida n’a rien à voir avec la religion. C’est un combat populaire, social et surtout international auquel tous les pays doivent faire face avec intelligence.
La chasteté, tout comme le choix religieux est « une décision absolument individuelle ». Elle ajoute : « Je respecte la position de l’Eglise et je ne me sens pas le droit d’interférer dans ce qu’elle préconise, mais je pense que la question du combat contre le sida est de la compétence du gouvernement. Nous devons le conduire en fonction des besoins de la population brésilienne ».

Ainsi Religion et Sida ne font pas bon ménage au Brésil et les propos du représentant de l’église catholique romaine ont choqué une grande partie de la planète.

Aujourd’hui que le sexe est moins tabou, comment tirer un trait dessus ? Par ses propos Benoît XVI soulève également une polémique de poids.

Jeudi 10 mai, il s’est adressé à la communauté religieuse catholique brésilienne. Il propose la doctrine catholique qui impose la chasteté avant le mariage comme moyen de vaincre le virus.

En bref c’est la religion qui est ici proposée comme moyen de contraception.

Cette méthode est d’une part, trés restrictive car elle n’inclut que la communauté catholique, et d’autre part, elle n’est adaptée en rien aux besoins de la société d’aujourd’hui, surtout au Brésil où la misère fait rage.


Adeline Journet pour www.buddhachannel.tv

Previous articleScience — Le cerveau humain a la foi
Next articleNormandie –  »Au nom du seigneur », des dons tombés du Ciel