Accueil Espace Bouddhiste Culture L’Art et les Anges – Une spiritualité incarnée

L’Art et les Anges – Une spiritualité incarnée

22
0

QU’EST-CE QU’UN ANGE ?

Saint_Thomas_aquin.jpg


L’ange est avant tout

un messager.


La traduction de son mot d’origine, en langue hébraique « mal’ak », est « ambassadeur » ou encore « envoyé ».

L’ange participe à la puissance divine.

Ses manifestations se retrouvent davantage dans les traditions monothéistes où il représente l’intermédiaire entre le Roi Dieu et les hommes.

Quelles que soient les religions: Judaisme, Christianisme, Islam, il a pour rôle d’instruire et d’informer les hommes.


Dans la tradition juive,

ce sont les dieux vénérés antérieurement qui sont devenus anges au service du dieu unique. Cette croyance évolue aisément car les dieux inférieurs et les anges peuvent être appelés « Fils de Dieu ».

Comme dans le Christianisme

on retrouve la dualité entre anges bienfaisants et destructeurs. Le monde est considéré, par la communauté juive de Qumran, comme un champ de bataille, une lutte entre Esprit de Vérité et Esprit du Mal.

Dans le Christianisme,

la croyance dans les anges est reconnue par la Bible.

Il existe cependant deux courants de pensée. La première consiste à les voir comme un outil servant à personnifier la présence divine, la seconde comme un rappel de l’inaccessibilité de Dieu mais désireux de communiquer avec les hommes.

L’Islam

L’Islam s’est inspiré

des traditions judaiques et chrétiennes

et a élaboré sa propre hiérarchie d’anges.

Ils sont souvent mentionnés dans le Coran

et sont cités comme étant impeccables,

c’est à dire ne pouvant pas commettre de fautes.

Ils sont supérieurs aux hommes et aux prophètes,

sauf à Mahomet.

L’EVOLUTION DE L’ANGE

dans sa représentation artistique

Abraham invite à manger les angesMarc Chagall
Abraham invite à manger les angesMarc Chagall


L’ange est par essence un être spirituel. Il est donc immatériel. Même si selon St Thomas d’Aquin, » les anges sont de purs esprits et n’ont donc aucune apparence physique », leur représentation a évolué au fil du temps et des courants artistiques. Seule la codification qui s’attache aux principaux d ‘entre eux est quasi immuable. Elle permet une identification plus aisée: Michel et son épée pour lutter contre les forces du Mal ou encore Gabriel portant un bâton ou un lis dans les scènes d’Annonciation et une trompette pour le Jugement dernier.


C’est dans la tradition écrite de l’Ancien et du Nouveau Testament que les artistes du Moyen-Age puisent leur inspiration. L’ange est alors représenté avec un visage humain, aux traits masculins et au corps mince. Il est vêtu d’une robe ou d’un drapé. Les ailes ne sont pas toujours présentes et l’auréole n’apparait que plus tard. Il se tient généralement debout ou en lévitation, dans une posture d’attente. Il est rarement représenté en train de voler.


A la fin du Moyen-Age et durant la Renaissance, l’ange prend des allures d’adolescent. Il devient un être terrestre et sensuel. Les Puttis, espiègles et potelés, inspirés de l’Antiquité, apparaissent. Les anges comme ceux peints par Giotto ne sont plus au goût du jour. On est loin des êtres à demi-humains et aériens, disposés sur un fond uni et sans profondeur. Les anges de la Renaissance évoluent comme des êtres de chair et de sang sur des paysages ou des fonds qui se veulent proches de la réalité.


L’époque baroque et le rococo mettent en avant l’ornement. La représentation angélique perd son sens sacré. L’angelot, enfantin et joufflu, plein de volupté voire de sensualité, est omniprésent tant en peinture qu’en sculpture.

marie_anges.gif


Le XIXème siècle donne à l’ange de nouveaux traits: ceux de la féminité, figures étirées, fragiles et quasi irréelles que l’on retrouve souvent chez les Préraphaélites et les Symbolistes.


BUDDHACHANNEL – Série ART ET SPIRITUALITE

Laetitia Adeline pour www.buddhachannel.tv->

DECOUVERTE D’UNE OEUVRE

Tentation de Saint Thomas d'Aquin,par Diego Velasquez
Tentation de Saint Thomas d’Aquin,par Diego Velasquez

Saint Thomas d’Aquin tombe dans les bras de l’ange pour ne pas basculer dans la tentation. Un deuxième ange présente une ceinture blanche, symbole de la chasteté. La femme qui l’avait tenté s’enfuit hors de la pièce. Un livre sacré souligne l’importance de l’étude.

Previous articleLecture – Mystique de l’ineffable dans l’Hindouisme et le Christianisme
Next articleLivre – Sagesse du Bouddha, Religion de Jésus