Accueil Espace Bouddhiste Culture L’Allégorie dans l’Art

L’Allégorie dans l’Art

6
0


Symbole des symboles: Reconnaître une projection intellectuelle humaine par une figuration physique de celle-ci.


Allégorie est un mot d’origine grecque qui signifie « autre » et « parler en public ». C’est une figure réthorique qui consiste à exprimer une idée abstraite, souvent difficile à représenter directement. On utilise donc, à cet effet, une histoire ou une représentation qui doivent servir de comparaison. Ces figures, dotées d’attributs symboliques, servent à personnifier le plus souvent les vices et les vertus, ou encore les arts libéraux. Si ces allégories sont principalement féminines, la Justice, la Liberté ou l’Amour…on trouve, surtout dans la littérature, des allégories animales. Pensons à Jean de la Fontaine et à son Lion, symbole de Monarchie.


Dès l’Antiquité, on trouve des représentations allégoriques sous forme de sculptures humaines ou animales. Objets symboliques de la pensée et de la spiritualité.

Le Moyen-Age utilise l’allégorie pour figurer les vertus et les vices. Codifiées à cette époque, les vertus sont au nombre de 7 et définies par la théologie scolastique. La Foi, l’Espérance et la Charité (l’Amour), font partie des vertus théologales. Les deux premières sont appelées à disparaître à la fin des temps. Seule la Charité subsistera. Les quatre autres vertus sont dites cardinales, c’est à dire qu’elles reposent sur la vie morale. Ce sont la Justice, la Prudence, la Force et la Tempérance. Elles ont toutes des caractéristiques qui permettent de les reconnaître facilement afin de clarifier le message destiné à l’homme.

A la Renaissance, l’allégorie connait un véritable engouement. Les peintres en usent et en abusent, rendant parfois la lecture de leurs oeuvres très complexes. L’allégorie n’est plus seulement la représentation d’une idée ou d’un sentiment simple. C’est parfois la transposition d’épisodes se rapportant à la mythologie ou encore la figuration de saisons, comme » le Printemps » de Botticelli. Ces oeuvres s’adressent à un public restreint et hautement cultivé.


Si aujourd’hui ces allégories ont traversé le temps et que nous savons encore reconnaître les symboles qui composent les plus connues d’entre elles, certaines nous apparaissent plus obscures. Il n’est pas toujours évident de saisir le sens de l’oeuvre au premier regard.


BUDDHACHANNEL- Série ART ET SPIRITUALITE

Laetitia Adeline pour www.buddhachannel.tv->

Previous articleEditorial Semaine Sexe et religions
Next articleL’Ombre – conte d’Asie de Sud-Ouest.