Accueil Espace Bouddhiste Ecologie Bilan 2007 des Catastrophes naturelles : Ecoutons notre Planète

Bilan 2007 des Catastrophes naturelles : Ecoutons notre Planète

24
0


Sur la période 2000-2006, la moyenne annuelle des catastrophes naturelles s’établissait à 394. L’année qui vient de s’achever a donc connu une légère hausse de phénomènes incontrôlables, incitant une nouvelle fois, à investir considérablement dans les mesures de prévention et de constructions préalables.



Catastrophes naturelles
Catastrophes naturelles




Le fait le plus marquant de cette étude est certainement l’augmentation exponentielle des inondations sur la planète, notamment en Chine cet été. En effet, plus de 164 millions d’individus ont été touchés par des inondations, soit près de 80% des victimes totales. Les territoires les plus concernés se localisent essentiellement en Asie, comme l’a précisé l’ISDR, lors de sa conférence de presse de présentation des chiffres : « Huit des dix pays qui comptent le nombre le plus important de victimes de catastrophes en 2007 se trouvent en Asie, avec 4.234 personnes tuées au Bangladesh par le cyclone Sidr en novembre ».



« Ces chiffres nous rappellent ce qui aurait pu être sauvé si nous avions investi davantage dans des mesures de prévention des catastrophes »


Salvano Briceño



Cet effrayant bilan ne s’arrête d’ailleurs pas là. Plus que par de la pure et simple destruction, les catastrophes naturelles peuvent nuire durablement aux pays concernés. L’impact économique est en effet considérable pour les pays développés. Ainsi, le tremblement de terre de juillet a coûté 12,5 milliards de dollars au Japon, la tempête Kyrill, 10 milliards à l’Europe et aux Etats-Unis. Avec les technologies actuelles, les dégâts devraient être bien moindres. L’ISDR souhaite ainsi une prise de conscience de tous : « Ces chiffres nous rappellent ce qui aurait pu être sauvé si nous avions investi davantage dans des mesures de prévention des catastrophes » a notamment déclaré le directeur Salvano Briceño.



L’étude met aussi l’accent sur l’aide à fournir aux régions les moins avancées. Même si les coûts financiers sont moins importants dans les pays en voie de développement, l’impact social semble des plus sévères sur le long-terme. Salvano Briceño explique : « Les plus pauvres n’ont pas de  »filets de sécurité », il faut donc accroître la capacité de récupération des plus vulnérables ».



Un « bilan catastrophe » en forme d’avertissement à tous les dirigeants de la planète. Les catastrophes naturelles ne sont pas contrôlables mais une architecture étudiée (zones à moindres risques, fondations consolidées, etc…) et des mesures prises dans le bon sens devraient permettre de diminuer le nombre- ou du moins l’impact – de ces trop nombreuses catastrophes.



Antoine Ginekis pour www.buddhachannel.tv->



Previous articleApprendre à manier le sabre et servir le thé pour diriger le Japon
Next articleLa Prière de THAY