Accueil Enseignements Textes fondamentaux Bhariya-Sutta – Conseils à une femme excessive

Bhariya-Sutta – Conseils à une femme excessive

21
1

BHARIYA-SUTTA

Conseils à une femme excessive


bouddha_enseignement.jpg

L’enseignement oral du Bouddha Shâkyamuni

Bouddha n’a jamais écrit.

Son enseignement ne fut qu’oral.

Après sa mort, ses enseignements furent transmis oralement par ses disciples.

Pour éviter les transformations progressives, ces sermons devenus des écrits furent rassemblés et structurés.

Conseils à une femme excessive verset 7.1

Une fois, le Bienheureux séjournait dans le monastère fondé par Anathapindika, au parc Jeta, près de la ville de Savatthi. Un jour, le Bienheureux, s’étant habillé de bon matin, prit son bol à aumône et son manteau, puis s’approcha de la maison du chef de famille Anathapindika. Y étant arrivé, il s’assit sur un siège déjà préparé (à son intention).
verset 7.2

A ce moment-là, les habitants de la maison du chef de famille Anathapindika étaient en train de faire un grand tapage, un grand bruit. Le chef de famille Anathapindika s’approcha du Bienheureux et il rendit hommage au Bienheureux, puis s’assit à l’écart sur un côté.
verset 7.3

Le Bienheureux lui demanda: « Pourquoi, ô chef de famille, les gens de votre maison font-ils tout ce tapage et ce tumulte? Pourquoi ce bruit, tout comme lorsque des pêcheurs ont trouvé leur grand filet rempli de poissons ? »

verset 7.4

Le chef de famille Anathapindika répondit: « O Bienheureux, c’est Sujata, ma belle-fille, qui habite ici avec nous. Elle est riche. Elle a été amenée ici d’une famille très riche. Elle n’écoute pas sa belle-mère, ni son beau-père, ni son mari. Elle ne respecte pas, ne révère pas, n’admire pas même le Bienheureux. » Le Bienheureux alors la convoqua en disant « Venez, Sujata ». Ayant répondu en disant « Oui, Vénérable », elle s’approcha du Bienheureux. S’étant approchée, elle rendit hommage au Bienheureux, puis s’assit à l’écart sur un côté.

verset 7.5

Le Bienheureux s’adressa à Sujata qui s’était assise à l’écart sur un côté: O Sujata, il y a sept sortes de femmes que l’homme peut avoir. Quelles sont ces sept sortes? Une femme semblable à une meurtrière, une femme semblable à une voleuse, une femme semblable à une patronne, une femme semblable à une mère, une femme semblable à une soeur, une femme semblable à une amie et une femme semblable à une servante. Ce sont les sept sortes de femmes que l’homme peut avoir. Laquelle d’entre elles vous représente?
verset 7.6

Sujata répondit: « O Bienheureux, je n’ai pas bien compris ce que le Bienheureux dit en bref. Cela me fera du bien, ô Bienheureux, si vous me l’expliquez et ainsi je pourrai comprendre le vrai sens des paroles que le Bienheureux a dites d’une façon concise. » « Alors, écoutez avec attention, ô Sujata. Je vous expliquerai », dit le Bienheureux. « Oui, ô Bienheureux », répondit Sujata.
verset 7.7

Le Bienheureux dit: Si une femme est cruelle, si elle est corrompue dans sa pensée, si elle néglige son mari, si elle n’est pas aimable, si elle est enflammée à cause d’autres hommes, si elle souhaite la disparition de son mari, alors on peut dire qu’elle est une femme semblable à une meurtrière.
verset 7.8

Si une femme vole la richesse, même une petite quantité, que son mari obtient par les profits du travail artisanal, du commerce ou de la riziculture, alors on peut dire qu’elle est une femme semblable à une voleuse.
verset 7.9

Si une femme est paresseuse, si elle a tendance à ne rien faire, à bavarder, à quereller avec une voix rude, si elle n’apprécie pas l’ardeur et l’activité de son mari, alors on peut dire qu’elle est une femme semblable à une patronne.
verset 7.10

Si une femme est sympathique et aimable à l’égard de son mari tout comme une mère à l’égard de son propre fils, si elle protège son mari, si elle protège la richesse de son mari et veille sur elle, alors on peut dire qu’elle est une femme semblable à une mère.
verset 7.11

Si une femme traite son mari en égal, tout comme une petite soeur vis-à-vis de son grand frère, si elle est douce dans sa pensée, si elle souhaite le bien-être de son mari, alors on peut dire qu’elle est une femme semblable à une soeur.
verset 7.12

Si une femme est ravie de voir son mari qui revient (chez lui après le travail), tout comme c’est le cas dans les retrouvailles d’un couple qui était séparé depuis longtemps, si elle a un caractère bienveillant et si elle a une naissance noble, si elle est une compagne vraiment souhaitable, alors on peut dire qu’elle est une femme semblable à une amie.
verset 7.13

Si une femme supporte les difficultés venant de son mari, si elle supporte tout avec calme et avec un coeur pur, si elle est obéissante à la parole de son mari, si elle est libérée de la colère, alors on peut dire qu’elle est une femme semblable à une servante.
verset 7.14

La femme qui est dure, non vertueuse, qui ne respecte rien, semblable à une meurtrière, ou à une voleuse, ou à une patronne, après la mort se promènera dans la misère et dans l’enfer.
verset 7.15

Cependant, la femme qui est bien installée dans les bons préceptes, qui s’est domptée elle-même, semblable à une mère, ou à une soeur, ou à une amie, ou bien à une servante, apres la mort se promènera dans le bonheur céleste.
verset 7.16

Ce sont, ô Sujata, les sept sortes de femmes que l’homme peut avoir. Parmi elles, à quelle catégorie appartenez-vous.
verset 7.17

Sujata répondit: « A partir d’aujourd’hui, que le Bienheureux me considère comme une femme semblable à une servante vis-à-vis de son mari. »

Previous article« S’il vous plaît, aidez-nous »: appels aux dons pour les sinistrés du Ladakh
Next articleHommes et bêtes, ennemis intimes

1 commentaire

  1. Bhariya-Sutta – Conseils à une femme excessive
    Si une femme supporte les difficultés venant de son mari, si elle supporte tout avec calme et avec un cœur pur, si elle est obéissante à la parole de son mari, si elle est libérée de la colère, alors on peut dire qu’elle est une femme semblable à une servante. Bouddha n’a jamais écrit.
    Son enseignement ne fut qu’oral.

    Obéissante à la parole de son mari: je me permets de douter que là est son enseignement. Même si à l’évidence c’est ainsi et encore aujourd’hui en Asie, comme sur d’autres continents et pays où l’illettrisme et la servitude des femmes prédomine. La définition de l’esclave est aussi dans l’usage gratuit de son service qui pour certaines commence dès la prime enfance. Voir le combat de cette petite fille Yéménite de 10 ans pour obtenir son divorce.

Comments are closed.