Accueil Actus Août 2015 – Journal des Sanghas

Août 2015 – Journal des Sanghas

6
0


Programme :



Présentation Time Code – 00:33



Agenda Time Code – 01:00

– Dechen Choling Time Code – 01:05

Il organise 2 événements en août. Tout d’abord, jusqu’au 9 août, vous pourrez participer à des sessions de Kyudo ; une pratique contemplative de la Voie de l’Arc.
Mais surtout, le centre accueille le Sakyong Mipham Rinpoché et vous invite à célébrer la Vie pendant le Festival de la Méditation Shambhala, du 16 au 22 août 2015.

– Ango 2015, ce sont trois sessions comprenant les activités traditionnelles de l’ango (zazen, sam, repas et couture du kesa), organisées par l’association Seine Zen.
La première session a eu lieu en juillet. La deuxième se déroulera du 6 au 13 août et sera animée par Philippe Coupey. Et enfin, la troisième et dernière session prendra place du 15 au 22 août.

-Après une première période de camp d’été en juillet, le Temple Zen du Pic Lumineux organise une seconde période qui débutera le jeudi 6 août pour se terminer le samedi 15 ainsi qu’une troisième et dernière période qui prendra place du lundi 17 au mercredi 26 août.

– Kalachakra de Paris Time Code – 02:16

– Le centre Kalachakra de Paris, quant à lui, vous propose une dernière retraite d’été ; une retraite de Mahamoudra du 7 au 13 août.

– La Montagne Sans Sommet vous invite à une retraite d’été du 8 au 14 août.

– Le centre Chadorla : Time Code – 02:32
vous propose un stage de méditation Sangyé Menla, Bouddha de médecine, à Bourges où vous pourrez assister à des enseignements et pratique du Bouddha de médecine, des méditations et des pratiques de yoga de la tranquillité. Ce stage aura lieu du 19 au 22 août.

Un groupe de partage et découverte Reiki aura également lieu le 8 août, et un atelier mandala de 2 heures prendra place le samedi 29 août à 15h.



L’Annuaire Time Code – 03:06

Membre de l’UNION BOUDDHISTE de FRANCE ainsi que de l’Union Bouddhiste Euro­péenne, le Temple Zen Kwan Um fait partie du paysage bouddhique depuis 1995. Il participe au rayonnement du Dharma au coeur de notre société. La sangha accueille tous les jours celles et ceux qui, poussés par la recherche de vérité, aspirent au bien, à la paix, ou simplement qui souhaitent « rencontrer » la Voie du Bouddha et la philosophie du Zen.

Maître Sueng Sahn est le Patriarche de la lignée de l’Ordre Coréen CHOGYE, la plus haute autorité Fondatrice de cette école en Occident.
Son héritage rayonne dans 30 pays dans le monde entier, à travers de petites ou de grandes communautés qui, ensemble, pratiquent le ZEN.
En France, le Vénérable Maître Sueng Sahn Soen-Sa accompagna et soutint les Maîtres Zen Bon Yo et Wu Bong. Depuis, ils enseignent tous les jours à la sangha de Paris, entourés de leurs proches et disciples, laïques et religieux.

Pour en savoir plus sur le Temple Zen Kwan Um, rendez-vous sur www.kwanumzen.net



Présentation des moines marathoniens Time Code – 04:33

Au Japon, des moines parcourent la montagne comme des « marathoniens du bouddhisme Tendaï ». Leur course représente une quête vers l’illumination. On les appellent « les moines aux 1000 marathons ». En 1000 jours, ils font dans leurs montagnes environ 40000 kilomètres, soit l’équivalent du tour de la terre.
Ces moines font partie de la légende du Mont Hiei dans la région de Kyoto. Le mont est célèbre pour ses temples, dont les deux principaux, Enryaku-ji, et Mii-dera.

Faisons déjà un stop sur le temple Enryaku-ji, classé patrimoine mondial de l’Unesco, fondé entre la fin du 8ème siècle par le moine Saicho , aussi connu sous le nom de Dengyō Daishi. Ce moine a introduit au Japon le bouddhisme Tendai qu’il est allé chercher en Chine. Enryaku-ji est l’un des temples les plus importants de l’histoire du Japon qui a servi (et sert encore) de quartier général au bouddhisme Tendai avec près de 3000 temples secondaires et une armée puissante de moines-guerriers qui intervenaient parfois pendant des luttes de pouvoir de dirigeants politiques ou contre d’autres temples rivaux.. Cette école bouddhiste très influente auprès de l’aristocratie de l’époque, a engendré un nombre important de courants plus récents comme celui de la Terre Pure et le Zen.

C’est dans ce contexte Tendaï et autour du temple Enryaku-ji, qu’apparut la pratique des moines marathoniens qui permit pour certains moines,par une discipline de fer et un mental hors norme, d’arriver au grade d’Ajari. Rares sont ceux qui réussirent. Depuis 1877, seuls 46 moines ont réussi l’exploit et sont devenus des bouddhas vivants. Ces saints étaient reçus à la cour de l’Empereur et avaient le droit de rester chausser devant l’Empereur.
Pendant les 100 premiers jours sur le chemin de l’Eveil, en guise d’échauffement et d’entrainement, le moine va faire 2 marathons par jour, soit environ 85 kilomètres. Habillé tout en blanc, chaussé d’incroyables sandales de cordes traditionnelles et d’un étrange chapeau, le moine durant ses 2 marathons quotidiens passe par différents temples pour faire ses rituels et prières et va même pendant 9 jours faire un jeune redoutable. Cette discipline non sportive, mais spirituelle s’appelle kaihogyo.

Chaque moine cherche par cette épreuve extrême à se dépasser pour devenir un bouddha, un ajari. Les ajaris sont une branche du bouddhisme tendaï qui existe au Japon depuis le début du neuvième siècle. En courant pendant 1000 jours, le moine ajari récite silencieusement un mantra pour s’orienter vers l’abandon absolu. Parfois, quelques fidèles suivent un moine pendant quelques kilomètres ou beaucoup plus et à la fin des 1000 jours de certains moines, les Télévisions retransmettent les derniers kilomètres. . Au 700ème jour, le moine est censé être prêt pour passer l’épreuve de la « mort vivante », en faisant un jeûne de 9 jours, jeûne de nourriture, d’eau et de sommeil. Pour le moine devenu martyr, c’est l’ascèse la plus redoutable des Mille jours, une performance inchangée depuis des siècles, une souffrance pour se dépasser et l’offrir à l’humanité en marche. Cette souffrance extrême permet au moine de dépasser le corporel pour arriver à un état où le moi n’existe plus, un abandon de soi au service de tous. En cas d’échec, le moine peut ou doit se suicider. Mais un grand secret cache cette fin de pratique, légende ou réalité se mélangent. Mais en fait, qu’est-ce qui fait courir ces moines ? Peut-être un sentiment d’unité avec l’univers.


La Boutique de Buddhachannel Time Code – 08:55

Profitez de la pause estivale pour vous détendre et vous ressourcer. Accompagnez vos relaxations des « Chants pour la Paix », de Lama Gourmé & Jean-Philippe Rykiel. C’est alors une profondeur de chants intacte qui vous apportera un apaisement immédiat. Strictement traditionnels, les chants et la mélodie des chants s’enveloppent d’une aura joyeuse qui donne une richesse musicale nouvelle à cette oeuvre. Ces chants de paix, de l’esprit et du coeur, déploient une musicalité vaste semblable à l’arc en ciel : de paroles sacrées murmurées aux chants qui résonnent de rythmes appuyés, une joie essentielle s’exprime. La joie d’avoir rencontrer et de pouvoir parcourir des chemins de paix authentiques.

Pour commander ce CD, rendez-vous dans la rubrique CD de la boutique de Buddhachannel >> « Chants pour la Paix », de Lama Gourmé & Jean-Philippe Rykiel



Fin







Previous articleLa femme dans la religion : mutilation du corps et tradition
Next articleZem — Silence