Accueil Espace Bouddhiste Culture Armani et Scorsese: la Mode au Service du Cinéma mondial

Armani et Scorsese: la Mode au Service du Cinéma mondial

6
0


Lorsque Martin Scorsese lance la fondation pour le cinéma mondial, Giorgio Armani s’empresse de s’engager à ses côtés en tant qu’appui financier majeur et membre du conseil d’administation.




VINGT ANS D’AMITIE



La collaboration de ces deux géants respectivement issus du Cinéma et de la Mode, renforce une longue amitié de presque vingt ans. « Je suis particulièrement honoré que mon bon camarade, Giorgio Armani, aie accepté de nous aider » souligne M. Scorsese.

Pour le couturier, sa motivation est claire: « Comme Martin, le cinema m’a inspiré et influencé dans ma jeunesse. La mission de cette fondation est fondamentale pour inspirer les futures générations »




armanigio.gif

« La mission de cette fondation est fondamentale pour inspirer les futures générations »




Outre leurs racines, les deux amis partagent ce même amour du cinéma italien qui avait donné lieu dans le passé à un hommage sous la forme d’un documentaire ; M. Scorsese réalise « Made in Milan » en 1990, tandis qu’Armani produit ce film consacré au cinéma italien des années 40-60. Auparavant, il avait déjà conçu deux spots publicitaire sur la demande du grand couturier.





LE RÊVE DE SCORSESE



Tout deux sont de nouveau réunis, au service de l’organisation qui oeuvrera à la restauration, la diffusion et la préservation du patrimoine cinématographique mondial.

Autre visée des mécènes : l’aide à la création artistique dans les pays en développement où les besoins ne trouvent que peu souvent écho. Le projet est né de la volonté du réalisateur de Casino de redonner une seconde vie aux films oubliés ou « négligés » partout dans le monde.




Martin-Scorcese.jpg

« Pendant mon enfance, j’ai été nourri de films venus du monde entier »




La manne financière n’étant pas de trop pour cet organisme à but non lucratif, les prestigieux sponsors Cartier, Qatar Airways et Qatar Museums ajoutent leur pierre à cet édifice dont le but est d’offrir des facilités techniques nécessaires à la bonne conservation du patrimoine cinématographique mondial.



L’opération a été lancée officiellement pendant le festival de Cannes, lors d’une conférence de presse réunissant une trentaine de réalisateurs confirmés. Bertrand Tavernier, Wim Wenders, Guillermo Del Toro, Stephen Frears ou encore Wong Kar Wai ont d’ores et déjà rallié la fondation.

« Pendant mon enfance, j’ai été nourri de films venus du monde entier, raconte Scorsese. J’ai ainsi découvert l’Inde avec Satyajit Ray et d’autres pays comme l’Italie, l’Angleterre, le Maroc à travers leur cinéma. »

Si le cinéma possède en lui, comme nous le confie le réalisateur, ce pouvoir de faire voyager à moindre coût, sa préservation, qui elle en a un, est décidément une priorité.



Hélène LE, pour www.buddhachannel.tv





Pour vos recherches, n’oubliez pas que Buddhachannel s’écrit avec le mot anglais Buddha et non Bouddhachannel.

Previous articleIdée Lecture – Déclics… des Claques et des Clés
Next articleEditorial sur Lao Tseu