Accueil Espace Bouddhiste Voyages Chine – Wutai Shan, les jardins terrestres de Manjusri.

Chine – Wutai Shan, les jardins terrestres de Manjusri.

18
0

Dans les montagnes du Shanxi, une soixantaine de temples isolés, dédiés à Manjusri, bodhisattva de la sagesse, incarnent la permanence de l’un des lieux les plus sacrés du bouddhisme en Chine.

Il faut une journée pour visiter le dédale des temples centraux de Guangdong, Yuangzhao, Xiantong, Guangren, Taiyuan et Wangfo…

L’extension historique du bouddhisme en Asie est une affaire pour le moins longue et complexe. Mais à plus de 2 000 mètres d’altitude, sous un ciel d’un bleu presque pâle, au cœur de l’écrin de verdure enchâssé entre les sommets du Wutai, l’histoire, que ce soit pour le simple voyageur ou le plus croyant des pèlerins, devient presque très simple.

La fraîcheur légère de l’air. Les étagements doux et harmonieux des collines et des terrasses comme constellées de temples et de mâts à prière… Il n’est pas si difficile de comprendre pourquoi Manjusri, l’un des quatre grands bodhisattvas du bouddhisme chinois, a tout simplement élu ce lieu pour résidence terrestre.

Des plaines de sable aux verts pâturages

Revenu volontairement sur terre pour l’éveil des hommes, prêchant au fil de ses pas les enseignements du Bouddha, Whenshu (le nom chinois de Manjusri), touché par la dureté du climat et des conditions de vie des paysans des immenses plaines de lœss balayées de vent de sable et de poussière, et voulant soulager leurs souffrances, décida tout simplement de changer la donne climatique. Il partit sous ses habits de moine vers la mer de Chine afin de demander au roi des dragons la permission d’utiliser une pierre, dont les attributs magiques assureraient précipitations et fraîcheur. Le roi, réticent, mais diplomate face à la demande du bodhisattva, finit par accepter, à condition que le vieil homme se chargeât seul du transport de la si lourde pierre.

L’astuce ne tint pas, bien sûr, face au pouvoir du disciple de Sakyamuni : en quelques incantations, Wenshu diminua la taille de la précieuse pierre magique à celle d’un caillou et la mis dans sa poche. Et s’en retourna, flottant sur un nuage, vers les hauteurs du Wutai. Il y déposa la pierre au fond de la vallée et s’installa pour prêcher jusqu’à la fin de ses jours, au milieu des pâturages d’une fraîcheur extraordinaire…


Lire la suite sur : www.lejsl.com




Previous articleMatthieu Ricard sur le Chemin de la Compassion
Next articleAu Creux du Pippal — Découverte du jeune Méditant népalais