Accueil Espace Bouddhiste Culture Koan de Printemps, le film le plus Zen de l’année !

Koan de Printemps, le film le plus Zen de l’année !

24
0

Le film de Lou Ma Ho court les festivals du monde entier et crée un étonnement partout où il est projeté : Macao, New York, Phnom Penh, Bogota, Los Angeles…
Plus de 40 sélections et une dizaine de Prix. Le film devrait sortir à la fin de l’année dans nos salles.

koan-autre.jpg

« L’amour dans sa forme la plus pure est mère de la sagesse »

Voyager dans les pays et les cultures lointaines, même en d’autres temps, est facile pour le spectateur au cinéma. Pour les réalisateurs c’est plus difficile. « Koan de Printemps », remarquablement mis en scène par le réalisateur Lou Ma Ho (en réalité Marc-Olivier Louveau) est un de ces films dans lesquels même le plus difficile paraît tout à fait facile.

L’histoire se déroule en 1791 au Viêtnam. Maître Truong, un vieux maître d’armes, doit trouver son successeur dans le milieu des Arts Martiaux.. Il se rend chez un pêcheur, un ancien général, qui est lui-même un Maître. Il a transmis ses connaissances à ses trois enfants. Tout de suite, les deux fils sont en rivalité pour attirer l’attention de Maître Truong; mais c’est la nature de la fille, pourtant réduite aux tâches ménagères, qui va retenir son attention..

Comme les films de Zhang Yimou ou Ang Lee, l’intrigue est ancrée dans des plans magnifiques de la nature. Le combat, le chemin intérieur, l’harmonie en sont les thèmes. Il s’agit de perfectionnement et de méditation, que l’on peut acquérir dans la danse ou la calligraphie au même titre que l’art du poing ou de l’épée. Les légendes en forment le cadre, et tout semble flotter, hors du temps, en apesanteur. Beaucoup pourrait être dit, mais ici le voyage intérieur est le but.

Voir la bande annonce ICI

Koan of Spring

Thomas Gross

(Membre du comité de rédaction du journal Morgenweb)

Traduit de l’allemand

….

« Le Jury de la qualité a aussi voulu donner une mention spéciale à Koan Of Spring de Lou Ho (pseudonyme du réalisateur français Marc-Olivier Louveau) dont le film a la capacité de raconter la culture orientale, se combinant avec la notion subtile de l’équilibre du corps et de l’esprit, typique de la discipline Zen et des arts martiaux, et les instincts de l’enfance qui prévalent dans le monde occidental. Il faut souligner la qualité de la bande sonore qui renforce le charme du paysage et le voyage des protagonistes. Ce qu’on nous raconte est au-delà du film : « C’est la motivation » nous dit Fabio Troiano, membre du jury de la qualité. »

(traduit de l’Italien)

La Gazetta dello Specttacolo




Previous articleZem — « On est puni par où l’on est péché. » (Moby Dick)
Next articleLa naissance de Bouddha est célébrée au Royaume-Uni