Accueil Espace Bouddhiste Ecologie Pollution : alerte maximale ce vendredi encore, transports en commun gratuits

Pollution : alerte maximale ce vendredi encore, transports en commun gratuits

9
0
La pollution est si dense que le brouillard de particules a envahi la partie Nord de l'hexagone, notamment en Ile-de-France où l'on voit désormais à peine la tour Eiffel. | (LP / Olivier Lejeune)
La pollution est si dense que le brouillard de particules a envahi la partie Nord de l’hexagone, notamment en Ile-de-France où l’on voit désormais à peine la tour Eiffel. | (LP / Olivier Lejeune)

Beaucoup de Français ressentent, ce vendredi matin, l’étrange sensation d’être dans un fumoir en plein air. La pollution est si dense que le brouillard de particules a envahi la partie Nord de l’hexagone, notamment en Ile-de-France où l’on distingue à peine la tour Eiffel. Le seuil d’alerte a été dépassé jeudi en Ile-de-France pour la quatrième journée consécutive et devrait encore l’être vendredi, selon l’association Airparif. Ces alertes ont conduit les autorités à prendre des mesures d’urgence. Pour tenter de réduire le nombre de véhicules sur les routes, certaines villes ont même instauré la gratuité des transports en commun. Pour les personnes obligées de prendre leur véhicule, il est conseillé de réduire sa vitesse maximale sur les routes. Sur le périphérique parisien, la vitesse autorisée a été baissée à 60 km/h.

Dès jeudi, le niveau d’alerte était dépassé dans plus de 30 départements: en Bretagne, Haute-Normandie, Calvados et Manche, dans une partie de Poitou-Charentes (Deux-Sèvres, Charente-Maritime), dans la majorité de la région Centre (Eure-et-Loir, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher et le Loiret) mais aussi dans le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie, la Marne, l’Ile-de-France, la région Rhône-Alpes et le Vaucluse. Cet épisode de pollution aux PM10 (particules inférieures à 10 micromètres), poussières de compositions diverses (chauffage au bois et au fioul, industrie, moteurs surtout diesel en ville), est favorisé par des conditions anticycloniques et des nuits froides suivies de journées bien plus chaudes, ne permettant pas la dispersion des polluants. L’alerte est déclenchée à partir d’une concentration moyenne quotidienne de PM10 de 80 microgrammes de particules par m3 d’air.


Lire la suite sur : www.leparisien.fr




Previous articleLe bouddhisme par François Roux
Next articleReligion. 25 ans de rayonnement bouddhiste en Bretagne à Plouray