Accueil Espace Bouddhiste Bouddhisme Des bouddhistes veulent une loi pour « protéger la race et la religion »...

Des bouddhistes veulent une loi pour « protéger la race et la religion » birmanes

21
0

Près de 90 % des habitants du Myanmar sont bouddhistes (photo AFP).
Près de 90 % des habitants du Myanmar sont bouddhistes (photo AFP).
Shwe Mann, le président du Parlement et président du parti majoritaire Union Solidarity and Development Party (USDP), a déclaré le 27 février, devant les députés, qu’il allait écrire au président de la République Thein Sein pour demander que le gouvernement prenne ses responsabilités et prépare des textes de loi pour limiter les mariages interreligieux, rapporte le site Eglises d’Asie (EDA). Sa déclaration faisait suite à une lettre que le président lui avait adressée, dans laquelle il demandait au Parlement de légiférer sur le sujet.

En effet, une organisation bouddhiste nationaliste, l’Organisation for Protection of National Race and Religion (OPNRR), dirigée par le moine Tilawaka Biwuntha, proche des extrémistes du mouvement 969, a saisi le président il y a quelques mois et a proposé quatre projets de loi : sur la conversion religieuse, le mariage, la monogamie et le contrôle des naissances. Des moines bouddhistes en vue ont confié à des juristes la rédaction des quatre textes. S’ils étaient votés en l’état, il deviendrait impossible pour une bouddhiste de se marier avec un non-bouddhiste sans obtenir au préalable l’autorisation de ses parents ainsi que de l’administration de l’état-civil. Parallèlement, un non-bouddhiste devrait se convertir au bouddhisme avant d’épouser une bouddhiste.

L’OPNRR juge nécessaire le vote de lois « protégeant la race et la religion nationales » pour prévenir la répétition des violences intercommunautaires, comme celles qui ont eu lieu en 2012. Violences dont les victimes ont été principalement des musulmans et notamment ceux de la minorité Rohingya de l’Etat Rakhine. L’OPNRR affirme avoir réuni une pétition signée par 1,3 million de personnes à l’appui de sa requête auprès du président Thein Sein. Les pressions de l’organisation interviennent à quelques jours du début du recensement de la population, le 30 mars prochain, dont beaucoup craignent qu’il n’attise les tensions dans le pays.


Lire la suite sur : www.fait-religieux.com




Previous articleZem — Ballon prisonnier
Next articleFaut-il éliminer l’ego? — Dialogue avec Lama Denis Teundroup et Arnaud Desjardins