Accueil Espace Bouddhiste Société Kyoto: flâner dans l’ancienne capitale du Japon

Kyoto: flâner dans l’ancienne capitale du Japon

21
0
Le ministère du Tourisme japonais comptabilise 1600 temples, 400 sanctuaires shintos et 200 jardins sacrés (photo)
Le ministère du Tourisme japonais comptabilise 1600 temples, 400 sanctuaires shintos et 200 jardins sacrés (photo)

Kyoto est l’ancienne capitale du Japon et, contrairement à Tokyo, elle a su garder les coutumes et les traditions de l’ancien Japon pour deux raisons évidentes : elle a échappé aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale et elle n’a pas été touchée par les séismes et autres catastrophes naturelles.

Même si Tokyo est la capitale du Japon et, surtout, le centre économique de l’archipel nippon, Kyoto reste pour le peuple japonais la «capitale» culturelle de l’Empire du Soleil levant. Une simple balade dans les rues de Kyoto permet à n’importe quel touriste de comprendre la richesse du patrimoine nippon conservé dans cette cité de 1,4 million d’habitants. Il y a au moins un temple, si ce n’est pas deux, à tous les coins de rue. Au total, le ministère du Tourisme japonais comptabilise 1600 temples, 400 sanctuaires shintos et 200jardins sacrés dans Kyoto. Vingt pour cent des trésors nationaux de l’archipel ainsi qu’une vingtaine de lieux classés au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO sont dans cette ville aux allures discrètes mais symboliques. Kyoto est une véritable ville-musée ouverte aux visiteurs du monde entier.

Kyoto est principalement le centre historique du Japon. Fondée en 794 sous le nom d’Heian-kyo, c’est-à-dire «la capitale de la paix et de la tranquillité», elle a été construite selon les plans de grandes villes chinoises de l’époque, à savoir en damier. Elle est devenue une cité de plus en plus importante au fur et à mesure des règnes des empereurs. Son nom changea peu à peu pour Miyako («ville impériale»), puis pour Kyoto («ville-capitale»). Elle fut alors la capitale de l’Empire du Soleil levant jusqu’en 1868, date à laquelle l’empereur déménagea à Edo (devenue par la suite Tokyo).

Si Kyoto n’est plus la capitale du Japon, elle reste toujours une ville emblématique, non seulement du «Vieux Japon», mais surtout de la culture traditionnelle japonaise. Sur une simple carte, les temples et les autres sanctuaires de la «ville-capitale» semblent très accessibles à pied. Le fameux plan en damier est trompeur. Cette ville, bordée sur trois côtés (ouest, nord et est) par des collines et des montagnes et traversée par une rivière, fait une longueur de 40 kilomètres et une largeur de 10 kilomètres. Les grands centres du bouddhisme et du shintoïsme sont dans les montagnes qui l’entourent.


Lire la suite sur : www.lapresse.ca




Previous articleMacao, le mythique empire du jeu
Next articleTemple de Jokhang, pays de l’âme des Tibétains