Accueil Espace Bouddhiste Culture Musique traditionnelle Coréenne

Musique traditionnelle Coréenne

5
0

korean3.jpg

La musique traditionnelle coréenne a depuis fort longtemps sa propre identité, des mélodies et des rythmes bien particuliers, et est désignée par le terme « gukak » (la musique du pays).

C’est à l’époque où la péninsule coréenne était divisée en trois dynasties bien distinctes, respectivement Goguryeo, Baekje et Silla (57 av. J.-C.- 676) et définies comme les « trois royaumes » que la musique traditionnelle tire réellement ses racines et avant tout grâce à l’invention d’instruments bien particuliers « geomungo » (cithare à six cordes) dans le royaume de Goguryeo et « gayageum » (cithare à douze cordes) dans la fédération de Gaya (qui sera annexée par Silla).

De plus, il est important de souligner qu’elle a été adaptée et enrichie par des influences extérieures, venant de Chine et des pays voisins.

C’est durant la dynastie Goryeo (918-1392) que se sont développés les deux styles majeurs musicaux de cette époque, le style « aak » et le style « hyangak », tous deux destinés à la cour royale. L’« aak » désigne la musique inspirée du « daeseongak » style purement chinois, elle sera jouée à l’occasion de cérémonies, les « Jongmyojerye » (culte rendu à la famille royale), quant au «hyangak», ce dernier n’a subit aucune influence extérieure et provient directement des trois royaumes, Goguryeo, Baekje, Silla, pour être repris par la dynastie Goryeo.

Ensuite, durant la dynastie Joseon (1392-1910), deux branches musicales se sont encore distinguées, la musique destinée à la cour, l’« aak » et un style beaucoup plus populaire qui s’est développé vers la fin de la dynastie, le « minyo » et le « pansori ». La musique royale était principalement jouée durant les banquets et les cérémonies officielles, les paroles faisaient souvent l’éloge du roi et de sa cour. Au 15ème siècle a été publié le tout premier livre de théories musicales, intitulé « Akhakgwebeon » qui synthétisait les principes et l’histoire de la musique coréenne ainsi que les différents instruments depuis leurs apparitions.

Enfin, c’est dans la deuxième partie du règne Joseon, au moment où le commerce et l’artisanat fleurissent, et que la production agricole se perfectionne, que la musique subit de nouveau une évolution significative. En effet, suivant l’élan porté par le peuple vers un meilleur cadre de vie, la musique se démocratise, à la portée de tous, elle va encore se diversifier.

C’est surtout le « pansori » (opéra coréen) et le « minyo » (chant populaire) qui émaneront de ces nouvelles tendances folkloriques dans un style plus propre à la population coréenne où les textes enfin pourront dépeindre un satyre des inégalités sociales. Ce genre de musique traditionnelle s’est ensuite réactualisée plus tard vers le « samulnori », ensemble joué par quatre percussions différentes, et défini enfin comme le style musical le plus prisé par le peuple.

Instruments de musique

korean4.jpg

Il y a plus de 100 différentes sortes d’instruments utilisés dans la musique traditionnelle coréenne. Ces instruments se divisent en trois catégories selon le son produit et ils se classifient ainsi :

Instruments à corde
– 가야금 (gayageum) : la cithare à douze cordes
– 거문고 (geomungo) : la cithare à six cordes
– 해금 (haegeum) : le violon à deux cordes
– 아쟁 (ajaeng) : cithare cintrée à sept cordes

…etc.

Instruments à vent
– 대금(daegeum) : la flûte traversière
– 피리 (piri) : le hautbois cylindrique
– 단소 (danso) : la flûte
– 태평소 (taepyeongso) : l’instrument à vent en bois
– 생황 (saenghwang) : l’orgue à bouche

…etc.

Instruments de percussion
– 박 (bak) : le clapet
– 편종 (pyeonjong) : les carillons de cloche
– 편경 (pyeongyeong) : les carillons en pierre
– 장구 (janggu) : le tambour en forme de sablier
– 꽹과리 (kkwaenggwari) : le gong
– 북 (buk) : le tambour de baril

…etc.


Source : www.chine-informations.com




Previous articleBhoutan et son interdiction définitive de cigarettes
Next articleBirmanie – Le Royaume de Pagan – L’âge flamboyant du bouddhisme