Accueil Espace Bouddhiste Culture Des Africains vivent leur rêve de Shaolin en Chine

Des Africains vivent leur rêve de Shaolin en Chine

10
0
CC BY Asteiner. Démonstration de style Shaolin dans un monastère.
CC BY Asteiner. Démonstration de style Shaolin dans un monastère.

ZHENGZHOU (Xinhua) – Poings serrés, coups de pied sautés et coups de poing éclairs — le kung-fu Shaolin a fait forte impression sur les enfants du village de Mabre N’ guessan Valérie, en Côte d’Ivoire.

« Le temple de Shaolin est très connu dans mon pays. Je suis tombé amoureux du kung-fu de Shaolin en regardant le film ‘La 36e Chambre de Shaolin’ à l’âge de dix ans », se rappelle Valérie, aujourd’hui âgé de 23 ans, en s’exprimant avec un léger accent français.

Cependant, les rêves des enfants de son village ont pour la plupart été entravés par la pauvreté. Faute d’éducation et de formation, beaucoup luttent pour survivre.

« Je suis chanceux », déclare Valérie, qui est entré au temple de Shaolin en février 2012 dans le cadre d’un programme caritatif d’études.

A ce jour, neuf étudiants venus de pays africains, dont le Gabon, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Congo et l’Ouganda, ont bénéficié de ce programme pour suivre gratuitement des cours sur la culture de Shaolin pendant cinq ans, explique Wang Yumin, doyen du bureau des affaires étrangères du temple de Shaolin.

Dans le temple, chaque jour ordinaire est simple mais porteur de sens, raconte Yahou Hugues Michael, un compatriote de Valérie âgé de 29 ans.

Ils se lèvent à 05h30, une demi-heure avant les exercices de kung-fu. A 07h00, ils prennent le petit déjeuner, et, à 08h30, les deuxièmes exercices matinaux débutent.

Dans l’après-midi, la troisième session d’exercices épuise presque toute leur énergie.

« C’est extrêmement fatiguant, mais je m’y suis habitué », indique Valérie, ajoutant qu’il est physiquement plus fort qu’autrefois.

« Bien que nous offrions une pension et des cours gratuits et même des robes, chaussures et autres articles d’usage courant à ces apprentis africains, nous ne les forçons pas à suivre une doctrine religieuse stricte », précise Wang Yumin.

Cependant, Valérie et ses amis participent chaque matin aux prières, qui, selon lui, sont « agréables à écouter et apaisent nos coeurs ».


Lire la suite sur : www.afriquinfos.com




Previous articleAjahn Chah — Le Chemin en harmonie
Next articleDire « oui » à la vie — par Frédéric Lenoir