Accueil Espace Bouddhiste Bouddhisme Des reliques de Bouddha à Strasbourg

Des reliques de Bouddha à Strasbourg

9
0

20.06.2011

La sixième fête du Bouddha s’est achevée hier soir à Strasbourg, après trois jours de rencontres, de prières et surtout de vénération des reliques du Bouddha, présentes exceptionnellement pour cette occasion.

La présentation des fragments de crâne offerts en 2009 par les patriarches du bouddhisme de Thaïlande, et conservés depuis à Paris, a donné lieu à de multiples vénérations et cérémonies d’offrandes.
La présentation des fragments de crâne offerts en 2009 par les patriarches du bouddhisme de Thaïlande, et conservés depuis à Paris, a donné lieu à de multiples vénérations et cérémonies d’offrandes.

La fête du Bouddha, organisée par la Communauté bouddhiste d’Alsace (CBA), est née il y a six ans à l’initiative d’Olivier Reigen Wang-Genh, devenu depuis président de l’Union bouddhiste de France. Il s’agissait à l’époque de créer un événement fédérateur pour les bouddhistes d’Alsace, qui, jusque-là, se côtoyaient sans vraiment se fréquenter, divisés entre les diverses traditions bouddhiques et les nationalités d’origine.

La CBA regroupe ainsi quelque 30 000 personnes, ce qui fait de l’Alsace l’une des toutes premières régions bouddhistes de France, malgré une présence récente : la plus ancienne association remonte aux années 70 et la plupart des autres sont nées au cours des années 90. Une présence, de plus, très discrète, même si on compte dans la région quelques pagodes — à Strasbourg, Souffelweyersheim, Kuttolsheim, en particulier — et deux monastères.

L’édition 2011 de la fête, qui s’est tenue à salle de la Bourse, a été marquée par la présence de reliques du Bouddha : quelques fragments de son crâne, offerts en 2009 par les patriarches du bouddhisme de Thaïlande, afin de respecter une prédiction de la fin du XIX e siècle, qui annonçait leur départ vers l’Occident.

Ces reliques n’ont pas été directement offertes à la France, mais confiées à ce pays au nom de toute l’Europe. Découvertes en Inde à la fin du XIX e siècle, elles avaient été transférées au royaume de Siam (l’actuelle Thaïlande), seul pays d’Asie du sud-est indépendant à l’époque, qui entretenait, de plus, des relations avec la France depuis Louis XIV.

Désormais conservées à Paris, elles ne quittent la capitale que très rarement. Leur présence à Strasbourg a donné lieu à de multiples vénérations et cérémonies d’offrandes, comme hier matin, quand une dizaine d’enfants, petits garçons endimanchés et fillettes en robes traditionnelles, cheveux ceints d’une couronne de fleurs blanches, ont disposé des petites coupes de fleurs, avant de se prosterner à de nombreuses reprises, à l’appel du gong.

Cérémonie troublante pour un Européen, puisque le bouddhisme oscille entre le statut de spiritualité et de religion. L’État français reconnaît le bouddhisme comme un culte, à l’instar du catholicisme, du protestantisme ou du judaïsme, mais le Bouddha n’est pas un dieu, même si l’on vénère ses reliques.


Michel Arnould

Source : www.lalsace.fr

Previous articleLa Méditation Bouddhiste, Chrétienne et Humaniste – 2/2
Next article6ème Edition du Festival pour la Paix dans le monde