Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux L’Assomption de Marie

L’Assomption de Marie

8
0
L'Assomption de la Vierge peint par Michel Sittow, vers 1500.
L’Assomption de la Vierge peint par Michel Sittow, vers 1500.

L’Assomption de Marie

L’Assomption de Marie est un dogme de l’Église catholique romaine selon lequel, au terme de sa vie terrestre, la mère de Jésus aurait été « élevée au ciel ». Le terme assomption provient du verbe latin assumere, qui signifie prendre, enlever.
L’Assomption est aussi le nom de la fête catholique célébrant l’assomption de Marie, le 15 août.

La croyance en l’Assomption de Marie ne repose sur aucune base scripturaire ni sur aucun texte des premiers temps de l’Église. Au ive siècle, Épiphane de Salamine souligne que nul ne sait ce qu’il est advenu de Marie à la fin de sa vie. La tradition à ce sujet n’est pas attestée avant le ve siècle. En Occident, Grégoire de Tours est le premier à en faire mention, à la fin du vie siècle. Il s’appuie apparemment sur un corpus de textes apocryphes, appelés collectivement le Transitus Mariæ, généralement rattaché au ve siècle et qui provient peut-être d’Égypte. Faussement attribué à Méliton de Sardes, il est explicitement condamné par Gélase Ier en 495-496, avec d’autres écrits apocryphes. Selon cette tradition, Marie rencontre sur le mont des Oliviers un ange qui lui remet une palme de l’arbre de Vie et lui annonce sa mort prochaine. Marie rentre chez elle et fait part de la nouvelle à son entourage.

Miraculeusement, les apôtres reviennent des différents endroits où ils sont partis prêcher, afin de l’entourer. Jésus apparaît entouré d’anges pour recevoir l’âme de sa mère, qu’il confie à l’archange Michel. Les apôtres enterrent le corps au pied du mont des Oliviers. Quelques jours plus tard, Jésus apparaît de nouveau et emporte le corps au Paradis, où l’âme et le corps de Marie sont réunis.

En Orient, Jean Damascène rapporte la tradition de l’Église de Jérusalem à ce sujet: selon lui, Juvénale, évêque de Jérusalem, se voit demander lors du concile de Chalcédoine le corps de Marie par le couple impérial, Marcien et Pulchérie. Juvénale répond que Marie est morte entourée de tous les apôtres, sauf Thomas, qui est en retard. À son arrivée, quelques jours plus tard, Thomas demande à voir la tombe, mais celle-ci s’avère vide ; les apôtres en déduisent alors qu’elle a été emportée au ciel.

Une autre tradition rapporte que l’Assomption a lieu à Éphèse, dans la maison connue aujourd’hui comme la « Maison de la Vierge Marie », accompagnée de l’apôtre Jean, à qui le Christ, sur la croix, avait confié Marie. La première allusion attestée ne date que de la fin du ixe siècle, dans un manuscrit syriaque qui rapporte que Marie suit Jean à Éphèse et qu’elle y meurt. Les seules autres sources pré-modernes sont trois auteurs syriaques des xiie et xiiie siècles.

Quoi qu’il en soit les catholiques ont adopté cette croyance avec ferveur. En France, le roi Louis XIII consacre son royaume à la Vierge en 1638 et demande que cette consécration soit commémorée à chaque fête de l’Assomption. La décision est reprise par la Restauration, après que Napoléon Ier y a substitué une éphémère « Saint Napoléon ». Le 15 août est toujours la fête nationale des Acadiens. En France, elle demeure la fête patronale de nombreux villages, les églises ou cathédrales dédiées à Notre-Dame-de-l’Assomption sont nombreuses, et le 15 août est le jour le plus important de l’année à Lourdes.
La République française en a fait un jour férié.

La constitution apostolique Munificentissimus Deus du pape Pie XII

Le 1er novembre 1950, l’Assomption de Marie est établi sous forme de dogme par la constitution apostolique Munificentissimus Deus du pape Pie XII. La constitution dogmatique Lumen gentium du concile Vatican II 1964) énonce :

  • « Enfin la Vierge immaculée, préservée par Dieu de toute atteinte de la faute originelle, ayant accompli le cours de sa vie terrestre, fut élevée corps et âme à la gloire du ciel, et exaltée par le Seigneur comme la Reine de l’univers, pour être ainsi plus entièrement conforme à son Fils, Seigneur des seigneurs, victorieux du péché et de la mort. »

Source Wikipedia

Previous articleJean-Paul II a t-il été un pape écolo ?
Next articleL’Assomption