Accueil Espace Bouddhiste Société Taïwan – Tzu Chi obtient le statut de consultant auprès de l’Onu

Taïwan – Tzu Chi obtient le statut de consultant auprès de l’Onu

24
0

22.07.2010

tzuchi_hands-4a1e1.jpgLa Fondation Tzu Chi de la compassion bouddhique, la plus grande organisation caritative de l’île, vient d’obtenir le statut de consultant auprès du Conseil économique et social (ECOSCO) de l’Organisation des Nations-Unies (Onu), a déclaré hier Her Rey-sheng, le porte-parole de la fondation.

Her Rey-sheng, qui s’est félicité de cette nouvelle, a déclaré qu’elle vient couronner le travail effectué par son organisation dans plus de 70 pays dans le monde(« Cela vient récompenser le travail de Tzu Chi, qui a oeuvré pour la charité et pour le travail médical dans plus de 70 pays dans le monde », a annoncé l’organisation sur son site internet). Le statut qui vient d’être accordé à Tzu Chi lui permettra de prendre part aux travaux de l’ECOSCO, de faire part de son avis et d’offrir un certain nombre d’informations aux agences sous l’égide de l’Onu. Les activités humanitaires de Tzu Chi menées dans les différentes régions du monde recevront également la protection des Nations unies.

Aujourd’hui, 3 200 organisations non gouvernementales jouissent du statut de consultant auprès de l’ECOSCO.

Tzu Chi a été fondée en 1966, à Hualien, par la Vénérable Cheng Yen après que des missionaires catholiques l’aient convaincu que les bouddhistes devaient être plus bénéfiques à la population locale à-travers les hopitaux et les écoles. L’organisation a acquis une réputation internationale pour son action d’envergure mondiale suite aux grandes catastrophes naturelles, comme par exemple les tremblements de terre, les inondations et les tsunamis. Elle dispose aujourd’hui de 47 bureaux et représentations dans le monde et ses missions embrassent le domaine de la médecine, de l’éducation et de la diffusion d’une culture humaniste.


Source: Taiwan Info

Taiwan News

Previous articleLes religions discutent pour construire la paix à Doumérac
Next articleKerouac, le vagabond bouddhiste