Accueil Espace Bouddhiste Société Le premier temple bouddhiste irlandais va être construit

Le premier temple bouddhiste irlandais va être construit

8
0

Le premier temple bouddhiste tibétain au dôme de cuivre va être construit sur la côte irlandaise à l’Ouest de Cork.
42616_DzogchenBeara-2.jpg
Le centre de retraite Dzogchen Beara a annoncé la construction d’un temple bouddhiste tibétain au dôme de cuivre en Irlande.

Le temple de 14,5 mètres de haut surplombera les falaises de Garannes, près d’Allihies, à l’ouest de Cork. Il sera construit par le centre, fondé en 1992, qui peut déjà compter sur une surface de 150 hectares.

« Nombre de pêcheurs nous disent combien ils aiment voir le centre en rentrant au port(de Castletownbere), car ils se sentent alors chez eux. Peut-être verront-ils bientôt un nouveau bâtiment qui sera comme un phare spirituel pour eux. » a déclaré Matt Padwick, le directeur du centre.

Le temple sera construit selon une architecture bouddhiste et coûtera environ 1 million d’euros. On espère que la construction aura démarré avant la fin de l’année et qu’elle sera achevée d’ici 18 mois.

« Nous devons lever des fonds avant de commencer. Pour le moment nous avons à peine plus de 100 000 euros. Nous sommes dans la période la plus difficile pour réunir de l’argent et c’est quelque part un véritable défi que nous relevons. Mais jusqu’à présent, nous avons obtenu des retours très positifs. » a déclaré Padwick

Quelques 300 visiteurs viennent au temple chaque année pour des retraites le temps d’un weekend, ou pour apprendre l’art et la méditation.

« Nous avons une vue magnifique ici. Beaucoup de gens viennent apprendre la méditation ici après qu’un de leurs amis ou un membre de leur famille le leur ait recommandé, et c’est très bien ainsi. » nous confie Padwick. « Avec le développement de ce temple, je crois que nous pouvons nous attendre à un bel avenir. »

Dans la tradition bouddhiste, Dzogchen Beara signifie « grande perfection ». Par le passé, les maîtres tibétains ont remarqué la beauté des environs du centre ainsi que la profondeur de la paix qui y règne.

« Tout le monde est le bienvenu, quel que soit son parcours et quel que soit sa foi, même s’il n’en a pas. Nous proposons plusieurs façons très différentes de visiter Dzogchen Beara » a conclu Padwick.


Source: Irish Central

Traduction par Brice Andlauer

Previous articleKerouac, le vagabond bouddhiste
Next articleExposition à Bruxelles : Voyages à travers le continent eurasiatique