Accueil Espace Bouddhiste Culture Paris — Exposition « Chine, célébration de la terre »

Paris — Exposition « Chine, célébration de la terre »

8
1

expo_chine.jpg
Tout vient de la terre et tout y retourne. En attendant, sauvegardons… Telle est la leçon de cette exposition réalisée entre la Fondation EDF Diversiterre et le musée Guimet, et qui semble faire écho aux préoccupations de l’actuelle Exposition universelle de Shanghai, à savoir inscrire l’homme dans la nature. Conservateur général du patrimoine au musée des Arts asiatiques Guimet, Jean-Paul Desroches, également commissaire de l’exposition, a puisé dans les collections de François Dautresme (grand sinologue aujourd’hui disparu, et fondateur en 1967 de la mythique Compagnie française de l’Orient et de la Chine) pour réaliser cette exposition scénographiée par Pascal Payeur, d’une manière efficace et minimaliste.
C’est en Chine que la charrue à soc de fer, le semoir ou la brouette ont vu le jour. Là-bas également que sont nés la céramique, le tissage, la médecine… Conscient de la précarité des choses, François Dautresme effectue en 1963 son premier voyage en Chine. Trente-cinq ans durant, il sillonne le pays pour amasser avec patience et passion des témoignages d’un artisanat et d’une culture voués à disparaître, et montrer combien cette Chine millénaire est attachée au végétal. Exposant la bagatelle de dix mille objets du XXe siècle mêlés à des pièces archéologiques provenant du musée Guimet, du musée d’Art et d’Histoire de la ville de Saint-Denis et du musée Pincé d’Angers, l’exposition s’articule autour de quatre thèmes : labourer, façonner, vêtir, soigner. Terre labourée tout d’abord, celle dans laquelle poussent les légumes et les plantes qui nous font vivre ; terre façonnée ensuite avec laquelle nous construisons des maisons, bâtissons des temples, réalisons des pots et des assiettes ; terre, ou plutôt nature, tissée ( bambou, chanvre, fibre de palme, coton, soie…) avec laquelle sont confectionnés nos vêtements ; terre guérisseuse enfin, dernier volet de la démonstration, avec laquelle se concoctent les potions et les médicaments des deux plus vieilles médecines du monde, l’acupuncture et la pharmacopée. Quatre thèmes, les quatre fondements de la vie en somme, joliment décortiqués ici pour nous faire remettre les pieds sur terre, nous rappeler nos racines.

Jusqu’au 19 septembre

Espace Fondation EDF

6 rue Récamier

75007 Paris

tél : 01 53 63 23 45

et fondation.edf.com

Entrée libre du mardi au dimanche de 12 heures à 19 heures (sauf jours féries)

Un catalogue  » Chine, célébration de la terre  » est publié aux éditions Philippe Picquier (224 pages, 27 euros).


Source: Le Point

Previous articleLe taoïsme fait peu d’adeptes au Grand Palais
Next article75e anniversaire du dalaï-lama — La réaction de Frédéric Lenoir

1 commentaire

  1. Paris — Exposition « Chine, célébration de la terre »
    Tout vient de la terre et tout y retourne. En attendant, sauvegardons… Telle est la leçon de cette exposition réalisée entre la Fondation EDF Diversiterre et le musée Guimet,

    Une belle pirouette lorsque tous les jours la Chine montre sont irrespect des peuples qui n’ont jamais cessé de s’adapter pour préserver ce fragile équilibre.
    L’ancienne Chine et sa sagesse a été détruite par le Maoïsme, tout comme le communisme Stalinien et celui de l’ancienne URSS à détruit flore et faune du lac Balkaï : et ce n’est qu’un exemple pour éviter de parler de la monstruosité de Tchernobyl et de l’irréversible pollution des terres et des rivières.

Comments are closed.