Accueil Billet du jour Chamanisme et Désespérance

Chamanisme et Désespérance

19
3

chamanisme.gif

La désespérance des adolescents et leur suicide reste incompréhensible. Une tache indélébile sur la famille, mais aussi pour tous ceux qui n’avaient rien vu de ce mal être. Sans pouvoir apporter de réponse systématique, ni d’excuse, le chamanisme propose une compréhension de ce désastre psychologique et psychique.

Le suicide des adolescents est lié à la désespérance et l’incapacité de trouver une porte ; une issue ; un palier de repos alors qu’il tombe (littéralement) dans ce qui ressemble à un trou noir qu’ils matérialisent en sautant d’un pont ou à travers une fenêtre.

Tous ceux qui ont frôlés ce vertige le savent : quelque chose d’inexplicable exerce une pression sur le dos de l’adolescent, il bascule et il tombe jusqu’à un point de non retour où il se tue.

Ici, pas de jugement, mais une simple observation des pressions énergétiques qui provoquent le geste de se donner la mort.

Au moment de la mort : le maillage qui contient la personne s’ouvre et lâche les corpuscules d’énergies qui faisaient vivre cette personne. Les causes de la mort sont le mystère, différent du suicide où la personne impose un terme à sa vie. Mais qui le provoque ? Le chaman dira : celui où ceux qui se précipitent pour dévorer ses corpuscules d’énergie ; ils ressemblent aux buveurs de sang des Enfers. La mode des beuveries jusqu’à tomber raide ; les divers hallucinogènes partagés ou dans la solitude d’une chambre ; et la loi de certains groupes qui imposent cette destruction : tous ne sont que les moyens d’autre chose qu’eux-mêmes ne maitriseront jamais ; les dévoreurs de vitalité qui provoquent la désespérance.

Pour ces choses, la mort d’un malade ou d’une personne en fin de vie ne les concernent pas. Par contre, un jeune au maximum de sa vitalité, c’est un bon repas en perspective.

Alors, est-il possible de leur échapper ? Le savoir, c’est déjà un progrès, mais comment faire si on est déjà dans leur griffe. La méditation et l’obtention du silence est la clef. Il est impératif d’enseigner la Méditation sur la Respiration : je conseillais de le faire au collège avant une séance de gymnastique.

Voir : http://www.buddhachannel.tv/portail/spip.php?article13085&lang=fr

Comment pratiquer la Méditation sur la Respiration ?

Vous êtes simplement assis en tailleur :

Commencez par soufflez l’air par votre bouche, inspirez par votre nez et soufflez de nouveau l’air par votre bouche.

Votre inspiration suivante est seulement par votre nez et le plus lentement que vous le pouvez : vous êtes seulement attentif à l’air qui entre par votre nez.
Votre expiration suivante, elle aussi sera très lente et par votre nez aussi. Faites-le cinq minutes en silence sans vous préoccuper d’éventuelles pensées qui pourrait surgir.

Dès que vous adoptez ce rythme, vous n’aurez besoin d’aucun maître pour vous l’enseigner.

Cette simple méditation sur l’air qui entre par votre nez est libre de tous dogmes, croyances et autres systèmes de pensées religieuses : cette méditation est laïque et républicaine, elle n’impose aucune initiation préalable ; c’est seulement prendre conscience que vous respirez.

Ne vous gaussez pas de cette méthode, elle est infaillible, c’est un passeport vers la liberté de penser. Mais alors, si tous ces jeunes sont libres de penser et deviennent non manipulables : comment faire d’eux les dociles consommateurs de toutes ces boissons et autres sucreries grasses qui altèrent leur lucidité ? Et le serpent mord sa queue.

Previous articleLes reliques sacrées font escale à Mios
Next articleLe poète bouddhiste W.S. Merwin devient le 17e poet laureat américain

3 Commentaires

  1. Chamanisme et Désespérance
    Bonjour, votre article est très intéressant et je vous en remercie.

    Je suis une jeune personne qui a eu des idées suicidaires et se sent encore parfois aspirée par ce désir de mort (pour arrêter de souffrir). Cependant dans le fond, je ne le veux pas. Je pense d’ailleurs que c’est cette volonté forte de rester et la difficulté (heureuse) d’accès à des moyens létaux sans douleur qui font que je suis toujours là, à 23 ans.

    Je cherche des solutions pour en sortir. J’ai de rudes difficultés à méditer, trop d’agitation dans les pensées et le corps qui a besoin de bouger (je ne me mouvois pas suffisamment, pas à la hauteur des besoins de mon corps, énergie à dépenser). Peut-être que dans mon cas, il est nécéssaire de faire du sport avant la méditation? Qu’en pensez-vous?

    Je commence à m’intéresser au bouddhisme pour le riche enseignement sur la connaissance de soi que cela offre et l’accès à un réel bonheur.

    Se peut-il que je doive mes difficultés à un karma négatif, si c’est le cas, comment l’épurer ?

    Je pense que je devrais aussi arrêter de fumer. J’ai des difficultés à le faire tant que je ne me sens pas inscrite dans un réel projet positif qui me trans-porte.

    Je ne fumais pas lorsque je suis devenue suicidaire, j’ai commencé à fumer car j’avais l’impression que les autres jeunes de mon âge me rejetaient en partie à cause du fait que je n’envisageais pas l’amusement passant par la cigarette, l’alcool et le cannabis. (Malheureusement très imprégné dans la culture qui m’environne.) Je me suis donc faite violence pour me faire des amis à 18 ans, j’ai testé ces drogues, seul la cigarette est devenue une addiction. Les « fêtes » à la mode, je les ais abandonnées.

    • Chamanisme et Désespérance
      Chère Aurore, votre message me touche profondément. Parce que vous voulez trouver des solutions pour sortir de la désespérance, j’ose dire que vous gagnez ce combat et peu importe la méthode que vous choisirez, vous allez vaincre.
      L’incommensurable bienveillance du Bouddha enseigna plusieurs moyens. De même il n’est pas obligé d’être assis pour méditer. Le mouvement, la marche, la danse où tous autres selon votre joie sont possibles. Je reprend la respiration de l’article pour vous conseiller de la faire comme bon vous semble :
      Commencez par soufflez l’air par votre bouche, inspirez par votre nez et soufflez de nouveau l’air par votre bouche.
      Votre inspiration suivante est seulement par votre nez et le plus lentement que vous le pouvez : vous êtes seulement attentif à l’air qui entre par votre nez. Votre expiration suivante, elle aussi sera très lente et par votre nez aussi. Faites-le cinq minutes en silence sans vous préoccuper d’éventuelles pensées qui pourrait surgir.
      Je vous conseille aussi de trouver le texte du Sutra du Diamant (ed du seuil) pour lire les quatre pages de Soutra du Coeur et celles du Sutra de la Pousse de Riz qui énumère parfaitement comment le Karma s’accumule et comment il est possible de s’en défaire.
      J’utilise aussi les Mudras et ma méthode est publiée avec Amazon et ITunes. Vous les trouverez aussi avec mes vidéos: celle en ligne avec Buddhachanel et sur mes différents sites. N’hésitez pas me poser d’autres questions si vous le souhaitez. Il y a vraiment des réponses.

      • Chamanisme et Désespérance
        Soûtra du Diamant et autres soûtras de la Voie médiane, trad. du tibétain par Philippe Cornu, du chinois et du sanscrit par Patrick Carré, Ed. Fayard.
        Parmi les autres soûtras se trouvent quatre traductions du soûtra du coeur à partir de quatre versions différentes : une en sanscrit, deux en chinois et une en tibétain.
        Commande sur : Amazon

Comments are closed.