Accueil Espace Bouddhiste Société Exposition universelle de Shanghaï — Le Cambodge expose sa gloire passée et...

Exposition universelle de Shanghaï — Le Cambodge expose sa gloire passée et présente

66
0

cambodia.jpg
A l’Expo universelle de Shanghaï,ce lundi 28 juin marque la Journée du pavillon du Cambodge. Une occasion pour se faire une idée de l’immense héritage culturel du pays, qui fait le bonheur des historiens, des archéologues et des producteurs de films.

La Journée du pavillon du Cambodge s’ouvre sur une danse folklorique qui s’inspire du travail dans les champs à la saison des récoltes.

Sous le thème « La Vie culturelle dans la ville », le hall d’exposition incarne le sens de la protection de l’héritage culturel avec ses trois périodes historiques : Angkor, Odong et Phnom-Penh. Ces trois périodes sont les témoins du développement du pays depuis son établissement jusqu’à nos jours. Le pavillon expose la richesse du pays, son art, ses reliques historiques et ses ressources naturelles abondantes.

Les visiteurs sont transportés dans les temps anciens face à une architecture où la pierre domine sous la période Angkor, aux monastères royaux, aux temples et aux statues bouddhiques exposés dans le pavillon.

Angkor, qui dérive du sanskrit signifiant « capitale » ou « cité », était le plus grand complexe pré-industriel d’habitations du monde entre le 9ème et le 15ème siècle. Angkor Wat, un temple-complexe hindou, a été construit au début du 12ème siècle. C’est le plus célèbre des temples et le mieux péréservé du site. Il est le seul à avoir été maintenu comme centre religieux significatif depuis sa fondation, d’abord hindou, dédié au dieu Vishnu, puis bouddhiste. Angkor Wat, symbôle du Cambodge porté sur le drapeau national, est inscrit sur la liste du patrimoine culturel de l’Unesco. C’est aussi la première attraction touristique dans le pays.

Le pavillon expose aussi le style architectural dominé par le bois, les installations agricoles et les premiers métiers à tisser, tous créés par les Cambodgiens entre le 15ème et le 17ème siècle, soit à la période Lovek.

Les artistes chanteurs et danseurs attirent les visiteurs par leur anthousiasme. Ils racontent à leurs interlocuteurs du monde entier que le pays se développe vers une intégration multi-culturelle, ce qui rend les villes et la vie dans le pays encore plus attrayantes.


Source: Le Quotidien du peuple en ligne

Previous articlePoï Sang Long : un rite d’initiation unique
Next articleFlocons d’avoine, protéines de soja et cholestérol