Accueil Enseignements Articles et conférences La liberté de pensée –

La liberté de pensée –

21
2

LIBERTÉ DE PENSER

Certains ont l’habitude de prétendre être libres penseurs, donc sans religion. Mais si quelqu’un est « libre penseur » il doit être Bouddhiste ; car Bouddha encouragea la liberté de penser, cas unique dans l’histoire de toutes les religions. Cette liberté est nécessaire car, selon Bouddha, l’émancipation de l’homme dépend de sa propre réalisation de la vérité, et non de la grâce accordée par un dieu ou une puissance extérieure, en récompense d’une conduite loyale et bonne. Le Bienheureux n’a jamais dit à ses disciples : « priez et croyez » . Il disait : venez voir, venez examinez. Ne soyez en rien d’une foi aveugle.

Bouddha condamne la foi aveugle à laquelle il substitue saddhâ : la confiance basée sur la connaissance et le discernement. Bien qu’un Bouddhiste cherche refuge dans Bouddha ce dernier étant son maître de morale, il ne se livre pas ni ne sacrifie sa liberté de penser. Un Bouddhiste ne sacrifie pas sa liberté de penser, et exerce sa libre volonté même à l’échelle de devenir Bouddha . Qui que ce soit qui désire atteindre nibbâna- l’émancipation, ne doit compter que sur sa propre compréhension non influencée par des dogmes ou une foi aveugle.

Si vous lisez ou vous vous référez au Kalama Sutta, vous comprendrez à quel point Bouddha accordait à ses disciples la liberté de la pensée.

Bouddha dit :

« Ne croyez pas une chose (simplement) parce que vous l’avez entendue ; ne croyez pas en la tradition que rapportent vos livres de religion ; ne croyez pas à la légère en l’autorité de votre maître et de vos aînés ; mais après observation et analyse, lorsque vous trouvez la chose en question conforme à la raison, et menant au bien et à l’avantage de l’individu et de l’ensemble, acceptez-la et vivez en harmonie avec. »

Le progrès spirituel n’est possible que lorsque la liberté de pensée est acquise, et il ne peut pas y avoir progrès mental tant que sévit la foi aveugle. La liberté de la pensée conduit au progrès mental, alors que le dogmatisme mène à la stagnation, la rétrogression et la dégénération mentale.
`

Le Centre Bouddhique International du Bourget

Previous articleMais où sont donc passées l’intelligence et la matière grise des Grecs ?
Next articleSunday is the Day, de Joeri Vlekken, Belgique, 2009

2 Commentaires

  1. La liberté de pensée –
    Cher Alain,

    dans la Revue du libre penseur vaudois, j’écrivais au mois de juin 2000, déjà, un article sur le sujet en nommant Bouddha le premier libre penseur de l’humanité

    donc les grands esprits se rencontrent… à quelques années d’intervalle !!
    cordialement

  2. La liberté de pensée –
    Bonjour et merci Mr Alain Delaporte-Digard pour ce texte très juste et très clair sur ce sujet !Oui il s’agit bien là d’une spécificité précieuse de la pensée du Bouddha !

Comments are closed.