Accueil Billet du jour Visak Bochea

Visak Bochea

22
2

Bonjour à tous les lecteurs de Buddhachannel. Aujourd’hui, j’aimerai partager un article sur le Vesak Day qui arrive à grands pas, et est une fête importante bouddhiste célébrant l’anniversaire de Bouddha :

vesak2.gif

La fête du Visak Bochea, qui a lieu le 15 de la lune croissante du mois de Visak, le cinquième mois lunaire, est un événement très important pour les bouddhistes.

Cette fête regroupe les trois épisodes les plus importants de la vie du Bouddha, sa naissance, son illumination et son avènement au Nirvana.

La fête débute exactement l’après-midi du 15 de la Lune croissante de Visak. La Fête de Visak Bochea est liée à celle de Meak Bochea, qui se célèbre le quinzième jour de la Lune croissante du mois de Meak.

Selon la légende, dans une de ses vies précédant son illumination, le futur Bouddha tua un géant cruel qui était âgé de 80 ans. Ne pouvant plus supporter sa barbarie, il se décida à l’éliminer, sachant pertinemment qu’il devrait payer un jour pour cet acte.

Le géant lui dit : « J’ai 80 ans. Ne regrettes-tu pas de me tuer ? » Le futur Bouddha lui répondit : « Non, je ne regrette pas », et il le tua.

Lorsqu’il fut à son tour âgé de 80 ans, il rencontra l’esprit du géant, qui l’invita auVisak Bochea Nirvana, c’est-à-dire à mourir.

C’était le 15 de la lune croissante du mois de Meak.

Visak_bochea.gif

C’est trois mois après, le quinzième jour de la Lune croissante du mois de Visak, qu’il accéda au Nirvana.

Toujours selon cette légende, le futur Bouddha ayant commis la faute de tuer un géant qui pouvait vivre des milliers d’années, il devait par la suite mourir à l’âge de 80 ans – l’âge du géant quand il fut tué – et ne pouvait pas vivre pendant 5 000 ans comme il aurait dû. Tout cela étant soumis à la loi des actes réciproques…

Selon l’ouvrage consacré aux fêtes cambodgiennes des douze mois de l’année, publié en 1951 par l’Institut bouddhique, cette célébration a commencé à être organisée d’abord en Inde, plusieurs centaines d’années après l’avènement du Bouddha au Nirvana.

Puis elle fut étendue au Sri Lanka, en Birmanie et au Siam. Au Cambodge, Visak Bochea fut introduite sous le règne de Preah Ang Duong, à partir de 1854.

A l’époque, seul l’ordre Dhamayuth le respectait. C’est lorsque la cour royale fut installée à Phnom Penh, sous le règne du roi Preah Sisowath, que l’autre courant du bouddhisme cambodgien, l’ordre Mohanikay, se joignit à cette célébration.

Source : http://chezsambattambang.over-blog.net

Previous articleL’art bouddhique comme un roman policier
Next articleLa clef est dans l’ignorance, donc l’obligation de dire que tout est réel

2 Commentaires

  1. Visak Bochea
    Bouddha devait par la suite mourir à l’âge de 80 ans – l’âge du géant quand il fut tué et ne pouvait pas vivre pendant 5 000 ans comme il aurait dû. Tout cela étant soumis à la loi des actes réciproques.
    Ce que vous dites là est merveilleux….80 ans avec un corps humain et puis il devint Bouddha pour l’éternité.
    80 ans pour un barbare égoïste qui aurait pu exister 5000 ans.
    J’espère bien que le Bouddha en a exterminé bien plus….pour le plus grand bien de tous il y a aussi l’obligation d’agir.
    Agir, mais être libre des Cinq Poisons…trancher à la racine sans colère-haine, sans désir-avidité, sans orgueil et jalousie et définitivement libre de l’ignorance.

    • Visak Bochea
      Exterminer … Pour le plus grand bien de tous … Obligation d’agir.. . Certains êtres ont tenus ce langage. Certains étaient aussi investis de missions divines.

Comments are closed.