Accueil Espace Bouddhiste Bouddhisme Retraite bouddhiste : trois ans, trois mois, trois jours avec soi

Retraite bouddhiste : trois ans, trois mois, trois jours avec soi

18
4

Retraite-bouddhiste-trois-ans-trois-mois-trois-jours-avec-soi_imagePanoramique500_220.gif

Ce mercredi matin, les portes des ermitages s’ouvrent. Enfin. Cheveux ras, longues robes monastiques carmin, ils apparaissent, sortant un à un, en procession, concentrés. Il faudra attendre que s’achève la cérémonie recueillie au stûpa (monument sacré) puis au temple pour que les bras s’ouvrent, pour que s’échangent les premiers mots. Ces dernières minutes sont les plus longues…

« Ce moment a été comme un point d’orgue, confie Jean-Guy, 38 ans, ingénieur naval. Moi qui ai fait beaucoup de voile, j’ai vécu cette sortie comme une rentrée au port avant de reprendre le large. Je ne cherchais pas à détailler les visages, à reconnaître qui que ce soit. Je mettais juste tout mon bonheur dans mes yeux, pour le partager. » Pourtant, la grande retraite du bouddhisme est une expérience sans concession.

Plonger de l’intérieur vers l’extérieur

Pour l’heure, l’émotion est forte. Une amie s’excuse de n’avoir pas écrit : « Le temps a passé si vite. » Un photographe est là à titre privé : son ex-compagne sort de sa seconde retraite consécutive. Telle mère tire sans relâche les poils sur le bras de son fils, après tout ces mois sans pouvoir le toucher. Telle autre, qui n’a pas approuvé le choix du sien, concède « qu’il n’a pas trop maigri »…

Les pères, eux, sont très souvent gênés et ne savent pas trop comment reprendre contact. L’un s’émerveille des roseaux du jardin ; un autre, cynique, dit à son fils : « Pendant ce temps-là, je me suis occupé de faire fructifier ton argent. » Une phrase que le sociologue Stéphane Potier ne juge pas anodine : « Les parents ne comprennent pas que leurs enfants n’assument pas leur vie financière. Pour payer les 335 € mensuels nécessaires au financement de la retraite, la plupart font appel à des donateurs. Pour la famille, entrer en retraite ne peut mener nulle part professionnellement parlant. Ce n’est pas une carrière. » Stéphane n’est pas là en simple observateur… puisqu’il souhaite participer à la prochaine, en 2005.

Un enfant de 11 ans, serré comme un koala contre sa mère, reste totalement insensible à l’agitation extérieure. Sophie, 35 ans, vient de sortir. Tous les mois, son fils lui a envoyé une photocopie de ses bulletins scolaires et, pendant ces trois années, c’est son mari qui s’est occupé de lui. « Prendre la décision de partir en retraite a été extrêmement difficile pour ma femme, parce que cela engageait un enfant, confie cet époux. Mais nous avions passé un contrat très clair : quoi qu’il advienne, Sophie revenait à la fin de la retraite, et devait l’interrompre si notre fils rencontrait des difficultés. Pour ma part, j’ai fait vœu de chasteté, afin de garantir à ma femme et à mon fils la solidité de notre cellule familiale. » Dès demain, Sophie reprendra son travail de traductrice à l’association humanitaire Planète enfants.

Introspection et travail en groupe

Avant que les portes ne se ferment pour 1 190 jours, tous ces retraitants avaient fait, au minimum, cinq vœux : ne pas tuer, ne pas voler, ne pas mentir, ne pas prendre d’intoxicant et être chaste. Un programme qui exerce la vigilance. Chaque pas compte, car, ici, les journées sont longues et riches.

Les pratiques débutent à 4 h 30 et s’achèvent à 23 heures. Discipline et recueillement sont primordiaux. Jean-Guy en a fait l’expérience. « Le grand pas a été, pour moi, de tout quitter pour arriver ici. Je vivais à La Rochelle, mon travail me passionnait, j’avais beaucoup d’amis et j’étais hyperactif. J’ai d’abord, comme mon grand-père, voulu trouver la spiritualité au sein de mon couple. Mais ce cocon cachait mes peurs. Mon amour n’était pas libre ni gratuit. Peu de temps après avoir quitté mon amie, j’ai rencontré lama Guendune, et j’ai su que c’était fini pour moi. Pour mon petit moi… L’idée de la retraite s’est vite imposée. J’ai évidemment eu beaucoup de mal pour m’asseoir et méditer ! J’ai traversé une grosse crise dans la pratique des cent onze mille cent onze prosternations. Cela a fait remonter mon orgueil et je me suis vu prendre mes valises. En fait, je me regardais le nombril. J’entre en seconde retraite pour affermir ce que j’ai découvert. Ma vocation, c’est les autres. »

Les retraitants sont logés dans des ermitages non mixtes (les hommes ont élu domicile aux quatre ermitages du monastère du Bost, dans le Puy-de-Dôme ; les femmes, dans ceux de Laussedat, à deux kilomètres.) composés de petites chambres individuelles, d’un temple, d’une salle de yoga, d’une cuisine, d’un réfectoire et d’un jardin pour la détente. Le cœur du travail s’effectue dans la solitude de la cellule où chacun pratique, assis en tailleur, la méditation de façon intensive : douze heures chaque jour, par session de trois heures, dans une caisse en bois des moins confortables, pudiquement appelée « siège de méditation », qui évite aux énergies de se disperser.

Les premières semaines, chacun s’adonne aux trois mille prosternations quotidiennes jusqu’à atteindre les fameuses cent onze mille cent onze grandes prosternations à l’issue du séjour. La paix s’installe peu à peu, au rythme des exercices et de l’approfondissement intérieur.

On croit, à tort, que toutes les retraites sont silencieuses. Or, chez les bouddhistes, le travail en solitaire alterne avec le travail de groupe, appelé « méditation dans l’action ». L’objectif est de développer une attitude spirituelle dans la vie quotidienne. « Notre stabilité intérieure doit se frotter à la réalité. Nous vérifions la profondeur de notre travail au contact des autres », reconnaît lama Tsultrim, l’une des rares femmes occidentales devenues lama.

Attention, ego

Au début du séjour, chacun adopte un rôle supposé idéal : calme, généreux, ouvert. Très vite, la vie fait tout exploser et le travail commence vraiment. « Le groupe nous renvoie à nous-même, comme un miroir : on ne pratique pas la patience tout seul ! » ajoute un moine. La première année, la vie de groupe demande à être stabilisée. Ceux qui décident de partir le font d’ailleurs à ce moment particulièrement difficile : douze heures de face-à-face avec soi sont trop violentes pour certains. Les réglages se font au fur et à mesure.

« Nous avons l’habitude de mettre la pancarte “défense d’entrer” autour de notre ego. Celui-ci est un jardin qui ressemble à un quartier de haute sécurité. En retraite, nous découvrons que nous pouvons ouvrir les grilles du jardin pour sortir et vivre en dehors de notre ego, se réjouit lama Puntso. Nous découvrons l’espace. Et plus nous méditons, plus nous nous sentons à l’étroit dans ce jardin qui limite l’esprit. »

Lama Tsultrim a fait ce chemin. « J’ai fait partie du premier groupe de retraite en 1985. J’ai beaucoup aimé la méditation et je ne voulais plus faire que cela. Je ne voulais plus sortir ! J’ai donc fait une seconde retraite dans la foulée et, à ma sortie, lama Guendune m’a désigné, avec une autre retraitante, comme lama. Nous ne nous sentions pas à la hauteur. Devant notre manque d’enthousiasme, il a donné un ordre : “Elles doivent.” Je comprends aujourd’hui son insistance. Le but de la méditation n’est pas de s’enfermer là où l’on se sent bien. Son ordre a fait exploser ma bulle de confort. Aujourd’hui, je médite dans l’action et je parcours la France pour enseigner la voie du Bouddha. »
Si le projet est tentant, le voyage n’est pas sans risque. Lors d’une retraite spirituelle, on découvre la totalité de l’iceberg, sans compromis. L’un va découvrir qu’il est avide et rongé de désir, l’autre qu’il est colérique et intolérant. Le but de la retraite n’est pas de soigner ses bobos, mais bien d’approfondir sa vérité intérieure. Alors, lentement, chacun s’applique, non pas à changer, mais à devenir complètement lui-même. « Il ne faut pas croire que tout cela soit extraordinaire. Pendant trois ans, nous continuons à vivre ! Finalement, tout cela me paraît même plus naturel que d’être enfermé dans un pensionnat pendant des années ou au service militaire », conclut lama Yeshe dans un sourire.

Qui sont ces retraitants ?

Moyenne d’âge : 35,5 ans pour ceux effectuant leur première retraite, 40,5 ans pour ceux effectuant leur seconde.

Sur les 100 personnes sorties le 6 juin dernier, 68 effectuaient leur première retraite.

Parmi elles, 35 ont déjà décidé d’en effectuer une seconde. Parmi les 33 autres, un tiers suivra la voie monastique (choix de la majorité de ceux qui ont vécu deux retraites) ; un tiers soutiendra l’activité de la congrégation par des activités laïques ; un tiers retournera à la vie laïque (humanitaire, médical, enseignement, etc.).

Il y avait 42 % d’étrangers, de dix nationalités différentes (une majorité d’Allemands, puis des Autrichiens, des Suisses, des Espagnols).

Il est rare d’effectuer plus de deux retraites de trois ans. Ceux qui poursuivent s’engagent pour neuf ans : une vocation.

Aujourd’hui, huit hommes et cinq femmes sont en retraite à vie ou pour au moins douze années consécutives.

Leur guide

Le guide spirituel

Lama Yeshe est « lama racine ». Il encadre les hommes pendant leur retraite. Conseiller de méditation, il est « le guide de haute montagne en qui la confiance est absolue ».

Quel est votre rôle ?

Nous aidons les retraitants à grandir spirituellement. Nous nous voyons tous les jours d’une façon non codifiée, notamment aux repas. Compte tenu de l’intensité de ce qui se vit – le miroir du groupe et les détachements parfois déchirants – c’est une relation à long terme qui se tisse, au sens d’une amitié qui ne se dément pas.

Quitte-t-on librement une retraite ?

La discipline est ici plus intérieure qu’extérieure. De fait, toutes les décisions se prennent à deux. Les personnes qui craquent sont rares. Nous nous assurons en amont de leur équilibre psychologique. Il peut se poser des problèmes de santé – nous avons des médecins et, si cela est sérieux, le retraitant est hospitalisé, ce qui n’est pas le cas au Tibet – ou d’ordre familial, comme un décès. Dans ce cas-là, cela ne justifie pas une sortie. Les retraitants le savent en entrant, et ceux qui ont des parents âgés anticipent ce risque ou repoussent leur venue.


Par: Anne Ducrocq

Source: www.psychologies.com




Previous articleJournée mondiale dédiée à la planète Terre
Next article1 500 visiteurs au centre bouddhiste Lérab Ling

4 Commentaires

  1. Retraite bouddhiste : trois ans, trois mois, trois jours avec soi
    Ceci est très riche d’enseignement et nous met en garde contre les éventuelles illusions que nous pourions avoir quand au contenu et au déroulement d’une retraite. Merci

  2. Retraite bouddhiste : trois ans, trois mois, trois jours avec soi
    BONJOUR j’aimerai savoir le cout de cette retraite et savoir aussi si 73 ans fait partie des limites d’ages — concernant tant la fatique que la «  »charge » » du groupe – pouvez vous aussi me donner les dates ou debute cette retraite — et si compte tenu de votre expérience — cette retraite est longue pr moi — existe-t-il des retraites plus courtes – ou la possibilité de trouver un logement sur place pr suivre l’enseignement et en particulier le detachement et l’isolement —
    je vous remercie d’avance — dans l’attente de vous lire
    mes penssées bienveillantes

  3. Retraite bouddhiste : trois ans, trois mois, trois jours avec soi
    Bonjour

    Où et quand ce déroule la prochaine Retraite bouddhiste de trois ans, trois mois, trois jours avec soi et oui quel est son coût financier et est elle ouverte au femme et est ce que cet retraite est ouvert au bouddhiste de coeur pas vraiment pratiquant ou initié ? merci Namasté

  4. Retraite bouddhiste : trois jours avec soi
    Bonjour.
    Je réside à Tourna(Belgique et je souhaiterai faire une retraite de 3 jours dans un monastère tibétain en Belgique en chambre individuelle.

    Merci pour votre réponse.

    0032493318529

Comments are closed.