Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Grand festival religieux au bord du Gange

Grand festival religieux au bord du Gange

8
0

kumbh-mela.gif

Des millions de pélerins hindous se pressaient aujourd’hui sur les bords du Gange dans le nord de l’Inde pour participer à l’un des plus grands festivals religieux au monde, débuté en janvier dernier. La fête du « Kumbh Mela », qui s’était ouverte mi-janvier pour trois mois dans la ville d’Haridwar, à environ 250 km au nord de New Delhi, permet aux hindous de se laver de leurs péchés et d’interrompre le cycle de la réincarnation lors de bains rituels dans les eaux du Gange.

Cette fête commémore une bataille de la mythologie hindoue entre les dieux et les démons se disputant une cruche remplie du nectar de l’immortalité. Lors de la bataille, quelques gouttes tombèrent dans quatre endroits différents: les villes d’Allahabad, Haridwar, Ujjain et Nasik. Le « Kumbh Mela » alterne entre ces quatre villes et se tient tous les trois ans. Selon un haut responsable en charge de la communication pour le festival, 6,7 millions de personnes se sont déjà rassemblées pour le bain rituel le plus important, selon les astrologues, et qui se tient mercredi. Au total, dix millions de pélerins sont attendus. Ces chiffres sont difficiles à vérifier et des observateurs estiment qu’ils sont exagérés par la municipalité, mais des statistiques identiques ont déjà été fournies lors de précédents festivals du « Kumbh Mela » dans d’autres villes.

A l’aube mardi, les bords du fleuve étaient assaillis par des familles de toutes les castes de la société indienne et venues du pays tout entier. « La rivière est une force spirituelle que je ressens à l’intérieur de moi », a confié Pradip Ghosh, dévôt de 62 ans venu de Calcutta. Mercredi, des centaines de « Naga Sadhous », des sages nus et couverts de cendres portant des dreadlocks, s’immergeront dans le fleuve au cours d’un rite haut en couleur. Cette communauté qui a fait voeu de pauvreté vit traditionnellement recluse dans les montagnes de l’Himalaya.

Haridwar, l’une des villes sacrées de l’Inde, est située là où le fleuve, qui prend sa source dans l’Himalaya, dévale les montagnes avant de continuer une course longue de plus de 2.500 km. Le site du festival, qui se termine le 28 avril, couvre 130 km2 réservés aux pélerins qui y mangent, dorment, prient et écoutent les enseignements de gourous.


Source: www.lefigaro.fr

Previous articleConstruction de la plus grande cloche bouddhiste à Wuhan, Chine.
Next articleDes prières électroniques pour Bouddha