Accueil Espace Bouddhiste Ecologie Ce n’est pas demain : c’est déjà maintenant

Ce n’est pas demain : c’est déjà maintenant

20
0

secheresse.gif

Sans autres commentaires : l’erreur humaine de se penser toute puissante. Ici, il est inutile de parler de réchauffement climatique, mais de la pure ignorance de la loi des conséquences de la déforestation et d’une politique agricole qui ne prend pas en compte les réalités de l’obligation d’une gestion intelligente des sols : de l’intelligence ou capacité de s’adapter. C’est comme ça en Chine…..mais nous ne sommes pas protégés de ce risque majeur qui sévit déjà en Espagne.

Voir la vidéo :

http://www.dailymotion.com/video/xcnmpg_grave-secheresse-en-chine-03-2010_news

2/4/2010 : http://fr.rian.ru/world/20100322/186300097.html

C’est maintenant et plus de 51 millions de personnes sont victimes du manque d’eau dans le sud-ouest de la Chine, le préjudice économique provoqué par la sécheresse dépassant 2,79 milliards de dollars, annonce lundi l’agence Chine Nouvelle.

« 51,05 millions de personne souffrent de la sécheresse, plus de 16 millions de personnes et 11 millions de têtes de bétail manquent d’eau potable dans la région autonome du Guangxi, ainsi que dans les provinces du Sichuan, du Guizhou et du Yunnan (sud-ouest de la Chine) », stipule le communiqué.

31.03.2010, 07h39 :

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/secheresse-en-chine-plus-de-24-millions-de-personnes-a-court-d-eau-potable-31-03-2010-869433.php

Près de 23 millions d’hectares de terres arables sont affectés par le manque d’eau dans le sud-ouest. Les pays voisins traversés par le Mékong, sont aussi des victimes de la sécheresse.

Le Guizhou, dont 86 des 88 villes manquent d’eau, soit plus de 17 millions de personnes, est la province la plus affectée.

Certaines rivières y sont à sec et, dans certaines zones, les villageois dépendent de la distribution d’urgence d’eau potable mise en place par les autorités.

Ces derniers mois, le gouvernement a tenté de faire tomber la pluie artificiellement à l’aide de fusées ou en dispersant des produits chimiques dans le ciel, mais, selon Chine Nouvelle citant des responsables, ces efforts n’ont guère été couronnés de succès en raison d’une humidité faible.
22.03.10 – 11:32 Conséquences directes des tempêtes de sable sévissent.
Les habitants du Nord de la Chine ont été encouragés lundi à rester chez eux tandis que de nombreuses régions et villes, dont la capitale Pékin, étaient balayées par des tempêtes de sable venant de Mongolie.

Les services de météorologie ont indiqué que les tempêtes de sable, qui arrivent sur le Nord depuis samedi, allaient affecter une vaste portion du territoire chinois courant du Xinjiang à Pékin, à environ 3000 kilomètres à l’Est.
Les tempêtes de sable surviennent souvent dans les régions arides du Nord quand le temps se réchauffe au printemps et font tourbillonner des nuages de poussière au-delà de la Chine, en Corée du Sud, au Japon voire jusqu’aux Etats-Unis.

La déforestation accélérée de la Chine et une sécheresse persistante accentuent le phénomène.

http://www.lefigaro.fr/international/2010/04/03/01003-20100403ARTFIG00011-la-chine-a-fait-main-basse-sur-le-fleuve-sans-consulter-ses-voisins-.php

Le Mékong est déjà à son plus bas niveau depuis cinquante ans. «Aujourd’hui, le niveau de l’eau dépend de la quantité d’eau dont la Chine a besoin», s’inquiètent les pêcheurs thaïlandais.

Silhouettes fantomatiques sur les berges du Mékong, les habitants d’un village regardent, impuissants, le fleuve se vider de ses eaux.

Previous articleEntretien avec Matthieu Ricard sur le programme de recherche sur les « neurosciences contemplatives »
Next articleJacques Prévert – Soyez polis