Accueil Billet du jour Billet doux — Méditation autour d’un cochon

Billet doux — Méditation autour d’un cochon

7
0

cochon.png



Dans un silence oisif au détour d’un sentier breton,

J’ai longé un enclos où se trouvaient des gros cochons.

Après plusieurs journées de lente marche solitaire,

Le vide du cheminement avait un peu fait taire

Mon troublant esprit inachevé, sourd et éphémère.

Un des cochons passa sa tête à travers la barrière.

Et ses yeux se posèrent simplement sur l’étrangère.

Il y a parfois dans l’accident d’un nouveau regard

Qu’aucune sombre fuite ne vient piquer de son dard

Le fugace univers que seul le cœur peut percevoir.

Dans un monde fait de chants d’oiseaux et de vallons purs,

Dans cette harmonie que l’on goûte au sein de la nature,

Ses yeux doux et amicaux étaient un clair firmament.

La mémoire du jambon m’empourpra en un instant

Et un adieu à la viande jaillit spontanément.

J’ai caressé le cochon et j’ai continué ma route.

Il avait suffi d’un échange pour sceller tous les doutes

Des contours vacillants de ma lueur inachevée.

Mais le juste fondement de toute continuité

Est-il certitude ou germe de relativité ?

Dans cet incandescent ballet entre l’ombre et l’amour,

Dans les miroirs qui jouent entre nudité et atour,

Les années ont passé de chrysalides en cocons,

En poussant toujours plus loin la chasse aux illusions

Pour apercevoir l’infini dans les yeux d’un cochon.


Sophie Alvarez

Previous articleSiddharta, le nouveau ballet de Preljocaj à l’Opéra Bastille
Next articleLa communauté bouddhique et ses crises