Accueil Vidéos Vidéoblog Rap, religion et alcool: les moines japonais recrutent

Rap, religion et alcool: les moines japonais recrutent

62
2

22.01.2010

La nouvelle génération de moines est arrivée…

Qui a dit que les religions ne savaient pas innover? Des moines bouddhistes japonais trouvent, eux, des solutions pour faire de nouveau rêver les foules.

Kansho Tagai, alias Mr. Happiness, transmet la pensée ancestrale…en rappant. Le moine accueille des concerts de hip-hop dans son temple, pour attirer les plus jeunes. Et ça marche: le lieu de culte est deux fois plus fréquenté qu’avant.

Un «Moine bar»

Au «Moine bar», Zenshin Fujioka propose, au choix, le Paradis ou l’Enfer à ses clients. Il s’agit bien sûr de cocktails. Et quand le patron se met à réciter ses sutras, les habitués boivent ses paroles.

Pour ce jeune moine, déchiffrer les textes anciens, ou s’isoler dans la montagne pour méditer, c’est dépassé. La vraie religion, c’est écouter les problèmes des clients, et utiliser les enseignements du bouddhisme pour les aider.


Source : www.20minutes.fr

Previous articleTeilhard de Chardin et l’Ecologie – partie 1
Next articleVéronique Humbert — Existe-t-il un déterminisme ?

2 Commentaires

  1. Rap, religion et alcool: les moines japonais recrutent
    Ces 2 moines tombent incontestablement dans le piège de l’égo, qui passe ici largement par la publicité faite pour leur originalité. On peut malheureusement être moine et bien plus éloigné qu’un laïc des fondements du bouddhisme.

    • Rap, religion et alcool: les moines japonais recrutent
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Ego
      Ego est un substantif tiré du pronom personnel grec εγὠ (« je/moi »). Il désigne généralement la représentation et la conscience que l’on a de soi-même. Il est tantôt considéré comme le fondement de la personnalité (notamment en psychologie) ou comme une entrave à notre développement personnel (notamment en spiritualité).L’ego serait, selon certains auteurs, l’équivalent psychologique de la conscience, au sens philosophique. Mais à la réflexion, un ego est un je, au sens cartésien : un je qui perçoit des informations, les traite ou en exprime. Ce qui peut nous amener à dire, dans une conception platonicienne de la conscience de soi, que l’ego est un je sans la conscience.

      Ces définition sont celle de la pensée occidentale. Il me semble que les Japonnais ont un système de référence moins personnel et plus axés sur une conscience de ce qui fait du bien à la Nation Japonaise.

      L’individu égocentrique est rare au Japon. Ces deux moines sont certainement animés par la Compassion jusqu’à s’immerger eux-mêmes dans le monde des accrocs de l’alcool, de ces musiques qui provoquent la consommation de drogues et autres chimiques. Je me souviens que Taisen Deshimaru lui-même, avait un passé d’alcoolique.

Commentaires sont fermés