Accueil Vidéos Vidéoblog N’oublions pas la Birmanie / Lac Inley, Rangun

N’oublions pas la Birmanie / Lac Inley, Rangun

6
0

Ces belles images « touristiques »

cachent une autre réalité.

N’oublions pas la Birmanie

2007

Un mouvement national de protestation a eu lieu en août et septembre 2007. Les manifestations ont commencé le 19 août 2007 à Rangoon pour dénoncer l’augmentation massive des prix des carburants et des transports en commun. Elles ont pris de l’ampleur à partir du 5 septembre 2007, où des moines bouddhistes ont été frappés par des miliciens de la junte, ce qui a suscité l’indignation générale. Des membres de la Ligue Nationale pour la Démocratie d’Aung San Suu Kyi, des étudiants et d’autres personnes ont rejoint les manifestations pacifiques des moines dans toutes les grandes villes du pays. Le mouvement a été brutalement réprimé à partir du 26 septembre 2007.

2008

En février, les autorités militaires annoncent la tenue d’un référendum pour valider des réformes constitutionnelles.

D’après la Ligue nationale pour la démocratie, la nouvelle Constitution ne ferait que renforcer le pouvoir des autorités militaires6. Le gouvernement militaire affirme, pour sa part, que la nouvelle Constitution établirait « une démocratie où fleurit la discipline ».

Le 2 mai 2008, un cyclone de catégorie 4, Nargis, frappe très durement la Birmanie, en particulier la région de Rangoon. Le bilan officiel fait état de plus de 130 000 morts ou personnes portées disparues. Les ONG sur place parlent de 2,5 millions de sans abris. Dans le chaos le plus total, l’aide humanitaire peine à arriver sur place, les visas n’étant pas délivrés suffisamment vite par la junte au pouvoir, qui rechigne à accepter l’aide internationale. Quarante-huit heures avant le passage du cyclone, les services météo indiens ont informé les autorités de son arrivée mais l’information aurait été mal relayée dans le pays.

Le référendum eut cependant lieu le 10 mai, avec un taux de participation officiellement supérieur à 98 %. Or le pays était ravagé par un cyclone et la population ne pouvait se déplacer…

Previous articleLe problème philosophique du karma et de la liberté
Next articleJournée d’étude des jeunes chercheurs : « Sécularisation des discours religieux »