Accueil Actus Réponse de Wat Pah Pong à l’article « Des moines Thaï attaquent...

Réponse de Wat Pah Pong à l’article « Des moines Thaï attaquent le clergé occidental »

22
0

Jan 2, 2009

Bangkok, Thailande — Le 28 décembre 2009, une délégation représentative des moines aînés de la Sangha de Wat Nong Pah Pong Sangha a tenu une conférence de presse en réponse aux différents articles parus précédemment dans la presse Thaï, notamment entre le 20 et le 24 décembre.

SUNNY_EARTH-2.pngCes articles ont effectivement déclaré que le Conseil des Aînés et l’Office National du Bouddhisme ont fait tout ce qui était en leur pouvoir en regard d’Ajahn Brahmavamso et de l’ordination des nonnes, et que la position future d’Ajahn Brahmavamso en tant qu’Abbé du monastère de Bodhinyana ainsi que la propriété de ce monastère relevait de la décision de Wat Nong Pah Pong. Les articles ont en effet laissé la responsabilité de cette question à Wat Nong Pah Pong.

Dans le but de clarifier l’attitude de Wat Nong Pah Pong, il a été décidé par Luang Por Liem ainsi que par d’autres membres dirigeants du comité de faire une déclaration à la presse Thaï. Un changement sans précédent dans l’histoire de Wat Nong Pah Pong.

Bien que ce sujet ait été clarifié dans la presse Thaï, il semble que l’article en anglais ait provoqué trouble et agitation chez les lecteurs occidentaux. Ceci a été causé par des représentations inexactes de ce qui s’est passé lors de la conférence de presse, et par le langage éditorial utilisé dans l’article. Wat Nong Pah Pong pense qu’il est préférable de clarifier ces incompréhensions.

L’article dit que la Sangha Thai “souhaite que les temples Thai d’occident devienne la propriété de la Sangha Thaï afin d’en assurer le contrôle total. » En réalité, Wat Nong Pah Pong a déclaré dans la presse qu’il n’avait aucun pouvoir pour reprendre la propriété du monastère de Bodhinyana, même si le terrain sur lequel il est construit fut à l’origine offert à Ajahn Chah (Bodhinyana Thera) et à Wat Nong Pah Pong. Wat Nong Pah Pong a demandé à l’Office National du Bouddhisme de réévaluer la façon dont les monastères en occident sont dirigés de façon à ce que des confusions et des divisions telles que celles qui ont lieu en ce moment soient évitées dans le futur.

La déclaration la plus mensongère est la suivante : “Si aucune action n’est entreprise, le conseil craint que plus de femmes ne soient ordonnées en occident”, et cite Phra Kru Opaswuthikorn disant « Tôt ou tard, nous verrons des moines femmes partout ».

Bien que cela soit une déclaration scandaleuse dans les yeux d’un lecteur occidental, une traduction plus exacte serait : « Si nous (Wat Nong Pah Pong) n’avions entrepris aucune action, cela aurait ouvert les portes dans le futur à l’ordination de femmes comme bhikkhunis dans la Sangha occidentale de Wat Nong Pah Pong, cela amenant au même problème que celui que nous avons en ce moment (la rupture de la loi Thaï). Le problème n’est pas que Wat Nong Pah soit contre l’ordination des femmes, mais plutôt que Wat Nong Pah Pong est un membre de la Sangha Thaï et qu’en cela il a l’obligation de suivre les lois de la Sangha Thaï.

Plus loin, la description des faits dans l’article est à remettre en question. Il cite que « deux femmes » ont été ordonnées, au lieu des quatre qui en fait l’ont été.

En conclusion, nous voudrions que les lecteurs de cet article soient prudents sur le sensationnalisme éditorial ainsi que sur les mauvaises interprétations qui ont été données dans ce communiqué. Il avait pour but à l’origine de répondre aux questions que les médias Thaï avaient sur la position de Wat Nong Pah Pong quant à la situation actuelle avec Ajahn Brahmavamso et la position du monastère de Bodhinyana, et n’est ni le problème sur l’égalité des sexes ni celui sur la prise de pouvoir dans lequel il a été déformé.


Le comité administratif de Wat Nong Pah Pong

Traduit de l’anglais par Sophie Alvarez pour Buddhachannel

Source: dhammalight.com

Previous articleLe bouddhisme et des femmes « remarquables » – Entretien avec Martine Batchelor
Next articleLe maître bouddhiste qui gênait Pékin