Accueil Espace Bouddhiste Ecologie L’énergie à l’eau salée

L’énergie à l’eau salée

18
1

C’est peut-être bien le commencement d’une nouvelle ère dans le secteur de l’énergie renouvelable. Une équipe de scientifiques norvégiens viennent, en effet, de construire la première mini-centrale électrique à eau de mer. Encore à échelle miniature, la centrale osmotique se trouve à Hurum, dans le sud du pays.


Ce nouveau concept venu des fjords semble franchir une nouvelle marche vers un avenir post-pétrole. Mais, quel est le principe de cette nouvelle source d’énergie totalement bio ?

L’énergie osmotique relève d’un fonctionnement aussi simple qu’astucieux. Une membrane semi-perméable avec d’un côté de l’eau de mer, de l’autre de l’eau douce. Voilà pour le matériel. Ensuite, tout découle d’un phénomène absolument naturel. L’eau douce, moins concentrée, va migrer vers l’eau de mer : elle traverse la membrane et augment ainsi le volume de l’eau de mer. Cette hausse du niveau de la surface d’eau de mer va ensuite être utilisée mécaniquement pour faire tourner une turbine afin d’obtenir de l’électricité. Aucun dégagement de CO2 pour ce concept exceptionnel puisque inépuisable.


Pour le moment, l’équipe norvégienne n’a pas souhaité développer le projet à grande échelle, cherchant seulement à tester un premier prototype dans leur mini-centrale. Celle-ci ne permet actuellement qu’une production infime de 2 à 4 kw/h, soit l’alimentation de quelques ampoules. Mais, si les études sont concluantes, c’est une centrale à grande échelle qui verra alors le jour. L’objectif annoncé est de pouvoir produire 160 à 170 Gwh, soit la quantité suffisante afin d’alimenter 15 000 foyers.


Cette nouvelle source d’énergie relève d’énormes avantages même en comparé avec d’autres énergies renouvelables. En effet, la production d’énergie osmotique ne fluctue pas – ce qui est le cas des éoliennes soumises au vent ou aux panneaux solaires dépendants du soleil par exemple – ce qui permettra donc une source régulière et constante. Un atout considérable pour cette nouvelle énergie à la fois gratuite, inépuisable et non polluante.


Il reste tout de même un défi à surmonter avant de voir apparaître de nombreuses centrales osmotiques dans notre quotidien : rendre plus performantes les membranes. Pour cela, il faut les alimenter afin d’en diminuer la taille. Le but étant d’obtenir les membranes les plus compactes possibles. Seul ce léger détail laisse encore des sceptiques. Sinon, l’énergie osmotique pourrait bien permettre un avenir sans pétrole et sans pollution. Une source réelle d’optimisme pour les sceptiques de l’après pétrole.


l'Osmose
l’Osmose


L'Osmose inverse
L’Osmose inverse


Antoine Ginekis pour www.buddhachannel.tv

Previous articleSaint Basile, le Père Noël grec
Next articleChangement climatique : 50 ans d’efforts contre la pauvreté réduits à néant, selon l’Oxfam

1 commentaire

  1. L’énergie à l’eau salée
    Bonjour, sans vouloir vous contredire il y a beaucoup d’erreurs ou abus de language dans votre petit résumé.
    C’est 1600 à 1700 TWh pour le potentiel mondiale, et c’est la future centrale de 25MW (prevue en 2015) qui pourra alimenter en gros 15000 foyers.
    Vos schémas sont faux également, l’osmose inverse c’est quand on applique une pression à l’eau salée pour qu’elle passe à travers la membrane (ex: déssalinisation de l’eau de mer)
    A l’équilibre, la pression est la pression osmotique.

    L’unité de KW/h n’existe pas, la capacité de production de ce prototype est de 2 a 4 KW, et cette puissance suffit à chauffer un batiment de 100m2 normal, sans super isolation.
    C’est mieux comme comparatif plutot que quelques ampoules (1 ampoule à incandescence consomme 100W maxi)

    Et pour remplacer les energies fossiles, jamais une seule energie renouvelable ne pourra les remplacer. C’est une multitude d’énergies renouvelables qu’il faut mixer pour peut etre y arriver.

    Le mieux etant de changer nos habitudes de vie beaucoup trop consomatrices et irrésponsables..

    Cordialement

    LECLERE Jonathan

Comments are closed.