Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Maitre Eckhart – Je deviens Dieu par l’Amour (sermon 5a)

Maitre Eckhart – Je deviens Dieu par l’Amour (sermon 5a)

6
0

Je deviens Dieu par l’amour

Sermon 5a – Maitre Eckhart


Saint Jean l'Evangéliste
Saint Jean l’Evangéliste

Saint Jean nous dit :

« L’amour de Dieu pour nous s’est manifesté en ceci,

qu’il a envoyé son Fils [unique] dans le monde,

pour que nous vivions par lui » [saint Jean, Épitres I-IV, 9] et avec lui ;

ainsi notre condition humaine a-t-elle été élevée au-delà de toute mesure,

puisque le Très-Haut est venu parmi nous et a adopté forme humaine.

Un maître [Saint Thomas d’Aquin, Summa theologica, III, 57] nous dit :

« Quand je pense que notre nature a surpassé les autres créatures, qu’elle siège dans les cieux au-dessus des anges, qu’elle y est adorée d’eux, je ne peux que me réjouir, au plus profond de mon cœur, que Jésus-Christ, mon doux seigneur, m’ait donné en propre tout ce qui lui appartient. »

Il dit aussi :

« Tout ce que le Père a accordé à son Fils Jésus-Christ en tant qu’être humain, c’est en pensant à moi qu’il le lui a accordé ; il m’a aimé plus que lui, c’est à moi qu’il l’a accordé plus qu’à lui. »

Qu’est-ce à dire?

C’est à mon intention qu’il le lui a accordé, c’est moi qui en avais besoin.

Voilà pourquoi, en le lui donnant, c’est moi qu’il avait en vue, et il me le donnait autant qu’à lui ; je n’excepte de ce don ni l’unité ni la sainteté divines, ni quoi que ce soit. Rien de ce qu’il lui a accordé en tant qu’être humain ne m’est plus étranger ni moins accessible qu’à lui ; car Dieu ne saurait donner peu : ou bien il donne tout, ou bien il ne donne rien. Ses dons sont d’une absolue simplicité, d’une perfection qui ne souffre aucune division ; ils sont hors du temps, éternels. J’en suis aussi certain que je suis certain de vivre. Pour accueillir ce qu’il nous accorde, il nous faut être dans l’éternité, il nous faut surpasser le temps. Dans l’éternité, toute chose nous est présente : ce qui est au-dessus de moi m’est aussi proche et présent que ce qui est à côté de moi ; c’est là que nous recevons de Dieu ce que nous devons recevoir de lui. Dieu ne reconnaît rien en dehors de lui, son regard n’est dirigé que sur lui-même. Tout ce qu’il voit, il le voit en lui. Dieu ne nous voit donc pas, quand nous sommes plongés dans le péché.

[…] comme le dit saint Augustin :

« L’amour nous fait devenir ce que nous aimons. »

Devons-nous dire à présent : quand l’homme aime Dieu, il devient Dieu?

Voila qui sonne hérétique.

Dans l’amour que prodigue un homme, il n’y a pas Deux, mais Un et Union : aussi, par l’amour, suis-je plus Dieu que je ne le suis en moi-même. Écoutons le Prophète : « Je vous le dis, vous êtes des Dieux, des enfants du Très-Haut. » (Psaumes, 82, 6). Voilà qui sonne étrangement : que l’homme puisse devenir Dieu par l’amour ; c’est pourtant la vérité, une vérité éternelle. Notre seigneur Jésus-Christ le montre.

[…] Il est des gens qui aiment Dieu d’une certaine façon, à l’exclusion des autres ; ils veulent le gagner par une des, façons de s’abandonner à lui, pas par les autres. Grand bien leur fasse, mais c’est une erreur complète. Qui veut prendre Dieu comme il faut doit le prendre indifféremment en toute chose, dans l’affliction comme dans la prospérité, dans les pleurs comme dans la joie ; il doit être partout pour toi. […]

[…] C’est jouer à cache-cache avec Dieu que de chercher tant de voies vers lui.

Que ce soient les larmes, les soupirs ou le reste : rien de tout cela n’est Dieu.

Qu’une voie se présente, empruntez-la et réjouissez-vous ;

qu’elle ne se présente pas, réjouissez-vous encore,

et prenez ce que Dieu vous envoie pour l’heure ;

restez constamment dans l’anéantissement accepté, dans l’humiliation ;

n’oubliez jamais que vous êtes indignes de quelque bienfait qu’il plairait à Dieu de vous accorder,

s’il le voulait.

Saint Jean utilise le mot juste, quand il écrit :

« L’amour de Dieu nous est octroyé. »


Maître Eckhart, Sermons, (début du XIVe siècle). Extrait de Maître Eckhart, L’Amour nous fait devenir ce que nous aimons, Mille et une nuits – Librairie Arthème Fayard © 2000.

Previous articleLivre – Sous les Yourtes de Mongolie, Avec les Fils de la Steppe, de Marc Alaux
Next articlePetit Jeu de Noël